Menu
A la une / Essais bébé

Quand on remet ça: Retour en PMA !

Alors voilà, suite à cet espèce de coup-de-tête téléphonique, nous voici le 17 mai, il est 9h, et je vais rencontrer le Dr Zabeille. j’ai un peu des noeuds au ventre. A la fois parce que bon, ça fait drôle de se dire que cette fois, ça y est, on « s’y remet », et puis aussi parce que c’est un nouveau docteur, alors est-ce qu’elle va être cool? Est-ce que je vais accrocher? Et puis surtout, parce que les RDV à l’Hopital royal, avec le Dr Pire, étaient tellement… horribles ! que vraiment, j’angoisse un p’tit peu quand même de revivre la même chose…

Mais en fait, non.

Le Dr Zabeille me reçoit à l’heure et avec le sourire. Je suis immédiatement détendue. Elle est toute jeune, toute blonde… des grands yeux bleus attentifs, un corps gracieux qui se déplace fluidement dans son bureau. Elle me fait asseoir, et me dis:

-« Bonjour Madame Rouge, comment va votre fille?

*Elle sait que j’ai une fille!!!* – Très bien, je vous remercie !

-Vous me redonnez son prénom s’il vous plaît?

-Ellana

-C’est très joli !

-Merci 🙂

-Alors vous voulez vous lancer pour le 2ème?

-Ben oui, on aimerait assez… »

Elle me pose quelques questions sur ma grossesse et d’éventuelles complications suite à l’accouchement. Retour des cycles, régularité, contraception (haha), douleurs ou soucis de traitement pendant la FIV, comment je me sens en ce moment etc. Puis tout va bien, alors…

Elle me montre une petite pile de papiers en m’expliquant que les ordonnances sont déjà prêtes. Ca va être très simple: pas de stimulation, pas de piqure: on va juste mettre des patchs pour bloquer le cycle et favoriser la préparation de l’utérus pour le transfert. Elle me fait quelques ordonnances pour examens préalables: sérologies, frottis, une prise de sang pour monsieur aussi, une écho endo vaginale pour s’assurer que tout est bien revenu en place. Ensuite, quand je l’aurai décidé, 3 jours avant la date présumée de mon cycle, il faudra que je commence les patchs. Puis au premier jour des règles j’appellerai le bureau des infirmières, qui me donneront un RDV et me donneront la date pour commencer la progesterone (gloups !). Je peux dès maintenant commencer l’Acide Folique. Il faut juste qu’au moment du RDV fixé par les infirmières j’arrive avec tous mes résultats d’examen.

Crédits photo(creative commons) : Pixabay

Voilà Madame, au revoir et bonne chance !

 

Je re-sors de là prise par un tourbillon d’émotions. Quoi? C’est tout? Quelques petits examens de rien du tout et on s’y remet quand on veut? C’est à moi de décider de la suite, là, maintenant? mais? mais! mais je?! Bon, ben allons-y !!

Finalement, ça va très vite…

En rentrant, j’annonce à Monsieur Loup qu’en gros, si on veut, le mois prochain, on y va. Bon, ok, faut quand même le temps de finir mon cycle qui commence tout juste ET de faire tous nos examens. Puis le 17 juin, une de mes amies PMettes se marie, et on veut absolument y être. Alors devoir faire des examens sur ce week-end, sachant qu’on part le vendredi, me paraît compliqué. Bon. On verra comment je tiens.

Ben en fait… je tiens pas ! Je commence mes patchs 3 jours avant le 1er juin, mes règles arrivent le 2, j’appelle l’hopital qui me fixe un RDV au 15 juin et de bien continuer patchs + Acide Folique jusque là. Bien madame ! Nos examens sont faits et on attend le 15 avec impatience.

Le fameux 15 juin, une gentille infirmière s’enquiert de ma santé, me fais une prise de sang, et fais une écho. Elle m’apprend que mon endomètre est d’une épaisseur idéale et mes ovaires au repos comme prévu. Du coup, j’en profite pour lui demander de m’expliquer la fonction de ces patchs (parce que bon, sur la boîte c’est quand même écrit « pour la ménopause »…). Ils servent en fait à bloquer le cycle, afin que mon utérus ne soit pas embêté par une ovulation qui ne nous sert à rien vu qu’on a déjà les embryons. La progestérone que je vais devoir prendre dès le soir même sert à faire croire à mon corps que je suis enceinte, afin de lancer la production de corps jaune (celui qui déclenche l’hormone de grossesse et prépare l’uterus comme il faut). Je devrai continuer ces 2 traitements pendant 3 mois en cas de grossesse. Puis elle me dit que tout est prêt, on n’a plus qu’à décider de quand on implante. Elle me propose le vendredi 23 juin, puis non, y a de la place le jeudi 22. Allons y pour le jeudi !

Je vais au mariage de ma copine le coeur gonflé de cette jolie nouvelle: bientôt, bientôt ! Un de mes embryons sera à nouveau au chaud ! Je fais la fête, je profite de ma fille, de mes copines, on parle PMA et adoption (la mariée a eu des jumeaux, la copine qui m’héberge a un mari qui a le même problème que le mien, et l’autre copine qui dort chez elle a une endométriose… mais surtout, on retrouve sur place 2 copinautes qui n’ont pas encore pu accéder à ce joli rêve qu’est la parentalité…). Cette semaine est passée à toute vitesse, je ne suis pas ravie du retour de la progesterone (ce truc est vraiment dégueulasse) et les patchs me font des traces de colle sur le ventre… ma maman part en cure dans 2 semaines pour un mois et je ne veux pas lui dire où nous en sommes, je m’embrouille dans des explications bancales sur mes RDVs pour ne pas qu’elle sache que je couverai (peut-être) quand elle partira. Je veux qu’elle ait au moins cette surprise là…

Le transfert et la suite…

Le jeudi 22, la vessie archi pleine, j’attends mon tour au côté de Monsieur Loup, dans une salle d ‘attente auprès d’une dizaine d’autres couples (et de 2 femmes seules). Les gens sont appelés les uns après les autres, j’ai trop envie de pipi, toutes les filles se tordent sur leur siège d’avoir attendu plus d’une heure avec 1L d’eau qui stagne… ARRRRGHHHH Pour penser à autre chose, on s emet à discuter. ma voisine de gauche, venue seule (mais avec la carte d’identité de son mari qui est venu signer l’autorisation de transfert au préalable, quand même), a eu une petite fille il y a 5 ans et en est à son 3ème transfert. « Après celui là, j’arrête ». l’autre femme seule est venue d’Angleterre exprès pour ce transfert. Elle y vit depuis 5 mois mais ses embryons sont restés ici. Il y a aussi un couple de policiers, qui sont en PMA depuis 6 ans et en sont à la 11eme intervention médicale tout confondu. ils n’en peuvent plus mais s’accrochent à ce mince espoir d’un petit + timide. J’ai tant de peine pour tous ces gens, moi qui suis là toute guillerette en mode « la FIV a marché du premier coup, si le TEC ne prend pas tout de suite, c’est pas grave. On a le temps. »

C’est enfin mon tour ! Le Dr Zabeille est là pour le transfert, cool ! Elle m’implante un embryon de « bonne qualité », me laisse quelques minutes au repos, nous fournit l’ordonnance pour la prise de sang à faire le 1er juillet et nous souhaite bonne chance.

Je ne reverrai pas mes compagnes de couloir et ne saurai jamais si ça a marché pour elles. je le leur souhaite, en tous cas. Dans ma salle, les jambes écartées, je demandais à ma bonne étoile de se disséminer un peu pour les aider elles aussi.

Et puis il a fallut attendre, au moins un peu. 10 jours quoi, pas grand chose ! C’est apssé très vite. Aucune sensation particulière, comme pour la Lueur… je ne me sens pas enceinte, ni le contraire d’ailleurs… juste un jour normal. Un SDF est entré dans le metro et j’ai mis 3 stations avant de froncer le nez. C’est pas mon odorat qui me trahira… J’en suis sure, ça n’a pas marché.

Et toi, tu as trouvé ça long, le temps des examens? Et celui de l’attente avant le verdict? Tu es plutot du genre à sympathiser en salle d’attente ou à ouvrir un livre dans ton coin? Raconte !

A propos de l’auteur

Bretonne de cœur, Normande de racines, Parisienne d'adoption. Mariée à Monsieur Loup, mon prince Charmant, depuis juin 2012, et maman d'une petite Lueur depuis décembre 2015. Dessinatrice, fan de Disney, gamine dans l'âme, je suis une éternelle positive... et c'est pas toujours facile ! Tu peux désormais me retrouver sur www.bribesdevies.fr, et me suivre sur instagram @chaperonrouge_et_cie