Menu
A la une / Témoignage

Préparer son enfant à l’arrivée d’un(e) petit(e) frère ou sœur

Lorsque je suis à nouveau tombée enceinte, Charlotte avait deux ans et un mois. Elle parlait déjà très bien et nous comprenait très bien aussi. Néanmoins, un bébé, au début d’une grossesse, c’est quand même très abstrait pour un tout petit.

Ayant également déjà vécu une fausse couche, je ne voulais pas parler trop tôt à Charlotte de cette grossesse. Durant tout le premier trimestre, je lui ai expliqué que maman était très fatiguée (ce qui était plus que vrai!) et, heureusement pour moi, je n’ai eu aucun autre symptôme à expliquer (si ce n’est le dégoût soudain pour le jambon…).

Nous parlions ouvertement devant elle en utilisant les mots « grossesse », « deuxième enfant », « congé maternité ». Elle n’a jamais relevé, mais je pense que cela a permis que l’idée fasse son chemin.

Après la première échographie, et le fait que nous soyons plus rassurés, monsieur le mari et moi avons expliqué tous les deux, ensemble, que « maman a un bébé dans le ventre qui grandit, et que dans quelques temps il y aurait un bébé à la maison, quand il serait assez grand pour sortir du ventre de maman ». Elle a pris la nouvelle sans aucune réaction. Qu’a-t-elle compris ? Mystère.

Nous avons commencé alors à intégrer de nouvelles lectures dans notre routine familial. Ma mère (qui possède une bibliothèque enfantine à faire pâlir toutes les librairies spécialisées du monde) nous a prêté différents ouvrages, comme les très bons « Et dedans il y a » de Jeanne Ashbé (et sa suite « Et après il y aura« ), « Autrefois il y avait des géants » (LE livre chouchou de mon enfance), « Un bébé, quelle drôle d’idée« , « Tchoupi devient grand frère« …. Nous en avons également emprunté régulièrement à la bibliothèque.

Photo personnelle – quelques unes de nos lectures….

C’est seulement aux alentours du 6ème mois de grossesse que les choses ont commencé à changer pour Charlotte. Elle s’est mise à me poser des questions comme « et là, il bouge le bébé ?« , « il arrive aujourd’hui Minipousse?« , et à lancer des affirmations « moi je sera une grande sœur ». Elle a de plus en plus souhaité que nous regardions ensemble son album de naissance,et que nous lisions (et relisions) les livres précités. Elle s’est également de plus en plus occupé de sa poupée (dénommée Bébé), en lui donnant le bain , lui changeant la couche et lui donnant le biberon.

Comme nous venons d’emménager, Charlotte a participé au montage du lit de bébé, qui fut le sien, ainsi qu’à la décoration de la chambre. Nous avons trié ensemble ses livres de toute petite, ainsi que ses jouets de bébé, qu’elle « prête » à Minipousse.

Le concept de temps étant très compliqué à son âge, nous avons choisi de lui dire que Minipousse était encore trop petit pour sortir, qu’il avait besoin de grandir encore dans mon ventre. Pour Charlotte, il doit arriver « quand les décorations de Noël seront là et qu’on aura mis le sapin ».

Pour l’anecdote, tous les adultes autour de nous lui ont demandé si elle voulait un petit frère ou une petite sœur, chose à laquelle elle n’a jamais pu répondre. Jamais elle n’a exprimé de préférence pour l’un ou pour l’autre ni proposé de prénom. En revanche nous avons dû lui expliquer que Minipousse ne serait pas son prénom et que non, elle ne serait pas la petite sœur mais la grande !

Attention, tout n’a pas été rose dans cette attente car, comme je te le disais, nous avons déménagé, et il y a eu une longue période où elle ne voulait plus dormir seule, ni s’endormir sans nous, avec la porte ouverte et la lumière…Elle a également traversé une période où elle faisait de nombreuses terreurs nocturnes… Nous ne savons pas si c’est directement corrélé à la grossesse mais en tous cas les changements divers n’ont pas aidé.

Désormais, à moins de quatre semaines de la naissance, elle se montre de plus en plus impatiente. Elle parle aussi de plus en plus au bébé, touche mon ventre (et ma poitrine aussi qui l’intrigue beaucoup). Un jour que nous prenions un bain ensemble, je lui ai expliqué très simplement par où devait sortir le bébé. Parfois, elle m’imite en disant qu’elle a « mal au ventre » ou « mal au dos », ou qu’elle est fatiguée…

J’ai hâte de découvrir désormais comment les choses vont se passer après la naissance !

A propos de l’auteur

33 ans, mariée depuis 2014 et maman de Charlotte (2017) et Cyprien (2019)