Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Le second trimestre de ma seconde grossesse : un trimestre bien différent de ma première grossesse


Publié le 22 septembre 2019 par Étoile

Normalement, on arrive sur la trimestre le plus sympa : le ventre n’est pas encore trop gênant, et les signes sympathiques de la grossesse s’estompent. J’ai vécu ce second trimestre d’une manière très différente de ma première grossesse, et cela confirme bien qu’aucune grossesse ne se ressemble.

D’une point de vue médical et en comparaison avec mon premier bébé

Pour Petit Prince, j’ai été arrêtée à la seconde échographie, car Monsieur était à la limite d’un RCIU (retard de croissance intra-utérin). Cette fois-ci, on m’avait prévenu assez tôt – lors du rendez-vous du quatrième mois – que je serai arrêtée tôt par précaution du fait de mes antécédents et de ma pathologie génétique. Sur le coup, je me sentais bien et les résultats étaient bons que ce soit de mon côté ou de celui de mon bébé, donc je n’ai pas très bien compris… Il a été convenu de m’arrêter au rendez-vous du sixième mois (j’ai réussi à négocier un mois de plus!). Je crois que mon gynécologue m’a prise pour une personne étrange à ce moment-là, mais ayant pris mon poste, il y a un peu mois d’un an, je crois que j’avais du mal psychologiquement à lâcher prise. Cet arrêt a été bien sûr motivé par ce que j’expliquais précédemment, mais il y a aussi eu deux causes physiques.

En premier lieu, j’ai eu des contractions en voiture dès le cinquième mois. Celles-ci sont toujours restées limitées et passaient ensuite à l’aide d’un anti-spasmodique. Et surtout, lors d’une échographie de contrôle, on m’a détecté des notchs utérins, c’est-à-dire que mes artères utérines ne fonctionnent pas à 100%. Le flux sanguin n’est pas suffisant (sans être catastrophique lors de cette échographie). Le risque des notchs est que la courbe de croissance de bébé décroche du jour au lendemain sans possibilité de rattraper le retard. La problématique a lieu particulièrement au troisième trimestre. Par précaution, il était donc clair que je serai arrêtée au plus tard dès le début du troisième trimestre. Les contractions ont juste accéléré l’arrêt de quelques semaines.

A l’heure où j’écris, je fais mon écho T3 dans quelques jours. Quoiqu’il en soit à l’écho du deuxième trimestre, Petit Poussin (oui, je lui ai enfin trouvé un petit nom !) était dans les normes et mieux que son frère au même terme ! Pour résumé, d’un point de vue physique, ce n’est pas parfait, mais il n’y a rien de très perturbant, ce qui fait que j’ai vécu ce trimestre beaucoup plus sereinement que pour Petit Prince. Quant aux maux sympathiques de la grossesse, j’ai souffert de maux principalement digestifs… Sexy !

Photo (creative commons) : Pixabay – Pexels

D’un point de vue psychologique et moral, parce que ça compte aussi !

Autant te dire que ma grossesse n’a pas été très bien perçue par un de mes supérieurs et j’ai eu le droit à quelques remarques qui m’ont mis dans tous mes états. Du genre, « tu nous as fait un enfant dans le dos ». Je n’irai pas dans les détails, mais il a été difficile de se détacher de ces remarques, car j’avais l’impression d’abandonner mon équipe. J’aurai pu sans doute attendre avant de tomber enceinte, mais en même temps, je le voulais vraiment ce bébé. Comme pour Petit Prince, j’ai eu ce sentiment de culpabilité assez fort, cependant il faut bien construire sa vie de famille !

Sur cette même période, mon mari a changé d’emploi, ce qui m’a amené pas mal de stress. Je dois reconnaître que cet élément plus les remarques au travail m’ont fragilisé. Cependant, j’ai vécu un second trimestre beaucoup moins anxiogène que pour Petit Prince dans la mesure où je « sais » où je vais d’un point de vue médical, et je sais ce qu’est la grossesse. En outre, la vie étant plus douce en région, je n’ai jamais connu le stress des transports que j’ai expérimenté en région parisienne. Il n’a jamais été  question de savoir si j’avais avoir une place assise dans le métro ou le bus tous les matins, et ça, c’est bête mais c’était clairement très confortable.

Bref, ce second trimestre n’est donc absolument pas comparable avec celui de ma première grossesse. Cette grossesse s’annonce donc – en dehors des quelques contrariétés énoncées – sous un meilleur angle. Sauf que tout ne se passe toujours pas comme prévu malheureusement…

Et toi, comment as-tu vécu ton second trimestre ? 


Guide accouchement

Pendant la grossesse, tu t’imaginais épanouie, heureuse, avec un joli ventre rond, et bien sûr, il y a de ça. Mais tu n’étais peut-être pas tout à fait préparée pour les vergetures, les coups de pied dans la vessie à 2 heures du matin et les galères administratives. On ne te la refera pas deux fois. Avec le guide hyper complet et concentré de Dans Ma Tribu, tu sauras exactement ce qui t’attend après l’accouchement. Clique ici pour en savoir plus.

Commentaires

2   Commentaires Laisser un commentaire ?

Workingmutti (voir son site)

Ces réactions dans le monde du travail sont quand même incroyables. J’entends qu’un congé maternité signifie soucis de réorganisation, mais de là à dire « un enfant dans le dos », comme s’ils étaient autant partis de la naissance que le couple …

le 23/09/2019 à 09h03 | Répondre

La Renarde (voir son site)

Mes 2 grossesses ont eu évidemment des points communs mais également des différences. Comme toi j’ai été arrêtée plus tôt pour la 2e grossesse car les contractions sont venues assez tôt et que mon bébé appuyait déjà sur mon col. Il faut savoir se ménager parfois 😉

le 23/09/2019 à 14h13 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?