Menu
A la une / Récit de grossesse

Mes traditions autour de la grossesse

Je suis quelqu’un de très attaché aux traditions. J’aime le fait qu’elles puissent nous inscrire dans une certaine continuité. J’aime leur incongruité. J’aime leur côté un peu vieux jeu. Elles me font souvent rire et font partie intégrante de qui je suis.

La grossesse, comme tout événement charnière dans la vie d’une famille, a aussi son lot de « traditions », ou de choses à faire ou à ne pas faire ! Je t’en livre quelques unes.

tradition

Crédits photo (creative commons) : Anouk Van Mars Bergen

Le secret des trois premiers mois

J’entends souvent débattre de la question de le dire ou ne pas le dire durant les trois premiers mois. Pour moi, la question ne s’est même pas posée. Je vois mes frères et sœurs en général cinq jours sur sept. Et mes cousins/cousines au minimum une fois par mois… On va donc dire que je suis proche de ma famille, voire très proche. Je ne sais pas qui de l’œuf ou de la poule, mais du coup, chez moi, on n’attend jamais trois mois !

Mon mari ne partageant absolument pas cette vision, il a fallu trouver un juste milieu. On l’a annoncé à nos parents et nos frères et sœurs. Pour les autres personnes, si elles devinaient, on ne leur mentirait pas, mais dans le cas contraire, on attendrait la fin du premier trimestre.

Autre chose : dans la culture de mes parents, on le dit très tôt. Pourquoi ? Parce que chez eux, la grossesse n’est pas une maladie, certes, mais une vraie période à risque. Donc si tu es enceinte, tu as interdiction formelle de lever le petit doigt. Une vie de pacha commence.

Heureuse tu seras en ne faisant rien

Chez moi, on dit qu’une femme enceinte augmente les risques de mort subite du nourrisson à chaque fois qu’elle pleure. Et de malformations à chaque fois qu’elle s’énerve. Hum ? Bon, OK, c’est peu crédible, mais c’est très utile pour que tout le monde autour de toi fasse ce que tu veux ! Très vite, je n’ai donc plus eu le droit de toucher à un balai ou à une casserole.

Avantages :

Ma grossesse ayant été pourrie de chez pourrie, j’ai eu la chance de pouvoir me reposer sur ma famille pour le ménage et les repas.

Inconvénients :

Gare à toi si tu déroges à la règle ! Je me suis fait passer un savon un jour où je m’étais aventurée à nettoyer les escaliers et où je me suis retrouvée à les dévaler. Et puis, ça fait bizarre de donner des ordres à sa mère pour le rangement ou les repas. Enfin, si ton mari ne partage pas ta culture, ça lui fera bizarre de passer neuf mois avec un paquet de gens chez lui qui font des aller-retour. Mais vu que c’était pour la bonne cause, l’homme n’a pas trop râlé.

Des mauvais esprits tu te préserveras

J’ai grandi dans une culture où on croit aux esprits et où on s’en préserve. Avec les années, j’ai appris à rationaliser beaucoup de choses, parce qu’il se cachait souvent des phénomènes bien concrets derrière des événements qualifiés de mystiques.

La grossesse est un des états où, semblerait-il, on est plus vulnérable à ces esprits. Du coup, on débarrasse ton environnement de tout ce qui pourrait être d’influence néfaste.

Avantages :

Une fois encore, tout le monde est aux petits soins avec toi. On se plie en quatre pour que tu vives dans un monde de licornes et de paillettes. (Ils ont eu du boulot, fin 2015 !)

Inconvénients :

Voir débouler ta mère pour une cérémonie de purification (avec des herbes brûlées qui puent) parce que la série télé que tu viens de regarder est pleine d’ondes néfastes (alors que tu n’as qu’une envie : dormir), ça n’a pas de prix !

Rien d’emprunté

Chez moi, la croyance populaire veut que prêter un vêtement (une enveloppe) ne soit pas anodin. Du coup, on ne met que des vêtements neufs au nouveau-né, dans l’idée de le laisser libre de se construire sans l’influence d’un autre qui aurait porté les vêtements précédemment.

Avantages :

Là encore, la famille est là pour offrir un maximum de trucs neufs à ton bébé.

Inconvénients :

Bah, faut quand même bien acheter le reste. Tu la vois, la facture ?

shoesmini

Crédits photo (creative commons) : sebajee

Pas toucher le ventre de la dame

Celle-là s’applique surtout aux autres, et plus particulièrement aux inconnus. Certaines règles de bienséance sont diamétralement opposées entre les pays.

Chez moi, c’est très mal vu de poser la main sur la tête d’un enfant. Et c’est pareil pour le ventre d’une femme : jamais au grand jamais, on ne posera la main sur ton ventre. C’est vraiment quelque chose de très occidental. Si tu le fais, c’est non seulement malpoli, mais en plus, on te traitera de sorcier.

Avantages :

Aucun. C’est comme ça, c’est tout !

Inconvénients :

C’est difficile à comprendre pour les autres, genre la belle-famille ou les amis.

