Menu
A la une / Conseils

Prévenir et traiter la tête plate du nourrisson


Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Notice: Undefined index: host in /home/nmagnouloux2/sites/dans-ma-tribu.fr/wp-content/plugins/ziofix-credit-picture-old/ziofix-credit-picture.php on line 32

Petit Prince a eu une plagiocéphalie droite suite à un torticolis congénital. Rapidement, sa petite tête s’est déformée. Je t’avais déjà parlé de ma difficulté à me faire entendre par les pédiatres conventionnels sur le sujet.

Avant de te parler plus précisément du traitement de Petit Prince dans un prochain article, il me paraît judicieux de te parler de comment prévenir et traiter cette déformation en général, car je me suis pas mal documentée sur le sujet, qui me semble tabou au sein du corps médical. Non, la tête plate n’est pas une fatalité, et oui, c’est possible de l’éviter sans passer par une orthèse crânienne.

Origine et typologie

Pour résumer, le phénomène de tête plate est apparu depuis que nous faisons dormir bébé sur le dos dans nos sociétés afin de prévenir la mort subite du nourrisson (MSN). Or, ce n’est pas la position d’origine d’un bébé.

Pour lui, c’est difficile d’être sur le dos. Sa petite tête est très lourde par rapport à son corps, et c’est cette pression du crâne toujours posé de la même manière qui va créer une déformation crânienne lors des premiers mois de vie.

Il y a deux types de tête plate :

  • la brachycéphalie, lorsque la tête est plate à l’arrière du crâne : le crâne devient donc très plat à l’arrière et se déforme en hauteur (forme d’œuf).
  • la plagiocéphalie, lorsque la tête est plate uniquement d’un côté du crâne.

Petit Prince ayant eu ce dernier type de déformation, je peux en parler bien mieux que de la brachycéphalie. En plus d’une partie du crâne aplatie, ce type de déformation peut carrément déformer l’harmonie du visage de bébé.

Une bosse sur le front de bébé va se former du côté opposé à la plagiocéphalie. Par chance, elle était légère chez Petit Prince et ça n’a pas eu d’autre impact de face (comme par exemple, un œil plus petit que l’autre).

Une autre conséquence physique est un décalage des oreilles, qui ne sont pas face à face si on regarde le crâne de haut, et avant traitement chez Petit Prince, ce décalage était flagrant… et affolant, même (2cm de décalage quand même !).

Bien souvent, les gens ne voyaient pas de face la plagiocéphalie de Petit Prince. Je pense donc que ça a été plus facile à vivre pour nous, car les déformations étaient surtout visibles à l’arrière du crâne.

Attention, il existe d’autres pathologies beaucoup plus graves, liées à la fermeture trop précoce des fontanelles, qui peuvent impacter le crâne de bébé. Ainsi, si ton bébé souffre d’une déformation, il faut bien la faire diagnostiquer par ton pédiatre ! Mon article reste très généraliste et ne peut remplacer un vrai diagnostic.

Prévenir et détecter

La tête plate apparaît généralement de deux manières : soit il y a une cause mécanique, généralement un torticolis (souvent congénital !), ce qui a été le cas de Petit Prince (impossible pour lui de tourner totalement sa tête à gauche pendant de longs mois), soit bébé est toujours couché dans la même position.

Voici en gros comment l’on peut constater un torticolis chez un nourrisson (en tout cas dans notre cas !) :

FullSizeRender

Crédits photo : Dessin personnel

Je te demanderai un peu de bienveillance quant à mes dessins qui ont été faits très rapidement, sachant que je ne suis pas une grande dessinatrice !

Lorsqu’il y a une cause mécanique, encore faut-il qu’elle soit détectée ! Pour Petit Prince, elle a été officiellement détectée à 1 mois de vie, alors qu’à la maternité, j’avais déjà constaté que Petit Prince n’arrivait pas à téter d’un côté et que son cou semblait bloqué. Le temps de voir un kinésithérapeute, de corriger… les dégâts étaient déjà bien avancés pour mon petit cœur…

Eh oui, dans ce genre de situation, il faut aller très vite, car la tête se déforme très rapidement les trois premiers mois. Dans certains hôpitaux, le risque de tête plate lié à la position dans le ventre et/ou à l’accouchement est parfois évalué dès la naissance, car certains bébés sont plus concernés que d’autres, notamment les jumeaux ou ceux qui ont subi un accouchement par voie basse avec extraction instrumentale (exactement le cas de Petit Prince).

