Menu
A la une / Témoignage

Notre première réunion EFA

Lorsque nous avons fait notre réunion obligatoire au Conseil départemental, on nous avait informés de l’existence de l’EFA (Enfance et Famille d’Adoption). Il s’agit d’une association à but non lucratif destinée à apporter aide et soutien aux adoptants, qu’ils soient en début de démarche comme nous ou déjà parents. Chaque département a son EFA locale, des réunions sont régulièrement organisées par les parents adoptants, des rencontres et ateliers également. L’EFA a également une revue qui détaille dans chaque numéro un aspect de l’adoption.

M’étant déjà bien renseignée sur le sujet ce n’était pas une découverte mais mon chéri et moi avons décidé d’assister à une réunion quand nous le pourrions. Nous avons eu notre rendez-vous avec l’assistante sociale un mardi et une réunion était justement prévue le vendredi suivant. Elle nous a plus que vivement conseillé d’y participer. Le conseil n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd (quand l’assistante sociale qui tient ton avenir dans ses mains te fait une suggestion tu l’écoutes !) Nous étions disponibles et y sommes donc allés.

Crédits photo (Creative Commons) : Free-Photos

Nos peurs

Pour tout dire, nous étions nerveux et dans le cas de mon chéri pas trop enthousiaste. Six mois plus tôt nous avions participé à des réunions de préparation au mariage religieux. Les prises de parole en groupe de ce type ne nous plaisent pas forcément. Étant tous les deux timides cela nous met assez mal à l’aise de devoir exprimer nos sentiments devant des tiers, inconnus de surcroît. Et puis ça a un côté « alcooliques anonymes » que nous n’aimons pas trop. Devoir se présenter, écouter les histoires des autres, avoir ce sentiment d’être déplacés…

De plus, nous habitons un petit département où il y a très peu d’adoptions. Nous étions nerveux à l’idée de passer une soirée morne sans quasiment personne, avec une conversation pas très animée et que le temps passe lentement.

Oui oui, on est optimistes comme tu le vois ! Mais ce soir-là, le temps était très mauvais, nous avions 1h de route pour arriver à destination, nous étions fatigués et serions bien restés au chaud à la maison. Bref, nous étions un peu réticents mais déterminés : on sait que c’est important, on se fait donc violence.

On arrive assez tôt, on trouve facilement. Devant la salle, il y a 3 couples qui patientent. Ils ont l’air de se connaître et discutent. Un peu intimidés et comme nous sommes très à l’avance, nous faisons un petit tour avant de revenir (il a arrêté de pleuvoir, on en profite pour regarder les illuminations de Noël). A notre retour, on se jette dans le bain. Et à propos d’alcooliques anonymes… ils tiennent réunion dans la salle à côté de la nôtre !

Une réunion instructive

Dès le départ, nous sommes mis à l’aise. Non, nous ne serons pas 4 pelés et 1 tondu. Les gens arrivent au fur et à mesure et nous nous retrouvons finalement à une vingtaine. Il règne une humeur bon enfant très communicative, nous rions énormément. C’est beaucoup moins solennel que ce que nous avions craint, on va même à un moment donné parler de « Mariés au premier regard » c’est dire ! En plus Noël étant proche, chocolats et pétillant sont de sortie. Les 3h de réunion sont passées en un éclair, nous ne nous sommes pas du tout ennuyés.

Il y a au début de la séance l’inévitable présentation. Les profils sont très différents, il y a des parents qui ont adopté dans l’année, d’autres il y a 20 ans, d’autres qui sont en cours d’apparentement ou d’agrément. La conversation ne languit pas du tout au contraire, parfois on parle tous ensemble, parfois par petits groupes. Beaucoup de sujets différents sont évoqués : le coût de l’adoption, l’agrément, les différentes options pour adopter à l’international, comment aller chercher l’enfant dans son pays, le choix du prénom de l’enfant adopté, la scolarisation… Des choses auxquelles nous avions déjà réfléchi mais pas en profondeur.

Nous avons des moments de stupeur et nous restons abasourdis par certaines choses. Nous comprenons que nous en sommes au tout début du chemin, la partie la plus simple avant d’escalader la montagne. Nous apprenons que l’adoption est un parcours qui fait vivre des ascenseurs émotionnels que nous ne soupçonnons absolument pas. C’est assez effrayant de se dire que nous allons y être confrontés. Parmi les points qui nous font peur, il y a la rencontre avec le psychologue qui a l’air d’être une étape très difficile. Beaucoup de couples l’ont vécu comme une épreuve douloureuse. Nous apprenons aussi qu’il y a un gros problème avec l’adoption dans notre département (d’où le faible nombre d’adoptions) qui est en cours de régularisation depuis quelques mois. Nous arrivons au bon moment visiblement !

Et il y a les découvertes qui font chaud au cœur. Nous comprenons que nous avons de la chance avec notre assistante sociale qui nous semble bienveillante et à l’écoute (ce qui ne veut pas dire que nous aurons notre agrément mais elle fait visiblement son travail correctement). Certaines assistantes sociales de notre département ont l’air gratinées, nous sommes sous le choc en écoutant certains témoignages. Par contre, les parents ayant déjà adopté sont rassurants car les adoptions qu’ils connaissent se passent bien et les parents et les enfants sont heureux (et certains font partie de l’EFA depuis très longtemps). Nous réalisons que oui, c’est possible d’adopter, et qui plus est d’adopter rapidement !

Alors, on en retire quoi ?

Cette réunion a été une réussite de notre point de vue. Nous ressortons avec beaucoup de sujets de réflexion. Nous nous sentons un peu mieux armés et surtout moins seuls face à tout ça. Nous avons eu de précieux conseils (aller voir un médecin spécialisé dans les enfants adoptés, regarder tel film ou tel reportage…), nous savons désormais vers qui nous tourner en cas d’interrogations. Oui, ce sera un parcours du combattant et ça nous tétanise un peu. Mais je suis plus que jamais convaincue : nous serons parents !

M. Chéridamour n’est toujours pas complètement à l’aise mais il est prévu que nous assistions à d’autres réunions. Plus je lis de choses sur l’adoption et plus je suis confortée dans l’idée que c’est absolument indispensable de pouvoir échanger avec d’autres parents adoptifs.

—–

Et toi, as-tu déjà assisté à des groupes de paroles ? Qu’en as-tu retiré ? Était-ce pour tes enfants ?

A propos de l’auteur

Coucou ! Moi c'est Mme Espoir. J'ai 37 ans, mon mari et moi sommes ensemble depuis 9 ans et je suis l'heureuse belle-maman d'une Schtroumpfette de 12 ans. Après des années de galère en PMA, mon mari et moi avons décidé de nous lancer dans l'adoption. La route est encore longue avant de devenir maman !