Menu
A la une / Récit de grossesse

Ma grossesse Vs les grossesses de ma maman

Ma maman a eu un parcours de femme enceinte très particulier. A contrario, le mien est tout ce qu’il y a de plus classique. Cette différence a beaucoup altéré nos relations pendant ma grossesse.

Mamie et bébé

Crédits photo (creative commons) : Barney Moss

Les grossesses de ma maman

Ma maman est tombée enceinte pour la première fois à 25 ans, le premier mois après l’arrêt de sa pilule. Elle était très heureuse et attendait un petit garçon. Malheureusement, elle a perdu son bébé à quelques mois de son terme.

L’année suivante, après avoir laissé son corps et son esprit se reposer de ce traumatisme, elle est à nouveau tombée enceinte très rapidement. Quelle joie ! Un autre petit garçon était en route ! Mais le sort s’est acharné, et elle a perdu le bébé à terme.

Après ces terribles épreuves, mes parents ont eu beaucoup de mal à remettre un autre enfant en route. Lorsqu’ils ont décidé que le moment était venu de retenter, ma mère n’arrivait plus à être enceinte.

Après plusieurs examens médicaux, il s’est avéré que le sperme de mon père était de très mauvaise qualité. Les médecins ont donc proposé une PMA à mes parents. En fait, les spermatozoïdes de mon papa ont été placés dans une sorte d’essoreuse à salade ! Ainsi, les plus faibles ont été éliminés, et les bons ont été injectés directement dans les ovules de ma maman.

Quelques jours après cette étape, petite visite de contrôle : il y avait deux œufs ! Ma maman attendait des jumeaux ! Un troisième œuf était présent, mais trop petit : il n’y avait aucune chance qu’il se développe. Mes parents étaient ravis, mais prudents. Le passé n’était que cinq ans derrière eux…

Deuxième échographie, à quelques semaines : le troisième œuf s’était développé ! Mes parents allaient avoir des triplés ! Ma mère a été arrêtée immédiatement, et même si elle avait le droit de rester chez elle, sa grossesse a été très médicalisée. Mais elle avait un bon pressentiment pour cette grossesse : elle avait beaucoup de nausées, des folles envies de café et de fraises tagada. Pour ses précédentes grossesses, rien de tout ça…

Sa grossesse s’est très bien passée, même si la technologie des années 90 ne permettait pas de connaître avec précision les sexes des bébés. Qu’importe, mes parents avaient prévu six prénoms (trois de fille et trois de garçon) et cela, la veille de l’accouchement programmé !

Un après-midi d’avril, à l’heure dite, ma mère a accouché (par césarienne, évidemment !) de trois petites filles.

Ma grossesse

Après notre mariage, mon mari et moi avons immédiatement dit à nos familles que nous essayions de mettre un bébé en route… Ça nous a évité le « Alors, c’est pour quand le bébé ? » toutes les dix minutes !

Mais au bout d’un mois, toujours rien. Mon papa s’est inquiété. Le démon du passé a ressurgi. Deux mois plus tard, toujours rien. Ma mère s’est inquiétée à son tour. Elle m’a dit de prendre ma température pour vérifier l’ovulation, mais je lui ai demandé de rester zen : deux mois, c’était super court !

Au troisième mois d’essais, j’étais enceinte, mais j’ai préféré attendre l’échographie avant de l’annoncer. Nous avons donc évité les repas de famille.

Une semaine avant l’écho des 3 mois, c’était l’anniversaire de mon papa. Avec mon mari, on s’est dit que ce serait l’occasion parfaite pour annoncer ma grossesse. Si quelque chose n’allait pas, l’avoir annoncée une semaine en avance n’allait pas y changer grand-chose.

J’ai donc annoncé ma grossesse à mes parents, qui ont fondu en larmes sous le coup de l’émotion.

Le parallèle

Dès lors que j’ai fait cette annonce, les relations avec mes parents se sont compliquées.

Ma mère évitait le sujet de la grossesse, elle ne semblait pas heureuse pour moi. À quelques jours de mon terme, elle m’a expliqué qu’elle avait peur de trop s’enthousiasmer et que ça se termine comme sa première grossesse. J’ai eu beau lui expliquer que nous étions deux femmes différentes avec des grossesses différentes, elle était tout de même très angoissée.

J’ai donc essayé de l’investir au maximum à la fin de ma grossesse. Je lui ai demandé de m’accompagner aux deux derniers rendez-vous de contrôle, prétextant le fait que j’avais peur de conduire à cause des malaises que je faisais régulièrement. Ça l’a rassurée de se sentir utile.

Mes parents ne voulaient pas connaître le sexe de notre bébé. Nous leur avons quand même dit. De toute façon, avec une liste de naissance bourrée d’articles roses, ils auraient rapidement compris ! Mon père m’a avoué qu’il était rassuré que j’attende une petite fille : pour lui, les filles sont plus fortes que les garçons (rapport aux deux fausses-couches de ma maman).

Lorsque je lui ai montré les photos de l’échographie et annoncé le poids approximatif de mon bébé, il m’a fait une réflexion très difficile : c’était le poids que faisait le premier bébé quand ils l’ont perdu. Je ne lui en ai cependant pas voulu : ses paroles ont précédé sa pensée.

Mon papa a été très trop protecteur pendant ma grossesse. Il surveillait tout ce que je mangeais, si je dormais suffisamment… J’avais déjà mon mari super-futur-papa-poule qui me couvait bien trop, alors si lui aussi s’y mettait ! Par contre, il n’a jamais touché mon ventre, même quand je lui ai proposé. Mais il n’avait jamais touché non plus le ventre de sa propre femme, alors je me doutais qu’il ne le ferait pas avec sa fille.

Au final, je regrette beaucoup de ne pas avoir pu partager ma grossesse avec ma maman. J’ai eu l’impression d’avoir une épée de Damoclès au-dessus de la tête pendant ces neuf mois. C’était comme si parler de grossesse avec mes parents allait attirer le mauvais œil.

Mais mon accouchement, par césarienne aussi, nous a quand même rapprochées. Une fois que ma fille est née, ma mère a pu se confier sur ses grossesses et ses accouchements. Et aujourd’hui, nous sommes beaucoup plus proches que par le passé… comme si la naissance de ma fille avait conjuré le mauvais sort !

Et toi, quelles relations avais-tu avec tes parents pendant ta grossesse ? A-t-elle remué des choses dans l’histoire familiale ? Comment l’as-tu géré ? Viens en parler…

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Salut moi c'est Doupiou ! Je suis mariée, maman d'une PetitePerle née à l'été 2015 et d'un petit Barbouille né peu avant le printemps 2018. Tatouée, motarde, fan de foot mais aussi très coquette, addict aux robes et aux talons : je suis pleine de contradictions ! Je viens ici te raconter mon quotidien avec mes deux enfants et mes expériences de la parentalité. J'essaie toujours de positiver !