Menu
A la une / Conseils

Prendre soin de soi pendant la grossesse, deuxième partie

Me revoilà avec la suite de mes pérégrinations pour prendre soin de moi pendant cette première grossesse, pour l’angoissée que je suis. La dernière fois, je t’ai parlé de ce que j’ai pu tester et approuver sur le plan médical et sportif. Cette fois, on va parler bien-être et détente !

Crédit photo : Diane Dandin

En institut et autres

J’ai eu besoin, tout au long de cette grossesse, d’écouter mon corps, de réapprendre à l’aimer et à le considérer, lui qui allait nourrir et faire grandir l’enfant que nous désirions tant. Je me suis aussi posé plein de questions sur ce que je lui faisais subir, jour après jour, avant et pendant cette grossesse.

Il faut que tu saches que je ne suis pas quelqu’un de très porté sur la beauté, les soins, tout ça. En temps normal je ne me maquille pas, je n’ai pas de « routine beauté », j’utilise très peu de cosmétiques (que j’achète essentiellement en grande surface et en parapharmacie). Mais voilà, la grossesse a bouleversé beaucoup de choses : ma peau, usuellement grasse depuis l’enfance, est devenue ultra sèche ! Mes poils, habituellement prompts à la repousse, se sont mis à prendre leur temps !

Et puis tout à coup je découvre tout ce que l’industrie cosmétique met dans ses produits, ses gels douche, ses crèmes etc… je découvre les parabens et autres perturbateurs endocriniens …

Du coup, je me suis dit que c’était le bon moment pour faire quelque chose pour mon corps tout en repensant ma consommation et en me faisant du bien !

J’ai opté pour un soin du visage et des épilations dans un institut bio. J’étais déjà allée voir une super esthéticienne qui travaille avec des produits bio et sains pour mon mariage, mais là, elle est en congé maternité… j’ai donc « changé de crémerie » mais en gardant la même envie et la même philosophie. Ce fut un moment de pur douceur, qui m’a permis de lâcher prise, de me déconnecter ET de retrouver un visage normal (sans peau qui pèle et rougeurs charmantes). L’esthéticienne m’a aussi conseillée sur des produits plus adaptés pour ma peau et plus respectueux de l’homme et de l’environnement.

Ensuite, j’ai eu envie, aux alentours du septième mois, alors que je venais d’être arrêtée, de me faire chouchouter, et de libérer les tensions qui parcouraient mon dos… il faut savoir que j’habite près de la mer, et qu’une de mes activités détente préférée en temps normal est de me rendre aux bains japonais ou au hammam avec vue sur mer… ceci est hélas interdit durant la grossesse. Heureusement pour moi, je connais aussi une masseuse exceptionnelle, qui m’a permis de me détendre à chaque fois que je passais une étape clé dans mon parcours (préparation de concours, entretien d’embauche, préparation du mariage…). Je suis donc allée la voir pour un massage spécial future maman, sans huiles essentielles et qui prend place dans un cocon feutré. Un vrai moment de bien-être et de soulagement des tensions et autres stress ! Je le recommande mais attention à toi : préfère un vrai professionnel, qui sait ce qu’il fait, et qui ne va pas te masser comme quelqu’un de lambda. Le massage doit s’effectuer sur le côté, être respectueux de ton état, de ton bébé, ne doit pas comporter d’huiles essentielles, et doit te permettre d’avoir les jambes un peu surélevées pour éviter les problèmes de circulation. Il n’est pas accessible en-deçà de 4 mois de grossesse.

J’ai aussi profité de cette grossesse pour prendre soin de mes cheveux, même si ceux-ci n’ont pas connu de bouleversements majeurs. Simplement, j’ai changé mon type de shampooing, et opté pour un salon de coiffure bio, cocooning, où on pratique la coloration végétale. Celle-ci demande plus de temps qu’une coloration artificielle mais au moins il n’y a pas de produits chimiques et le résultat est top ! Et puis j’ai adoré faire du coloriage de mandala pendant la durée de pose de la couleur !

Chez moi

Chez moi, comme je te l’ai dit, j’ai opté pour une réflexion globale de ma manière de consommer et sur les produits utilisés pour me rassurer et prendre soin de nous. Nous avons modifié certaines habitudes en remplaçant lessives et produits ménagers par leurs équivalents bio, ou par des choses plus simples (vinaigre blanc, savon noir…).

En dehors des crème de jour et pour les mains, je suis aussi passée à des savons saponifiés à froid, sans parfum ni huile essentielle pour le lavage des mains et plus tard pour le bain de notre bébé, fabriqués localement qui plus est. J’ai découvert le liniment et les lingettes réutilisables pour moi…comme pour bébé. Pour le moment, je n’ai cependant pas réussi à remplacer mon gel douche chouchou ni mon shampoing bien aimé. Je n’ai pas non plus jeté ou remplacé mon maquillage puisque je ne me maquille qu’une fois tous les 36 du mois.

Mon diabète gestationnel a aussi impliqué de nouvelles attentions au niveau alimentaire. Passer aux pâtes, riz et semoule complets m’a amené à pousser pour la première fois la porte d’un supermarché bio. J’y ai découvert de nouvelles saveurs et de nouvelles manières de consommer, même si très honnêtement je n’y fais pas la totalité de mes courses vu les tarifs…

J’ai aussi appris à me détendre à la maison en utilisant des gommages pour le corps maison (sucre et miel…ça tombe bien je n’ai plus le droit de les manger !), ou en faisant des bains de pieds à base de gros sel par exemple. J’avoue aussi abuser de ma baignoire : je prends environ un bain par semaine. A défaut d’être bon pour la planète, cela me fait beaucoup de bien à moi. Et bébé adoooore l’eau !

J’ai découvert également des exercices de yoga, de relaxation et d’automassage pour future maman sur un célèbre site de vidéos. Régulièrement je fais des petites séances de yoga à la maison, tranquillement, pour limiter les douleurs et inconforts. Quand aux séances de relaxation et d’automassage, elles m’aident à mieux dormir et à me recentrer sur le positif quand les idées sombres prennent le dessus.

Voilà tout ce que j’ai pu essayer jusqu’ici pour me détendre et me relaxer et dans l’ensemble ça marche ! Ce n’est pas miraculeux, j’ai toujours des angoisses, mais ça m’aide au quotidien.

J’ajouterai que ne pas rester seule avec ses questionnements et ses peurs c’est encore mieux : voir des amis pour penser à autre chose, discuter avec d’autres futurs parents, avoir une tribu de soutien, partager avec son conjoint, c’est essentiel !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)