Menu
A la une / Témoignage

L’organisation du baptême religieux de Kate… en 7 petites semaines !

Me revoilà pour te raconter aujourd’hui l’organisation du baptême religieux de Kate, en faisant face à plusieurs challenges « de taille »:

  • Nous n’avions que 7 semaines pour tout préparer;
  • Pour un tout petit comité (20 personnes max);
  • Avec une cérémonie calée sur l’heure du déjeuner (je n’ai pas osé dire « non » au curé quand il a proposé de faire la cérémonie un dimanche à midi) (je ne suis « que » catéchumène, donc j’évite de la ramener).

 

Crédit photo (creative commons): marijana1

L’organisation du baptême (avec des Dentelles dedans)

Compte tenu de la particularité de la situation, nous avons donc organisé ce fameux baptême très rapidement: en 7 petites semaines. Mais impossible n’est pas Urbanie, et la bride-to-be qui sommeillait en moi depuis 6 ans déjà (Jean-Mi <3) s’est réveillée avec une facilité que je n’aurais pas soupçonnée. C’est donc armée d’un rétroplanning Excel dûment rédigé en une petite heure que je me suis attelée à la tâche.

A ce stade du récit, je devrais normalement te raconter (avec des paillettes dans les yeux et des trémolos dans la voix) la façon dont je me suis précipitée pour choisir la marraine de Kate (j’y reviendrai). Mais je me dois d’être honnête avec toi: la toute première chose qui m’a traversé l’esprit au moment de l’organisation, ce n’est pas le choix du lieu, ce n’est pas le choix du parrain ou de la marraine, ce n’est pas non plus la liste des invités, pas plus que le traiteur ou la pièce-montée, ni même les faire-parts.

Non, la première personne que j’ai contactée, c’est la photographe.

Sept années à traîner sur des blogs ont visiblement ravagé quelque peu mon sens des priorités, mais qu’importe: c’est donc la formidable Madame Tout-Court qui sera photographe au baptême de ma puce.

Pour le choix de la marraine (notre deuxième action sur la to-do list – tout n’est pas donc perdu), là aussi, c’était une évidence: j’ai demandé à Madame Médicis, que je connais depuis le début de son aventure Dentelle, et qui m’accompagne dans mon chemin de catéchuménat depuis les premiers instants avec un regard toujours très pertinent et une patience exemplaire, pour être la marraine de Kate.

Cœur avec les doigts, les filles: je ne vous remercierai jamais assez d’avoir accepté.

Le choix du lieu a été archi simple: chez nous. Nous avons décidé de nous amuser à caser 22 personnes dans un espace de 30m2 (moi je dis: ça passe) (on en reparlera dans le prochain article pour le bilan). Pour être plus précise, j’ai longtemps hésité avec un déjeuner au restaurant, praticité oblige. Mais j’ai eu peur que l’attente pour servir les différents plats n’achève ma Kate adorée, pas vraiment réputée pour sa patience légendaire, et qui viendra déjà de s’enquiller 1h de messe sur l’heure du déjeuner (cette simple perspective me fait frémir). Au moins, à la maison, la demoiselle aura accès à sa chambre et pourra aller mater la Pat Patrouille tirer les moustaches des chats* si l’ennui venait à la gagner.

Pour le traiteur… les choses ont été un poil plus compliquées, puisque si nous organisons le repas à la maison, nous n’avons pas de four (à ce stade, je me rends compte que ce n’est plus un baptême, c’est carrément Koh Lanta) (« Pour votre prochaine épreuve, vous allez me faire patienter une petite fille de 3 ans à une longue cérémonie religieuse pile au moment du déjeuner tout en calant le repas sans four à la maison pour vos 20 invités affamés. GO »). Les traiteurs « mariage » étant clairement hors-budget, j’ai très longtemps cherché. J’ai regardé du côté des restaurants proposant des plats à emporter; j’ai lorgné du côté des « charcutiers-traiteurs » un peu « gastro » pour un plat convivial à faire réchauffer (mais quand, vu que nous serons à la messe?); j’ai envisagé le repas « 100% Picard » (pas assez de place dans le frigo), j’ai même dans un moment de désespoir total envisagé de faire appel à Deliveroo le moment venu (« foutu pour foutu, on commandera des pizzas, hein »).

Et puis à force de recherches, je suis tombée sur un petit traiteur du quartier sans chichi, qui propose des formules buffets froids ou chauds, pour tous les budgets, sans besoin de se galérer à tout faire cuire et réchauffer sans four. HOURRA.

Pour les faire-parts, nous sommes passés par Atelier Rosemood. Pour les dragées, par Jeff de Bruges.

Ah, et pour le gâteau… eh bien je te réserve la surprise au prochain article, parce qu’il y’a une petite histoire derrière.

 

Le choix des textes

La préparation de la cérémonie, et le choix des textes liés, a été un chouia plus compliquée pour moi: je ne suis en effet » que » catéchumène, et d’une ignorance crasse en ce qui concerne la religion catholique. La bonne nouvelle, c’est que le catéchuménat est fait pour ça: pour apprendre ce que j’ignore encore.

La mauvaise, c’est qu’en 7 semaines, me voila à devoir décrypter le déroulé d’une cérémonie dont je ne maîtrise pas du tout les codes et – pire – à sélectionner des textes seule. Enfin, je dis « pire », mais tu te doutes bien que dans notre paroisse, le prêtre chargé de la préparation des baptêmes nous a donné un petit livret pour nous guider. Mine de rien, je reste malgré tout très intimidée quand il s’agit de se plonger dans des écrits dont je ne maîtrise pas encore toute la portée, ni toute la signification. Et inutile de te dire que j’ai toujours peur de faire une gaffe ou de dire une connerie.

Mais ce n’est pas ça, qui me stresse le plus. Non,  le « vrai » truc qui fait monter la panique doucement, mais surement, ce sont les chants: je ne sais pas chanter les textes proposés, et je ne suis pas sure qu’au milieu de 20 personnes, j’arriverai à faire illusion en chantant en « chewing-gum » (pas comme à la messe, noyée dans la foule et tête baissée au dernier rang). Au moment où j’écris ces lignes, il me reste deux semaines avant le baptême, et je ne suis pas très bien sûre de savoir comment je vais me dépatouiller de cette situation pour le moins… cocasse.

 

Je pense que tu as suffisamment de choses à lire pour aujourd’hui, donc je reviens la prochaine fois avec l’article bilan et surtout les photooooos!

 

Et toi, tu as organisé un baptême religieux également? Tu as du mal à choisir les prestataires? Comment tu t’en es sortie? Raconte!

 

*Je précise à toutes fins utiles qu’aucun animal, et certainement pas un chat, n’a été maltraité durant la rédaction de cet article.

A propos de l’auteur

Je m'appelle Julie, executive woman le jour, blogueuse/ instagrammeuse la nuit. Passionnée de littérature et de séries TV, je suis aussi et surtout maman d'une petite fille absolument adorable (#zéroobjectivité), mais aussi de deux bébés qui n'auront pas pu vivre. Tu peux me suivre sur mon blog perso (La Marmotteuse) et mon compte instagram spécialement dédié au deuil périnatal : à nos étoiles