Menu
A la une / Récit de grossesse

L’Impatience

[Aujourd’hui, je fais un petit aparté dans le récit de ma grossesse. J’ai écrit ces mots quelques jours avant la naissance de Simba. Ce texte me tient particulièrement à cœur et je pense même à l’imprimer pour le mettre dans la boîte qu’il ouvrira à ses 18 ans. Alors, j’espère que tu ne m’en voudras pas de ce petit crochet non chronologique…]

Ça y est, le neuvième mois est là. Notre rencontre approche.

Depuis mars, tu t’es logé au creux de moi. Dès que j’ai su, je t’ai aimé. J’ai essayé au début de ne pas me projeter, d’attendre d’être sûre que tout aille bien, mais au fond de moi, je t’aimais déjà tellement fort.

Lorsque nous t’avons vu pour la première fois, tu n’étais qu’un petit haricot. Un petit « têtard », comme on aime à t’appeler. Ma gorge s’est serrée. Je n’étais plus toute seule dans mon corps, tu étais là.

Sentiments grossesse attente accouchement

Crédits photo (creative commons) : mvorocha

Un mois et demi plus tard, nous t’avons vu encore plus. Tu ne ressemblais plus à un haricot, mais bel et bien à un petit être en devenir. On a entendu ton cœur battre, j’ai senti mes larmes couler et ton papa être ému à côté de moi.

À chaque fois que j’ai entendu ton cœur, à chaque rendez-vous, je pleurais. Impossible de me retenir. Ce bruit tellement doux et tellement rassurant.

Lorsqu’en juin, j’ai eu un souci de santé, j’ai eu plus peur pour toi que pour moi. Peu m’importait de savoir comment j’allais du moment que toi, tu allais bien. Quand on m’a dit que, pour toi, tout allait bien, j’ai été rassurée.

Petit à petit, j’ai vu mon ventre s’arrondir, mon corps changer. J’ai senti les changements en moi. Il y a quelques années, j’étais encore une enfant. J’étais devenue une femme et j’étais en train de devenir mère.

Je me souviens des premiers papillons dans le ventre quand tu as commencé à te faire sentir, à me dire que tu étais là. Je me souviens de tes premiers coups « pour de vrai ». J’étais en train de lire et j’ai senti trois petits coups. J’ai mis la main sur mon ventre et j’ai souri. Tellement d’amour d’un coup. Je sentais que tu venais te blottir contre ma main.

Les jours ont passé. Ton papa t’a senti aussi. Tu réagissais à sa main, tu bougeais quand il mettait sa main sur mon ventre.

J’ai vu ton papa devenir un père au fil des mois. Ton papa qui me touche le ventre avec plein d’amour. Ton papa qui te parle, qui t’a même inventé une mini chanson qui nous fait rire. Je l’aimais déjà tellement fort avant, je crois que je l’aime encore plus chaque jour. J’aime le voir te parler, j’aime quand il met sa main sur mon ventre et que tu bouges. Ou bien, au contraire, quand tu t’agites trop et que sa main semble t’apaiser.

Je t’attends avec impatience. J’ai hâte de voir ton visage, j’ai hâte de voir ton regard. J’ai hâte de te sentir contre moi.

Tu as été au creux de moi pendant presque neuf mois, nous avons partagé cette relation privilégiée. Je vais devoir te partager avec le reste du monde. Mais je sais que quoi qu’il arrive, il y aura entre toi et moi cette connexion inébranlable.

Tu peux arriver, mon petit loup. Ton papa et moi nous t’attendons tellement. On a plein d’amour à te donner, on a plein de bisous et de câlins à te faire. Le monde à te faire découvrir. Te protéger envers et contre tout. T’aimer fort, comme on n’aura jamais aimé avant toi.

Nous allons bientôt devenir une famille. Mais en fait, je crois que nous le sommes déjà.

Et toi ? Comment ta relation avec le bébé dans ton ventre a-t-elle commencé ? Comment a-t-elle évolué ? Prête pour la grande rencontre ? Dis-nous !

A propos de l’auteur

Presque trentenaire, mariée, heureuse, amoureuse et maman d'un petit Maxence né le 15 novembre 2016! Entre lire, mater des films et des séries, voir les Amis et la famille, accessoirement bosser et s'occuper d'un petit bout, le quotidien est bien rempli!!