Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Un sommeil apaisé


Publié le 12 janvier 2020 par Madame Fleur

Si tu suis DMT depuis un petit moment, je ne t’apprends rien si je te dis que chez nous, le sommeil a toujours été un peu compliqué. Mais comme cela s’est beaucoup amélioré depuis quelques mois, je viens te présenter les choses que nous avons mises en place et qui fonctionnent chez nous.

Nous avions deux problèmes majeurs pour le sommeil : notre fille avait du mal à s’apaiser et à lâcher prise au moment du coucher et elle se réveillait souvent la nuit. Notre souci principal étant que lorsqu’elle se réveillait, il était généralement très compliqué de l’endormir de nouveau sans de terribles et stridents hurlements.

Je vais te donner les trois astuces qui chez nous, ont révolutionné nos nuits. Je ne peux pas vraiment te dire laquelle a fonctionné, puisque nous les avons toutes mises en place en même temps. Mais l’important reste que depuis, tout le monde dort mieux (enfin sauf la femme enceinte que je suis, mais ce sera pour un prochain article).

Crédit photo (creative commons) : Fujikama

Enlever les barreaux du lit

Cela faisait un petit moment que nous en parlions, mais nous n’arrivions pas à passer le cap ! Et puis, je me suis dis que ce serait quand même plus simple de pouvoir s’asseoir sur le lit de notre fille pour ne plus l’endormir dans nos bras au moment de l’histoire.

L’autre raison étant que clairement, nous n’en pouvions plus des cris la nuits. Un peu désespérée, j’ai vraiment insisté sur la nécessité de la chose. Pourquoi ? Parce comme je l’ai répété à Mr Plante maintes fois, je préférais que notre fille vienne nous voir dans la pièce d’à côté au milieu de la nuit, plutôt qu’elle se mette à hurler en restant dans son lit.

Créer un vrai rituel du coucher

Nous nous sommes également attaqués au cœur du problème : l’endormissement. Jusque là, notre fille était sur nos genoux pendant que nous lui lisions une histoire avant de la coucher. Tout se passait plutôt bien jusqu’à ce qu’il faille la mettre dans son lit. Une fois posée, elle commençait à s’agiter et dès que nous quittions la pièce, c’était des cris et des appels incessants et à répétition. 

Sans les barreaux, il était plus facile de l’apaiser directement dans le lit et nous pouvions lui lire ses histoires tranquillement. Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là car cela ne suffisait clairement pas. 

Nous avons donc commencé par lui lire trois à quatre livres qu’elle choisissait dans sa bibliothèque sur nos genoux (elle voulait très souvent son père, mais bon on peut pas tout avoir). Pour le dernier livre, nous la couchions systématiquement dans son lit avec toujours le même livre. Nous avons choisi un livre de l’École des Loisirs : “Au lit, petit lapin” pour créer un rituel propice à son endormissement. Il s’agit d’un livre interactif, nous lui faisions donc faire les différents gestes du livre : secouer l’oreiller, remonter la couette, éteindre la lumière…

Dans le même genre de livre, tu as « le soleil se couche » toujours de l’École des Loisirs, qui fonctionne aussi très bien pour accompagner le sommeil. 

Notre fille a tout de suite été hyper réceptive à ce rituel et c’était vraiment parfait pour l’apaiser. Mais tu t’en doutes, au milieu de la nuit, nous ne pouvions pas relire le livre et faire tout le rituel.

Sur les conseils d’une collègue, nous avons donc mis en place la dernière astuce.

Accompagner le sommeil

Nous avions assez vite compris que notre fille n’arrivait plus à s’endormir seule, mais nous ne trouvions pas de solution adéquate. Bien sûr rester à côté d’elle était toujours couronné de succès, mais dès que nous faisions grincer le parquet (foutu parquet !), c’était reparti pour un tour !

Après une énième nuit pourrie, les yeux totalement cernés, ma collègue m’a soumis une idée. Puisqu’elle n’arrivait pas à s’endormir seule, il fallait que nous lui apprenions de nouveau. Elle m’a donc conseillé de la coucher avec notre petit rituel et de laisser la porte ouverte pour lui parler depuis le salon. Évidemment, les premiers soirs, elle a eu du mal à se calmer. Elle s’est mise à hurler dès notre sortie de la chambre. Malgré nos paroles rassurantes et continues, elle pleurait une bonne vingtaine de minutes. Bien évidemment cela nous brisait le cœur. D’autant que lorsqu’elle se réveillait la nuit, il fallait aussi lui parler longtemps avant qu’elle ne se rendorme. Pourtant, nous avons tenu bon et nous ne retournions dans sa chambre qu’en cas de problème.

