Menu
A la une / Témoignage

Ode d’une mère à son enfant


Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Mon fils est un râleur. Il râle quand il a faim, puis il râle parce que les cuillères ne s’enchaînent pas assez vite. Ensuite, il râle parce qu’il n’en veut plus, et il râle encore parce que finalement « J’ai faim et j’en veux encore. »

Il râle quand il est fatigué, il râle avant de s’endormir. Il râle parce qu’il veut être dans les bras, puis il râle parce qu’il préfère jouer par terre.

Il râle quand on lui met son manteau, mais pousse un hurlement de joie quand on ouvre la porte.

Bref, il râle souvent, et moi, j’aime pas les râleurs.

Mon fils, il s’est réveillé la nuit jusqu’à ses 8 mois. Et il faut constamment le surveiller, car il ne tient pas en place.

Il passe son temps à expérimenter des choses qu’il ne sait pas faire, et une fois sur deux, ça finit en catastrophe. Donc au moins trois fois par jour, il s’éclate la tête par terre et pleure à chaudes larmes dans mes bras. Puis, son regard est attiré par un magnet sur le frigo, il rigole, et c’est reparti comme en 40.

Mon fils est accroché à mes baskets. Même s’il joue un peu tout seul, il finit toujours par arriver à quatre pattes en quatrième vitesse pour s’agripper à mon pantalon. Même que des fois, je finis en culotte.

Si je m’assois sur le canapé pour lire ou tricoter pendant qu’il joue sur son tapis, je deviens son jeu préféré, et je suis obligée de tout arrêter – qu’est-ce que c’est rigolo d’escalader Maman !

Mon fils, il est insupportable sur la table à langer. Il bouge, se retourne, se met à genoux, voudrait avancer dans le vide. Il attrape tout ce qui est à sa portée et le met à sa bouche. Il râle quand on lui met les manches, il mange son pull qui, du coup, est tout mouillé. Il pleure quand on le maintient en place pour lui mettre sa couche (oui, des fois, il faut être deux !).

Mon fils bouge tout le temps. Il ne s’arrête jamais. Même quand il est dans les bras. Des fois, il m’épuise rien qu’à le regarder s’agiter dans les bras de son père.

Parfois, mon fils, j’en fais une overdose. Quand j’ai passé la journée entière à m’occuper de lui et qu’il a très peu dormi, qu’il a rechigné à manger et qu’il ne m’a littéralement pas quittée d’une semelle, je suis soulagée de le confier à son papa quand celui-ci rentre du travail.

Seulement, mon fils, quand il va chez la nounou, il me manque terriblement. Du moment où il quitte la maison au moment où je vais le chercher.

Amour mère et enfant

Crédits photo (creative commons) : BK

Car mon fils, qu’est-ce qu’il me fait rire !

Quand il ouvre le placard, se met à genoux devant et « discute » avec les tupperwares pendant dix minutes.

Quand il râle dans son lit et qu’il se met à rire quand on entre dans sa chambre.

Quand il découvre un nouveau truc trop rigolo – comme un nouveau tiroir à la minute même où je t’écris.

aimer son bébé malgré les bêtises

Crédits photo : Photo personnelle

Quand il éclate de rire à chaque fois qu’on ouvre ou ferme les volets.

Quand il nous regarde avec son air malicieux au moment de faire un truc interdit.

Quand il joue avec mes mains ou avec ses pieds pendant la tétée.

Quand il essaye de m’arracher mes grains de beauté.

Quand il pousse un cri de joie au moment de sortir dehors.

Quand il se retourne pour voir son père arriver et qu’il bat des bras, parce que ça le rend heureux.

Quand il tape dans l’eau du bain et qu’il en met partout.

Quand il nous mange le nez, ce qui est son idée du bisou.

Quand il traverse la maison à toute vitesse pour venir nous voir.

Quand il fait une grimace au moment de manger quelque chose d’inconnu, comme du fromage ou de la salade.

Quand on le chatouille et que ça le fait rire.

Quand on joue à coucou-caché et que ça le fait rire.

Quand il pousse un cri de joie parce qu’il a repéré quelque chose d’intéressant (par exemple : une plante) et qu’il se dépêche d’y aller avant qu’on ne l’arrête.

Quand il ne se soucie pas des obstacles sur sa route et passe par-dessus : après tout, le chemin le plus rapide pour aller d’un point A à un point B, c’est la ligne droite !

Quand il suit l’aspirateur à distance respectable pendant que je nettoie la maison.

Quand il secoue son œuf plein de billes et que ça fait de la musique.

Quand il passe la tête par la porte entrouverte des toilettes et vient me faire un coucou.

Quand il fait des bulles avec sa bouche.

Quand il fait un sourire charmeur à ceux qui lui disent qu’il est mignon.

Quand il comprend le matin, au son de la chasse d’eau, que Maman est levée et qu’il va avoir sa tétée.

Quand on le retrouve coincé au fond d’un placard.

aimer son bébé malgré les bêtises

Crédits photo : Photo personnelle

Et à bien d’autres moments encore.

Mon fils, qu’est-ce que j’en suis fière, aussi !

Quand il découvre de nouvelles possibilités.

Quand je remarque qu’aujourd’hui, il a fait un nouvel apprentissage.

Quand je le retrouve debout en appui contre la porte d’entrée, pour attraper mes clefs.

aimer son bébé malgré les bêtises

Crédits photo : Photo personnelle

Quand il apprend de nouveaux sons avec sa bouche.

Bref, mon fils est parfois pénible, mais bien plus souvent tellement mignon ! Et je ne me lasse pas de lui faire des câlins.

Bref, mon fils, je l’aime.

Et toi ? Qu’est-ce qui te fait rire avec ton enfant ? Qu’est-ce qui te rend fière ? Qu’est-ce qui te remplit d’amour pour lui ? Partage vos jolis moments !

A propos de l’auteur

Nous nous sommes mariés en mai 2014 et la famille s'est agrandie pile 1 an après avec l'arrivée de notre premier fils. Crapouillou est devenu grand frère 20 mois plus tard. Madame vélo parce que je me déplace beaucoup à vélo, normal je travaille dans le développement durable (bonjour le cliché !).