Menu
A la une / Vie de maman

Non, l’accouchement n’est pas un concours

Cet article me taraude l’esprit depuis un moment. Plus de deux ans à vrai dire, la date où j’ai accouché de ma fille. Maintenant que j’ai plus de recul avec cette nouvelle grossesse, je me sens d’écrire l’expérience que j’ai eu du « concours de l’accouchement le plus catastrophique ».

Plus le terme de ma première grossesse approchait, plus j’avais droit aux récits d’accouchements. Tantôt positifs, tantôt un peu moins… Mais cela ne me dérangeait pas de les écouter. Au contraire, je savais qu’il fallait être préparée à toute éventualité pendant un accouchement. Parfois les choses se passent comme prévues et parfois pas, c’est la vie !

Mais déjà, lorsque future maman j’étais entourée de femmes déjà mamans, les récits d’accouchements prenaient sensiblement une tournure étrange dans leur bouche. Comme s’il fallait insister sur les points négatifs, voir catastrophiques, pour se donner de l’importance. Et ça me gênais.

Après mon accouchement

Comme tu le sais peut-être, je n’ai pas eu un accouchement facile. Mais il fait partie de ma vie et c’est mon histoire personnelle.

Dès le début des galères visites à la maternité, les femmes de la famille y sont allées de leur petit commentaire. Moi qui avait seulement besoin de me reposer et de faire le deuil de mon accouchement fantasmé, j’ai dû écouter encore et encore les galères des unes et des autres.

Mais le moment où ça m’a vraiment agacé, c’est quand on m’a fait entrer malgré moi dans cette compétition de l’accouchement le plus difficile : « Ok tu as peut-être souffert des heures durant, mais toi au moins, contrairement à moi, tu as eu la péridurale! ».

Excusez-moi mais à quelle moment c’est honorifique d’avoir eu un accouchement compliqué ? A quel moment on a le droit de comparer l’incomparable ?

Alors c’est ça ? L’accouchement doit être un rite initiatique de la souffrance où chacune doit porter sa croix ?

Désolée, mais je ne partage absolument pas cet état d’esprit.

Si tu veux un petit florilège des réflexions que j’ai entendu, voici, c’est cadeau

  •  » une césarienne c’est quand même vachement moins douloureux qu’une épisiotomie, moi je ne pouvais plus m’asseoir pendant des semaines alors tu as de la chance ! « 
  •  » non mais de quoi elle se plaint elle, elle a pu avoir une péridurale ! Moi j’ai accouché en à peine deux heures, autant te dire que la péridurale c’était non ! »
  •  » elle a mal alors que son bébé, ne pesait que 3 kg, moi j’ai sortie un gigot de 4 kg sans épisio ! »

Un peu de bienveillance !

Déjà parce qu’ on ne connait pas le vécu de la personne ni sa tolérance à la douleur. Une femme peut choisir d’accoucher sans péridurale alors que ce serait inconcevable pour une autre. Pourquoi ? Scoop : on est toutes différentes !

Ensuite on ne connait pas l’anatomie de la personne. Peut-être que son col extra mou et son vagin extensible laissera sortir le-dit « gigot » alors qu’une autre aura besoin de dix points d’épisiotomie.

Pour terminer on ne sait pas dans quel état d’esprit est la jeune maman. Personnellement, j’étais dépitée de ma césarienne, j’ai mis beaucoup de temps à l’admettre (six moi c’est beaucoup de temps, je pense). Alors je n’en pouvais plus d’entendre les gens me dire que ce n’était pas grave. Pour moi, à cet instant, ça l’était. Je voulais juste qu’on me dise que c’était normal d’être déçue, que ça allait s’estomper avec le temps, que j’avais le droit de ressentir absolument tout ce que je voulais sans culpabiliser.

Si une future maman me dit qu’elle a peur d’avoir mal je chercherais à la rassurer comme je l’ai fait pour une amie : oui tu vas peut-être souffrir, mais l’accouchement fera sortir de toi des forces que tu ne soupçonnais même pas.  Je ne pense pas qu’il faille tronquer la réalité ou la rendre plus belle qu’elle ne l’est. Mais si au lieu d’insister sur la douleur post-accouchement, on essayait aussi de parler de l’émotion quand on a vu notre bébé pour la première fois ou de cette sage-femme qui était très amusante !

crédit photo : pexels

L’accouchement n’est pas une compétition de la douleur

Sinon qu’est-ce que ça veut dire ? Qu’une femme qui accouche sans douleur, où tout se passe parfaitement bien, n’est pas légitime ?

C’est d’ailleurs assez révélateur d’une discussion que j’ai eu entre mamans dont une avait eu un accouchement tout à fait normal, sans complications. Et bien elle avait une attitude de retrait, les yeux baissés, rien à dire. Comme si elle était fautive que tout se soit bien passé et qu’elle n’avait pas prit part au cœur du combat.

J’ai eu trois amies qui sont tombées enceinte avant moi. Et bien tout ce que je leur ai souhaité c’était un accouchement parfait. Non je ne leur ai pas souhaité une épisio-boucherie, une mare d’excréments qui met mal à l’aise au moment de la poussée ou une souffrance pendant des heures à arpenter les couloirs de la maternité pour faire avancer le travail.

Ces trois amis étaient primipares. Et bien sûr, elles m’ont demandé en détails comment s’était passé mon accouchement. Je leur ai répondu que ça avait été difficile. Point. Certaines ont préféré ne pas en savoir plus. D’autres oui. Mais dans tous les cas il faut respecter cela.

Bien entendu, je ne suis pas si négative ! Je sais qu’entre mamans c’est parfois rigolo de se raconter les fails d’accouchement, ça permet aussi de dé-mystifier cet événement (à ce sujet je te conseille ce guide fabuleux ). Mais entre s’amuser des petits pépins et situations gênantes et comparer son accouchement à une autre personne ce n’est pas la même chose. Il s’agit surtout de jauger son interlocutrice, c’est évident qu’on ne va pas avoir le même discours à une future maman angoissée qu’à une autre beaucoup plus zen.

Au plus profond de moi, j’espère être un cas particulier et que les femmes qui t’entourent savent faire preuve de bienveillance.

Je ne sais pas pour toi, mais moi je n’ai pas eu de médaille à la sortie de la maternité…

Et toi ? Est-ce que tu as entendu ou reçu des discours culpabilisants sur un accouchement facile ? Est-ce que tu as des conseils pour les futures mamans dans cette situation ? Dis-nous tout !

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !