Menu
A la une / Témoignage

Récupérer de l’accouchement : quelques pistes

A la suite de mon premier accouchement, j’ai eu la désagréable surprise de constater que mon corps n’était plus tout à fait du tout comme avant… Alors je ne sais pas pour toi, perso j’ai eu l’impression qu’on avait oublié de me prévenir à quel point mon corps allait souffrir d’une grossesse et d’un accouchement et que non, l’adage « 9 mois pour faire, 9 mois pour défaire » n’était pas tout à fait vrai (ou pas pour tout le monde). 

J’avais plus de ventre qu’avant, de belles vergetures qui montaient jusqu’au nombril, quelques kilos bien accrochés. Tout ceci n’est qu’esthétique et pour tout dire, ça ne me dérange pas trop.

Bien plus embêtant, 6 mois après l’accouchement, j’ai commencé à sentir une pesanteur dans le vagin. Verdict de la gynécologue : une descente de la vessie. La sensation était très désagréable et surtout je me suis mise à craindre la descente d’organes.

Ma première réaction a été de me sentir très en colère contre mon corps qui était déglingué alors que j’avais à peine 30 ans. 

Finalement, l’histoire se termine bien car, après une deuxième rééducation du périnée, cette sensation de pesanteur a disparue.

Crédits : PositiveSexEdWithErin (Pixabay)

Tu imagines bien que lorsque je suis retombée enceinte quelques mois après, je me suis empressée de me renseigner sur les méthodes de récupération après l’accouchement !!!  

Tous les conseils que je vais te livrer sont issus du livre Mon corps après bébé – Tout ou presque se joue avant 6 semaines, de Bernadette de Gasquet. Je te le recommande chaudement. Il est facile à lire, avec beaucoup de schémas et un récapitulatif à la fin, et il te donne plein d’idées. Je t’ai sélectionné ceux qui m’ont convaincue et que j’ai pu appliquer.

Crédits : éditions Marabout

Dès l’accouchement

A la maternité, j’ai eu la chance de rencontrer deux sages-femme qui étaient adeptes de la méthode De Gasquet. J’ai pu leur demander de me faire un resserrement du bassin deux jours après mon accouchement (l’idéal étant tout de suite après). Cela consiste à enrouler puis serrer un long morceau de tissu autour du bassin (on a utilisé un drap d’hôpital). On laisse le tissu en place une vingtaine de minutes. L’idée est d’aider le bassin à se « refermer ». En effet, ce dernier a pas mal travaillé pendant la grossesse et s’est élargi pour laisser passer le bébé.

Au delà de sa raison d’être, ce serrage m’a apporté un agréable moment de détente, d’autant que je souffrais d’une douleur de sciatique féroce pendant la fin de ma grossesse. 

Dès le lendemain de l’accouchement, j’ai commencé à faire des exercices de respiration hypopressive, comme je les avais appris lors de la deuxième rééducation périnéale dont je te parlais plus haut. L’objectif est de commencer à faire travailler les tissus de l’abdomen en douceur afin de stimuler leur retour en place.

En général, on te recommande d’attendre quelques semaines, voire deux mois, avant de débuter la rééducation périnéale. En réalité, tu peux commencer bien plus tôt à faire des exercices très doux, comme simplement serrer ton périnée et le faire remonter vers le haut de l’abdomen, toujours sur l’expiration. La règle est de ne surtout pas forcer sur ses abdominaux et son périnée, afin de ne pas mettre de pression dessus. La douceur et la progressivité sont les maîtres mots de cette rééducation précoce. 

Enfin, il est recommandé pendant les 2 à 3 premières semaines de rester allongée autant que possible, encore une fois pour ne pas mettre de pression sur le périnée. Ce n’est pas facile, car on a tendance à vouloir se lever le plus vite possible et à faire beaucoup de choses juste après avoir accouché. On porte beaucoup son bébé, on veut sortir de chez soi… Mais il faut laisser un peu de temps à son corps, qui doit se réorganiser pour combler le grand vide qui a été laissé par ton bébé.

Essaie de t’allonger quand tu allaites, quand tu racontes une histoire au grand, quand tu reçois tes amis… Demande à te faire servir, bref prolonge un peu les bénéfices de la grossesse 🙂

La rééducation

Incontournable en France, elle serait assez controversée dans d’autres pays… Je dois t’avouer qu’à mon sens, elle est efficace si tu apprends des exercices que tu peux appliquer toute ta vie. C’est pourquoi j’ai une grande préférence pour la rééducation manuelle.

Je te conseille aussi de doubler cette rééducation du périnée par celle des abdominaux. Cette dernière ne peut pas être réalisée par une sage-femme, il faut aller voir un kiné.

Son intérêt ? Les abdominaux ont aussi été très distendus pendant ta grossesse, et même si tu renforces ton périnée, ça laisse une zone « faible » dans ton abdomen. Ça peut être à l’origine d’une diastasis, c’est à dire une proéminence abdominale, plus ou moins prononcées.

C’est aussi l’occasion d’acquérir de nouvelles habitudes à vie pour prendre soin de ton périnée : le serrer lors d’efforts ou de toux, faire attention en allant à la selle à ne pas pousser fort, prendre soin de son transit… L’objectif étant encore et toujours de ne pas pousser sur son périnée ou ses abdominaux.

Enfin, alors que j’aimais courir avant de tomber enceinte, j’ai laissé tomber ce sport pour au moins quelques années et je me recentre sur des sports doux : la marche, le yoga, le Pilates. En plus, ça tombe bien, ces deux derniers sports t’apprennent à te muscler en profondeur sans forcer sur périnée et abdos.

Crédits : Couleur (Pixabay)

Le bilan

Ces efforts ont porté leurs fruits lors de ma deuxième grossesse. A ce jour, ça va faire 8 mois que j’ai accouché et la sensation de descente de la vessie n’est pas revenue. J’ai effectué une rééducation périnéale suivie d’une rééducation abdominale, puis j’ai mis en place une petite routine avec quelques exercices de chaque.

Pour être parfaitement honnête, je ne suis pas aussi assidue que je l’aurais souhaité (bon OK, en ce moment je ne fais rien), mais je sais que si la sensation revient, je ferais mes exercices pour tout remettre en place. Par contre, je fais désormais naturellement attention à serrer mon périnée si je fais un mouvement qui force dessus.

Je dois t’avouer que je n’aurais jamais imaginé que mon périnée serait devenu un sujet central dans ma vie… Et le tien, comment va t’il ?

A propos de l’auteur

Maman de la loupinette née en mai 2017 et de Tibou né en février 2019. J'adore me poser des questions ("me prendre la tête" pourrait-on dire) et chercher des réponses. Dans ma tribu est une de mes sources préférées !