Contrairement à ce que je pensais, notre poupette s’est assez peu relevée, seulement un soir où elle était très énervée et n’arrivait pas à s’endormir. 

En moins d’une semaine, l’apaisement est venu plus rapidement. Au bout d’une semaine, elle a arrêté de pleurer quand nous sortions de la pièce et elle avait même l’air content de se mettre au lit en faisant le petit rituel du livre.

Tout cela mis bout à bout, en deux semaines, l’affaire était réglée et nous avions retrouvé nos nuits paisibles. Gros soulagement pour tout le monde. 

Il y a eu finalement assez peu de ratés. Dans les premières nuits, notre fille est tombée une seule fois (on a investi dans une petite barrière chez le géant suédois). On peut compter sur les doigts d’une main, le nombre de fois où elle est venue nous rejoindre dans le salon au milieu de la nuit et nous n’avons jamais eu aucun mal à ce qu’elle se recouche.

Plusieurs mois plus tard, je peux te dire que ces mauvais moments sont derrière nous. J’ai eu très peur au moment de notre déménagement. Je craignais que s’habituer à un nouvel environnement avec un nouveau lit, en plus du stress engendré par les aléas d’un déménagement, soit un peu trop pour notre petite fille. Mais j’avais tord ! Le lit de grand a été adopté sans aucune difficultés, en plus d’être vraiment pratique pour nous.

Le rituel s’est bien transformé en quelques mois, puisque nous n’avons plus besoin de lire le même livre chaque soir. En général, on s’installe chacun d’un côté du lit pour lire les histoires et après un gros câlin, chacun peut profiter de sa soirée et d’un repos bien mérité.

Tu as d’autres astuces pour aider ton enfant à mieux dormir ? Est-ce que le sommeil a été un sujet chez toi ?



Disney+ est maintenant disponible en France ! Abonne-toi en cliquant par ici 👇
7 jours d'essai gratuits


 


Commentaires

13   Commentaires Laisser un commentaire ?

Tifenn

Ahhhh voilà un article qui me parle tellement.
Maman d’une petite fille de 17 mois qui a des difficultés d’endormissement et qui se réveille souvent la nuit. Ça devient difficile a vivre.
Madame Fleur, à quel âge les barreaux du lit peuvent ils être retiré pour le coup?
Je n’ai pas encore osé les enlever vu que ma fille est une mini tornade. Pour autant à la crèche elle ne dort plus dans un lit à barreaux mais un lit bas.

le 12/01/2020 à 10h34 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Depuis l’age de 14-15 mois, elle dort sur une sorte de lit de camp à la crèche donc j’avoue, je n’avais pas trop d’inquiétude à enlever les barreaux.
Mais nous on a attendu ses 21 mois je crois.

le 14/01/2020 à 15h13 | Répondre

Jahanara

Ma fille de 2 ans adore aussi « Au lit petit lapin » que je lui lis tous les soirs !
Ici aussi l’endormissement a été compliqué un bon moment. J’avais pris l’option de rester avec elle, allongée sur le grand lit qui est dans sa chambre pendant qu’elle s’endormait dans son petit lit. Et peu à peu après 7 mois de ce rituel, je peux maintenant sortir au bout de qq minutes sans qu’elle ne dise rien.
Ça a été long et un peu pénible de passer mes soirées à rester avec elle, mais vu le résultat ça valait le coup. Il faut surtout retenir que les enfants grandissent et que les rituels évoluent !

le 12/01/2020 à 12h10 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je suis tout à fait d’accord avec toi.
Nous le souci, c’est que sa chambre à l’époque nous ne permettait pas vraiment de rester avec elle autrement qu’en se tordant le dos ^^
Mais j’avoue, maintenant, elle dort tellement bien dans son nouveau lit et son nouvel environnement. J’espère qu’on sera plus chanceux ou en tous les cas mieux armés avec l’arrivée de la seconde.

le 15/01/2020 à 16h44 | Répondre

Emilie

Ta collègue est vraiment de bon conseil. C’est chouette d’être entourés de personnes bienveillantes qui savent soumettre de bonnes idées sans jugement.

le 12/01/2020 à 13h07 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Oui j’ai vraiment des collègues en or. Ils ont toujours été hyper rassurants et bienveillants avec moi.

le 15/01/2020 à 16h45 | Répondre

Cricri2j

Ma fille avait les mêmes soucis que toi et le passage en lit sans barreau ainsi que le fait de lui parler depuis le salon lui ont permis de s endormir désormais sans pleurer ni se réveiller (ou beaucoup plus occasionnellement) la nuit.