Avec un pagne tu dormiras

Quand tu annonces ta grossesse, souvent, les femmes de la famille se mettent d’accord pour t’offrir un pagne (un tissu imprimé) avec lequel tu feras le plus de choses possible durant neuf mois. Le but étant qu’il garde ton odeur. Ce même pagne servira plus tard à emmailloter le bébé, ou à le porter si un jour tu t’absentes.

Avantages :

C’est top ! J’ai adoré avoir mon pagne doudou pendant neuf mois. Et vu qu’il est super long, j’en ai coupé un morceau pour faire de petits accessoires pour bébé.

Inconvénients :

Pour l’instant, je n’en vois pas.

Pour accoucher tu te cacheras

L’accouchement, aussi naturel soit-il, reste un événement à risque. Du fait probablement d’une mortalité élevée dans des temps où les connaissances obstétricales étaient maigres et certaines pratiques, plus délétères qu’autre chose, l’idée du secret autour de l’accouchement s’est fait une place.

Il était inconcevable pour mes parents que qui que ce soit (à part eux et mes beaux-parents) soit au courant que j’allais accoucher. Surtout que moi, je savais quand j’allais accoucher (j’avais la date et l’heure précises).

Ma mère a été très inquiète pour moi tout au long de ma grossesse. Je ne souhaitais nullement augmenter son degré d’anxiété (qui était déjà à son maximum !), alors je n’ai rien dit à personne avant l’arrivée du petit homme.

Avantages :

Au-delà du respect de la tradition, ma mère a été touchée de savoir que la raison pour laquelle nous le faisions était qu’on voulait la savoir sereine.

Inconvénients :

Difficile d’expliquer aux gens pourquoi, à partir de telle date, tu ne seras pas disponible sans leur dire que tu vas accoucher. Surtout qu’après cette date, tu risques de ne plus jamais l’être, disponible.

Le nom tu proclameras au huitième jour

Après ton accouchement, tu ne dois pas sortir de chez toi pendant huit jours. Avant, c’était le temps accordé au repos de la mère avant de pouvoir recevoir des visites. De plus, on considérait que ce temps était nécessaire à la nouvelle famille pour se consolider, avant d’affronter le monde extérieur. Et si tu as la malchance, comme moi, de ne sortir que très tard de la maternité, il te faudra attendre huit jours de plus.

Le huitième jour, quelqu’un du même sexe que ton enfant et né le même jour de la semaine que lui le fait sortir de la maison et le présente à la communauté. Il franchira ainsi sept fois le pas de la porte avec le nouveau-né, l’appellera par ses prénoms et énoncera ses liens de filiation. L’enfant est ensuite béni par toutes les personnes présentes.

Avantages :

La cérémonie était importante pour moi. Même si le rituel était totalement inconnu pour mon mari, on a adoré présenter notre enfant ainsi. Pour nous, ça représentait l’accueil que nos proches et nous-mêmes faisions à cet enfant.

Inconvénients :

La cérémonie se déroule à 6h du matin. Dois-je en dire plus ? Va expliquer à tes potes qu’il faut qu’ils viennent chez toi à 6h du mat’ un jour de semaine, pour voir exhiber ton bébé de quelques jours sur le perron ?

babyhand

Crédits photo (creative commons) : Jpedraza

Et pour finir, le prénom en lui-même !

Ah, le prénom, c’est un dilemme pour tous les parents. Mais quand la tradition s’en mêle, c’est encore plus ch… fatigant.

On avait déjà quelques desiderata personnels. Quelque chose de classique, dont la signification nous convienne, dont la sonorité s’accorde à notre nom de famille.

Mais en plus, traditionnellement, chez moi, les enfants portent un prénom associé à leur jour de naissance, et un en fonction de la tribu à laquelle ils appartiennent. Mes parents étant de deux tribus différentes, il fallait en choisir un dans chacune des langues. Pour finir, il lui en fallait un en fonction de son rôle dans la tribu (médecin, guerrier, devin, roi…).

Avantages :

C’est encore un moyen pour moi d’inscrire mon fils dans ma lignée. Chacun de ses prénoms est cher à mon cœur, et j’espère qu’il les portera avec fierté.

Inconvénients :

Bah, c’est long, et tu maudis tes parents quand tu as des papiers à remplir. Et à moins de vivre dans un pays où on en comprend l’utilité, c’est quasi ridicule.

Et toi ? Tu as dû respecter des traditions familiales pendant ta grossesse et les premiers jours de vie de ton enfant ? Comment les as-tu vécues ? Pour toi, tout ça, c’est fatigant, ou valorisant ? Raconte !

Pssst ! Tu es une future maman ? Reviens sur le blog à 11h, ça pourrait t’intéresser 😉

A propos de l’auteur

Je suis une fille ( ça j'en suis sûre!), jeune ( faut le dire vite.) drôle ( oui, même si je suis la seule à rire ) Je suis enceinte de mon premier humain miniature, et je vis cette grossesse plutôt au jour le jour. Disons que comme il était pas prévu pour tout de suite, on a pas eu le temps de faire un power point avec plan détaillé. Je viendrais donc m'épancher ici sur cet état soi-disant merveilleux qu'est la grossesse.