Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Bilan du premier trimestre de ma deuxième grossesse. Symptômes et suivi.


Publié le 27 mars 2019 par Étoile

Lors de ma première grossesse, j’avais longuement écrit sur les petits maux de la grossesse. On dit que chaque grossesse ne se ressemble pas. Pour ma part, c’est un constat à moitié vrai sur ce point.

Quand les symptômes sont de retour…

Je ne dirai pas que j’ai revécu la même grossesse. Il y a eu quand même quelques subtilités et différences 🙂 Voici mon top symptômes pour cette seconde grossesse  :

L’essoufflement. Je montais un escalier : essoufflée. Je porte des sacs dans la rue : essoufflée, etc… Ce symptôme m’a vraiment perturbé, mais je me suis vite rassurée en me disant qu’avant de tomber enceinte, je faisais dans tous les cas de la course à pied sans être essoufflée, donc non, je n’allais pas mourir d’un problème cardiaque. Je n’ai pas souvenir avoir eu ce symptôme de manière aussi marquée pour ma première grossesse. Celui-ci s’est estompé considérablement au second trimestre.

La fatigue. Coucou zombiland ! Je me suis couchée régulièrement vers 21h à cette période ou je m’endormais devant la télé dès 20h. De même au travail, j’avais envie de dormir. Ayant mon propre bureau, je m’affalais parfois sur mon bureau entre midi et deux pendant la pause déjeuner de tout le monde. Je me demande encore comment j’ai fait pour ne pas me faire remarquer… Cette fatigue était vraiment « chimique » et pas naturelle.  Elle a clairement été plus marquée que pour Petit Prince. Elle a disparu vers 10 SA.

Les nausées. Deux mois de calvaire. Le matin, je me suis nourrie exclusivement de biscottes et d’eau. Impossible d’avaler autre chose. Ce régime me permettait d’être un peu près bien jusqu’à 10h environ. En effet, les nausées revenaient systématiquement entre 10h et 13h. Le grignotage ne changeait pas grand chose aux nausées et aux nombreux dégoûts que j’ai eu pendant cette période. Rien ne m’a réellement soulagé excepté de l’eau. L’après-midi, celles-ci étaient plus supportables mais reprenaient encore plus fortement de 16h jusqu’à l’heure du couché. Je dirai que le pic était généralement vers 18H pile quand j’allais cherché mon fils à l’école… Pour ma première grossesse, j’étais clairement malade plutôt la matin, et les nausées s’estompaient après le déjeuner généralement. Comme pour mon premier bébé,  elles ont commencé par s’espacer vers 12 SA pour s’arrêter totalement pendant le quatrième mois.

La constipation. Forcément quant on a du mal à manger et que tout nous dégoûte… Je n’avais pas eu autant de soucis pour bébé 1…

Mais j’ai aussi développé un super pouvoir incroyable : mon odorat. C’est bon, je connais maintenant les parfums de tous mes collègues (et accessoirement l’odeur transpiration de certains – désolée pour le glamour).

A la fin du premier trimestre, et d’une manière similaire à Petit Prince, j’avais perdue 1 à 2 kg sur mon poids de départ. Je dois reconnaître aussi que les symptômes ont été plus virulents pour cette grossesse. C’est évident que cela n’a été pas si facile à vivre (surtout avec un aîné à gérer). Je comptais les jours. Difficile aussi de camoufler les symptômes, de faire comme si tout allait bien au travail (bizarrement personne n’a rien remarqué?)… mais l’avantage indéniable, c’est que ces symptômes me rassuraient en me disant que bébé allait bien.

Pixabay – xusenru

Le suivi du premier trimestre

Je n’ai pas vu de gynécologue sur le premier trimestre hors échographie (contrairement à ma première grossesse). Mon médecin traitant a géré la prise de sang très exhaustive du début de grossesse comprenant un bilan global en plus d’indicateurs plus spécifiques tels que dépistage de maladies sexuellement transmissibles, immunisation contre la rubéole, toxoplasmose, etc… A 6 SA, j’ai effectué en outre une échographie de datation à l’hôpital pour vérifier que tout allait bien. Celle-ci a été suivie à 12 SA par l’échographie des trois mois à laquelle on nous a annoncé à mon mari et moi d’un part le sexe de notre bébé (oui, déjà ! et le médecin ne s’est même pas trompé), et d’autre part que je devrai faire une écho référée spécifique avec le chef de service à 4 mois de grossesse compte tenu de ma maladie génétique.

J’ai trouvé ce suivi beaucoup plus zen que pour Petit Prince et j’ai mieux vécu ce premier trimestre. Déjà j’étais mieux physiquement malgré des symptômes plus forts par rapport à ma première grossesse.  En effet, je n’ai pas eu de pertes « bizarres » comme j’avais pu connaitre pour Petit Prince. D’autre part, j’avais bizarrement plus confiance en mon corps par rapport à ma première grossesse.

Et toi, comment s’est passé ton premier trimestre ? Si tu as vécu plusieurs grossesses, est-ce que les symptômes ont été similaires ou au contraire totalement différents ?


Guide accouchement

Pendant la grossesse, tu t’imaginais épanouie, heureuse, avec un joli ventre rond, et bien sûr, il y a de ça. Mais tu n’étais peut-être pas tout à fait préparée pour les vergetures, les coups de pied dans la vessie à 2 heures du matin et les galères administratives. On ne te la refera pas deux fois. Avec le guide hyper complet et concentré de Dans Ma Tribu, tu sauras exactement ce qui t’attend après l’accouchement. Clique ici pour en savoir plus.

Commentaires

Workingmutti (voir son site)

J’ai toujours su le sexe de mes enfants à 12 SA aussi (un sans faute pour 4 estimations).

Je compatis pour les nausées, à chaque grossesses elles étaient de pire en pire. Le pic était aussi chez moi le soir.

Mais j’ai aussi réussi à développer un mal de transports. Pratique quand on a 3h de transports en commun par jour XD.

le 27/03/2019 à 14h36 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?