le 12/01/2020 à 21h46 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

J’avoue que que sans ma collègue, je n’y aurais pas pensé ! Et pourtant je pense que cela a vraiment tout changé.

le 15/01/2020 à 16h45 | Répondre

Elodie

Ici pas de souci de lit car il est passé du couffin au matelas 1 place au sol, par contre, nuits hachées et nécessité d’être près de lui pour qu’il s’endorme jusqu’à ses 2 ans environ. Et du jour au lendemain sans qu’on ne change rien, même rituel du coucher etc j’ai pu aller me doucher ou ranger ma cuisine en le laissant quand je revenais il dormait, depuis c’est règle. un déclic sûrement

le 13/01/2020 à 10h54 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Oui sans doute. Il y a beaucoup de choses finalement qui ne peuvent venir que de l’enfant.

le 16/01/2020 à 10h32 | Répondre

Lin Li-Aï

Cet article me parle tellement !
Je suis maman d’une petite fille de 11 mois qui n’a JAMAIS réussi à s’endormir seule. J’en viens presque à me demander si les enfants que l’on pose dans le lit bien éveillé et qui s’endorme automatiquement ne sont pas un mythe…

Je ne sais plus quoi faire et sur les conseils d’un ancien de tes articles, j’ai pris rendez-vous avec la psy de la PMI (dans 2 semaines, j’ai haite).

Nous faisons un rituel tous les soirs ( lumiere tamisé et pas de gros bruits 1h avant de dormir, on se met en pyjama, on lit une histoire, on donne le biberon et on chante) et ce, depuis ses 2 mois. Malgrès tout, à la seconde ou elle va être posée dans son lit, elle va hurler, se relever, se débattre, se jeter d’enervement contre les barreaux alors que nous sommes toujours là, près d’elle, toujours à chanter.
Je n’ose meme pas la rassurer en étant toujours dans le salon quand elle n’arrive meme pas à se calmer à 3 cm de nous…

Nous avons finalement virer un côté de son lit…que nous avons collé au notre (nous n’avons qu’une chambre donc elle dormait déja dans la meme pièce). Depuis, il y a un mieux pour l’endormissement (elle ne hurle plus quand elle est dans son lit..mais elle peut mettre 1h à s’endormir alors qu’elle est épuisée.

Concernant les nuits ensuite… elle n’a jamais fait de nuits (enfin si, 10 depuis la naissance) complete. Elle se reveille minimum pour :
– la tetine
– un biberon (et s’il y a trop peu, elle hurle pour en ravoir…)
– jouer : depuis 2 mois maintenant, elle pète la forme en pleine nuit.

Je ne sais plus quoi faire.. 🙁
Si d’autres mamans sont dans ce cas, je suis preneuse d’astuce ;__;

le 15/01/2020 à 17h26 | Répondre

Madame Fleur (voir son site)

Je suis vraiment désolée de lire cela et je sais à quel point cela doit être difficile.
Je pense qu’elle est encore petite pour comprendre si vous lui parliez depuis le salon.
En revanche, cela ressemble beaucoup à une très forte angoisse de la séparation, ce qui est totalement normal à son âge.
Est-ce que vous avez essayé de décaler l’heure du coucher ? On s’était notamment rendu compte avec la psychologue justement, que peut être l’horaire était trop tard pour notre fille. Du coup, elle n’arrivait pas à s’apaiser car vraiment trop fatiguée.
La solution du cododo est sans doute idéale si cela la rassure. Comme je le disais dans un commentaire plus haut, nous cela n’était pas vraiment faisable dans notre deux pièces où on dormait dans le salon.
Pour la tétine, cela ne va pas te rassurer, mais jusqu’à très récemment, notre fille nous appelait pour lui redonner.
Pour le biberon, la question c’est de savoir si elle en a vraiment besoin ou si c’est juste pour se rassurer aussi (mais si elle crie c’est peut être qu’elle en a besoin, les pics de croissance peuvent provoquer des retours aux biberons de nuit).
N’hésites pas non plus à en parler aux autres tribulettes, Elles ont toujours été de bons conseils.

le 16/01/2020 à 12h19 | Répondre

Elodie

11 mois c’est si petit. Ta fille a besoin de vous pour s’apaiser, après tout ce n’est pas si grave. Ici il s’est endormi contre moi jusqu’à 2 ans passés et quand il a été prêt de lui même il me disait que je pouvais partir. Après tout, moi quand mon mari n’est pas là j’ai du mal à m’endormir et j’ai 32 ans! A 18 ans elle ne voudra plus dormir contre toi, rassure toi

le 18/01/2020 à 06h17 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?