Menu
A la une / Récit de grossesse

Le second trimestre de ma grossesse attendue

Comme je te le disais dans mon article précédent, cette grossesse se passe très bien. Même mieux que la première. Je vais maintenant te raconter le second trimestre qui s’est passé en grande partie durant le confinement.

Les symptômes

Je n’ai connu que des symptômes très classiques et plutôt légers lors de ce second trimestre :

  • En premier lieu, j’ai arrêté d’avoir faim tout le temps, et heureusement parce que j’aurais fini à plus 40 kg si ça continuait comme ça
  • Les dégoûts alimentaires se sont peu à peu estompés et ont ensuite totalement disparus, même les odeurs me laissaient indifférente
  • La fatigue s’est elle aussi moins fait sentir le soir, et finalement j’ai retrouvé un besoin d’heures de sommeil équivalent à celui d’avant grossesse
  • Par contre, mon sommeil a été plus perturbé qu’avant, avec des micro-réveils de plus en plus réguliers. Et il paraît (dixit l’Homme) que je sursaute très régulièrement en dormant. Moi je ne m’en rends pas compte, je dors.
  • Je tenais plutôt une bonne forme, au point de jouer à chat perché ou à la marelle dans le jardin avec Petite Fleur. Mais bon, au bout d’un moment j’ai quand même arrêté de courir et sautiller, ça devenait inconfortable

Crédit photo (creative commons) : dw-lifestylefotografie

  • En ce qui concerne Petite Fleur, je me suis rendue compte que j’étais moins patiente qu’avant. J’essaie de ne pas trop lui en faire baver mais parfois, c’est plus fort que moi, je m’énerve (il m’est même arrivé de pleurer…)
  • Le mal de dos a commencé à devenir quotidien. Dès que je restais dans une même position plus de dix minutes, j’ai l’impression que mon dos est bloqué à plein d’endroits à la fois. Heureusement, il me suffit de bouger (difficilement) pendant quelques secondes et les douleurs disparaissent. J’espère que ça n’empirera pas trop au dernier trimestre
  • J’ai aussi quelques douleurs ligamentaires assez rares et parfois des crampes au mollet me réveillent en pleine nuit. Ça fait mal !!!
  • A mettre dans les symptômes chouettes : mes poils poussent beaucoup moins vite que d’habitude !!
  • Je crois que le dernier symptôme, de taille, concerne mes seins. Ils sont devenus énormes !!! Gigantesques ! Disproportionnés ! Et ils coulent aussi, un peu. Beaucoup moins que pour la grossesse de Petite Fleur. A peine quelques gouttes de colostrum par jour.

Les événements qui ont rythmés ce trimestre

J’ai commencé le second trimestre très fort : j’ai eu la gastro. Mais pas la petite gastro dont tu te souviens à peine trois jours après, non !!! LA gastro, celle dont tu te souviendras toute ta vie.

Mon mari l’a eu, assez légère. Puis Petite Fleur deux jours après. Beaucoup plus intensément. J’ai passé la nuit avec elle, pour être sûre qu’elle ne s’étouffe pas dans son vomi et pour lui tendre la bassine dès que nécessaire. Le lundi, j’ai gardé ma fille à la maison. Elle ne vomissait plus mais je voulais qu’elle se repose tranquillement. Le lendemain, tout le monde aurait du retourner à l’école/au travail.

Sauf que j’ai commencé à vomir à 17h20 (oui je me souviens de l’heure). Tout mon goûter. Puis à 18h20 et 19h20. Étonnante cette régularité n’est ce pas ? Ça a continué comme ça toute la soirée, et toute la nuit. Toutes les heures, j’étais réveillée par une violente nausée, je me rendais dans la salle de bain et je vomissais dans la bassine. Sauf que je ne vomissais plus que de la bile, l’estomac étant vidé depuis un moment. J’ai passé au total quinze heures à redouter l’heure suivante. Ce fut une nuit compliquée. Le lendemain, j’ai passé la journée très nauséeuse, mon mari m’a emmené chez le médecin, je n’étais pas en état de conduire. Et deux jours après j’allais mieux.

