Menu
A la une / Récit de grossesse

Quand je suis trop chanceuse… FIV 1, TEC1, bilan

Donc voilà, nous sommes le 30 juin, j’ai depuis 8 jours dans le ventre un petit blastocyte (un embryon de 5 jours au bon stade de développement cellulaire).  Tu connais ma patience légendaire et mes calculs d’apothicaires. Je sais que depuis quelques jours déjà, je pourrais faire une prise de sang qui m’annoncera le verdict. Mais je n’y crois pas tellement.. .toutes mes copines PMettes ont lancé bébé 2 avant moi, et ça a été un échec pour tout le monde. Alors bon. Autant se faire une raison.

 

Mais quand même ! Nous sommes le 30 juin 2017, et cela fait 5 ans, aujourd’hui, que Monsieur loup et moi sommes mariés ! Ca se fête, non ? Et puis, aujourd’hui, on fait le pot de départ de ma collègue, qui va en congé maternité.. on sort le champomy ! Autant que je sache si j’ai le droit de boire un verre de cidre… non?

Allez. Je vais donc au coin de la rue, munie de mon ordonnance qui stipule que je dois faire ce test seulement demain, mais personne ne m’en fait reproche.

A 15h, le verdict tombe: 56Ui à J13.

Je suis enceinte.

Je n’en reviens pas. Je suis complètement sonnée. Ca a marché… bon sang, ça a marché !!!Encore une fois ! Mais qu’est-ce qu’on a fait aux toutes puissances, Dieu(x), étoiles, destin, qu’a-t-on fait pour avoir ce droit, cette chance insolente? 100% de réussite sur une FIV? Vraiment?

Alors je m’arrête quelques instants dans mon récit. Parce que bon, tout ceci me transporte complètement, mais je ne t’oublie pas, toi, derrière ton écran, qui lis ça éberluée alors que tu en es à ta 3eme FIV, ton 5eme transfert, que sais-je. Oui, j’ai pensé à toi dès que j’ai eu ce résultat. Parce que quand tu comprend que tu dois passer par le chemin PMA, tu te dis que c’est pas juste. mais quand ce chemin se trouve bizarrement « facile », tu te rend compte de la chance que t’as, de celleux qui galèrent, et tu te dis que ça non plus, c’est pas juste. Alors juste, je ne te raconte pas tout ça pour te faire baver et que « nananère ». Je veux juste te dire que c’est comme ça. Y a pas de justice. Mais sans que tu saches comment, pouf, un jour ça te tombe sur le coin du nez et ça marche. Alors ne désespère pas: toi aussi, un jour, tu auras cette allégresse qui te fait t’envoler !

Crédits photo(creative commons) : Sebastian Voortman

Les annonces

Comme pour la Lueur, nous n’avons pas attendu les 3 mois pour faire part de notre bonheur à nos proches.

J’ai évidemment commencé par Monsieur Loup. J’ai imprimé les résultats, ait découpé le verdict en forme de coeur, ait tout plié et disposé dans une boîte à bijoux que je lui ai offert le soir même. Il a eu un moment de bug. Puis il m’a dit « ça a marché? » et enfin « c’était sur ! ». Monsieur Loup a trop confiance dans mes « compétences fertiles ». Je lui ai fait remarquer que ça n’était pas sensé, être « trop facile ». On s’en fiche. On est heureux.

Ma maman est toujours en cure, elle ne reviendra que mi juillet; je serai alors à un mois de grossesse, ça me semble terriblement long. Je veux absolument lui annoncer « en vrai », et donc à mon papa aussi évidemment.

Je l’annonce à ma meilleure amie, qui avait aussi lancé le projet « petit deuz » en mai. Pas de grande nouvelle chez elle, mais évidemment elle se réjouit de la notre ! Nous imaginons déjà la bande de gamins que formeront son fils, ma fille, le fils de notre 3eme copine, et les petits futurs à venir. Quel régal !

Mes copines Tribulettes sont bien sur rapidement mises au courant, nous sommes dans un « creux », il ne reste qu’une ou 2 grossesses en cours, je relance donc les « paris ». Mes copines PMettes, je leur annonce sur la pointe des pieds. On se parle tous les jours, évidemment qu’elles sont ravies. Je trouve dur d’afficher cette « chance insolente » alors que la plupart d’entre elles ont déjà écouler leurs TEC et doivent recommencer les FIV. On me répond que « c’était sur que ça marcherait ». Elles sont contentes quand même évidemment, et nous espérons toutes que cette bonne nouvelle donne de l’élan pour les suivantes.

Ma maman rentre ENFIN de cure, et demande évidemment à ce qu’on vienne dîner chez eux, afin qu’elle puisse revoir sa petite fille. J’écris sur le ventre d’Ellana « future grande soeur ! » avec un crayon à maquillage, et nous partons donc chez ma maman avec comme objectif de lui faire changer la couche à un moment ou un autre. Mes parents nous accueillent à bras ouverts, la Lueur les adore et pique des fous rires dans leurs bras. ils s’amusent à lui faire des bisous sur le ventre mais ne soulèvent jamais bien haut le t shirt ou ne regardent pas où ils l’embrassent. Nous discutons, ma fille va jouer dans le jardin, et nous passons finalement à table. A la fin du repas, je lance à Ellana « Tu as fini? Mamie va te mettre en pyj’ et on y va? » elle se met debout dans sa chaise haute, maman lui fait des chatouilles et s’apprête à lui faire des « bisous qui pètent » sur le ventre. Elle soulève le tshirt et tombe en arrêt.

« Ben? Qu’est-ce que tu as fait à ton ventre? tu es toute sale?! » Monsieur Loupe et moi rions sous cape… avec toutes ces aventures, le message a un peu disparu. Mais mes parents s’appliquent et parviennent à déchiffrer le message, devant leur petite fille qui se marre. Ils sont ravis, n’en reviennent pas que ce soit allé si vite, que je leur ai caché, mentit, mais vraiment sont très heureux.

Le lendemain, Ellana lors d’un change à la crèche, a fait buggé la professionnelle qui la changeait. Malgré tout le soin qu’on avait mis à effacer le message, restait en très très clair et très estompé quelques vestiges de celui-ci. La professionnelle dit a Ellana « ben? qu’est ce que tu as ici? » et elle touche le message du doigt. Ellana montre son ventre et dit « maman ! Maman ! » Les référentes de la section d’Ellana sont donc appelées à la rescousses, et à 3 paires d’yeux parviennent à déchiffrer la nouvelle. Quand je viens la chercher le soir, on me dit « vous n’auriez pas une bonne nouvelle à nous annoncer? » et on me raconte l’aventure. Ca me fait rire de les imaginer en Sherlock Holmes à décrypter le ventre de ma fille.

Après toutes ces aventures, le reste des annonces s’en est suivi tranquillement, chacun son rythme et son « bon moment ». Mais surtout, depuis, dès qu’Ellana me voit écrire, elle soulève son tshirt et me dit « ici! bédou! » Pour que je lui dessine sur le ventre…

 

Et toi, qu’est-ce qui t’a traversé quand tu as su que « c’était bon »? Comment l’as tu annoncé autour de toi? Raconte moi !

A propos de l’auteur

Bretonne de cœur, Normande de racines, Parisienne d'adoption. Mariée à Monsieur Loup, mon prince Charmant, depuis juin 2012, et maman d'une petite Lueur depuis décembre 2015. Dessinatrice, fan de Disney, gamine dans l'âme, je suis une éternelle positive... et c'est pas toujours facile ! Tu peux désormais me retrouver sur www.bribesdevies.fr, et me suivre sur instagram @chaperonrouge_et_cie