J’ai eu très peur que cette maladie affecte mon bébé. Tu imagines les montagnes russes que ça a été pour lui ! Heureusement, le généraliste a pu écouter son cœur qui battait normalement. Étonnamment, cette gastro a eu une conséquence heureuse : depuis, je sens mon bébé bouger ! Ce fut très tôt dans la grossesse mais ça m’a bien rassurée après ce que nous avions vécu tous les deux.

Autre événement, et de taille : le confinement. Il a commencé quand j’en étais à quatre mois et demi de grossesse. Il a fallu à partir de là gérer Petite Fleur H24, comme tous les Français avec leurs enfants. Heureusement que cela se passe au printemps et qu’on peut profiter du soleil.

Crédit photo (creative commons) : egor105

En ce qui concerne la grossesse, le confinement a surtout eu un impact sur mes rendez-vous. Je me suis rendue seule à l’échographie du second trimestre, sans l’Homme. J’ai appris le sexe de notre bébé seule. J’ai tout de même filmé la séance mais ce n’était pas pareil du tout.

Lors de ce rendez-vous, ma gynécologue m’a dit que je n’aurais pas à passer le test de diabète gestationnel. Elle a décidé de cela en prenant en compte plusieurs critères : mes antécédents familiaux (pas de diabétiques), ma prise de poids modique (merci la gastro qui m’a fait perdre plusieurs kilos pris durant le premier trimestre) et le poids de naissance de Petite Fleur (qui faisait 3.085 kg). Qu’est ce que j’ai été heureuse d’apprendre que je ne revivrais pas cette séance de torture !!

Mon rendez-vous du sixième mois avec la sage-femme s’est lui passé par téléphone. J’étais très dubitative : comment allait-elle savoir si tout allait bien en me posant simplement des questions et sans pouvoir m’examiner ?

Finalement, la sage-femme m’a posé des questions banales : avez-vous saigné, avez-vous des contractions, le bébé bouge-t-il, votre ventre grossit-il, vous êtes-vous pesée dernièrement, puis elle a répondu à toutes mes questions. L’appel a duré en tout et pour tout neuf minutes.

Je me doute qu’elle ne peut pas faire mieux et que c’est mieux que rien mais j’aurai préféré l’avoir face à moi, je n’ai pas vraiment eu l’impression d’avoir un vrai suivi de grossesse lors de ce rendez-vous.

Enfin, le confinement a eu une autre conséquence qui a fait monter mon stress en flèche, mais ça je t’en parle dans un autre article.

Ce bébé qui grandit en moi

Comme je te l’ai dit, nous connaissons maintenant le sexe de ce deuxième enfant : c’est une seconde petite fille !

Forts de cette information, nous avons réussi à lui trouver un prénom en quelques jours. Un prénom qui nous convient parfaitement à tous les deux. Et c’est fort quand on sait qu’on a trouvé pour Petite Fleur seulement trois semaines avant sa naissance.

Le fait de la sentir tous les jours, de la nommer, de lui parler en sachant qu’elle m’entend, j’ai l’impression de développer une relation bien plus forte avec ce bébé que je ne l’ai fait avec sa sœur il y a cinq ans. Totalement contradictoire avec mon article précédent, je sais.

Je l’aime tellement fort. Je n’ai pas ressenti un tel amour au cours de la grossesse pour Petite Fleur. Peut-être parce que je sais maintenant ce que c’est d’être maman ? Que je sais ce qui nous attend, grâce à Petite Fleur ? En tout cas, j’attends le jour de sa naissance avec impatience. J’ai tellement hâte de la découvrir, de la regarder, de l’embrasser, de la sentir. Mon petit bébé.

Est-ce qu’elle ressemblera à sa sœur ou sera totalement différente ? Je suis seulement certaine que ce sera une petite fille merveilleuse et que je serais totalement folle d’elle.

Et toi, comment se passe ton second trimestre de grossesse ? Tes symptômes se sont-ils atténués ? Fais-tu partie des femmes dont la grossesse a été chamboulée par le confinement ? Raconte !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.