Une amie ayant accouché de jumeaux dans un grand hôpital parisien a eu la chance de voir ses bébés examinés par un kinésithérapeute dès leur naissance afin de dépister tout problème. Suite à cet examen, l’un des jumeaux a été immédiatement traité et il n’a eu aucun problème ensuite. Comme quoi, le dépistage précoce est indéniablement un facteur-clé pour éviter ce type de déformation !

Lorsque la cause est liée au couchage, en prévention de la tête plate, il existe de bonnes habitudes, notamment varier la position de la tête de bébé (une nuit à gauche, une autre à droite et une autre au centre). Porter beaucoup bébé lors des sorties est aussi une bonne solution, car les transats et poussettes sont dévastateurs à ce niveau-là lors des premiers mois de vie.

Corriger et traiter

Avant toute chose, ces informations sont très générales : mes sources sont mes discussions avec le corps médical qui a suivi Petit Prince, ainsi que mes recherches effectuées sur la toile.

Si bébé a une tête plate légère, il est fort possible d’y remédier naturellement jusqu’à ses 6 mois, car la croissance du crâne est rapide. Il suffit de prendre quelques bonnes habitudes au coucher (comme je le disais précédemment), de stimuler bébé de chaque côté lors des temps de jeux et de le mettre quelques minutes par jour sur le ventre pour muscler son cou.

Il est également possible de s’aider éventuellement d’un kinésithérapeute si c’est un problème mécanique, de l’ostéopathie (d’après mon expérience, les résultats sont relativement bons), ou d’un petit coussin latéral (conçu spécialement pour les problèmes de tête plate) pour faire dormir bébé sur le côté. Ces moyens permettront d’améliorer une tête plate de légère à modérée, ou d’éviter que celle-ci ne s’accentue davantage.

Pour un deuxième bébé, j’appliquerai tout ça, et surtout, je le ferai dormir de côté avec le coussin spécial dont je t’ai parlé ci-dessus. Oui, parce que les autres coussins anti-tête plate, j’ai testé et je ne valide pas. C’est sans doute très bien lorsque la tête n’est pas encore déformée, je suppose.

Après 6 mois, c’est souvent trop tard lorsque la tête plate est sévère. J’ai testé toutes les solutions douces et elles ne peuvent pas corriger une déformation bien installée. Au mieux, elles arrêteront les dégâts. La dernière alternative reste l’orthèse crânienne, qu’entendons-nous bien, je ne conseillerais absolument pas pour une tête plate légère qui peut se corriger seule avec le temps (j’entends par là une asymétrie inférieure à 5mm).

C’est le traitement que nous avons choisi pour Petit Prince. Son torticolis a été traité beaucoup trop lentement et le mal était déjà fait. Avant de commencer le traitement, la déformation crânienne entre droite et gauche était de 2cm, ce qui classait la plagiocéphalie de mon bébé dans les déformations très sévères.

Voici en gros les différents niveaux de déformation (Petit Prince était donc au niveau le plus sévère) :

Degrés de tête plate

Crédits photo : Dessin personnel

Laisser faire la nature ?

Grand débat chez les pédiatres sur le traitement des têtes plates ! Sujet tabou, même, qui remet en cause la bonne pratique de faire dormir bébé sur le dos.

En France, l’orthèse crânienne n’est pas du tout reconnue, contrairement à ce qu’il se passe en Amérique du Nord ou dans d’autres pays européens, et la recommandation des différents pédiatres que nous avons vus avec mon mari était toujours la même : tourner la tête de bébé quant il dort et stimuler du côté opposé sur les temps d’éveil.

Oui, mais comment faire quand la tête est vraiment bloquée ? La plupart des pédiatres pensent que la tête va se remettre toute seule et que ce n’est qu’un problème d’apparence : « Ne vous inquiétez pas, les cheveux vont pousser et cacher l’asymétrie. » Ha ha, rire jaune. Et je me souviendrai toujours de la fois où un pédiatre nous a limite disputés en nous disant que c’était de notre faute, que nous ne stimulions pas assez notre bébé… Ha ha, rire jaune again !

Ce n’est que mon avis, mais pour être maman d’un bébé ayant eu une plagiocéphalie sévère, le temps aurait peut-être amélioré un petit peu les choses, mais sans totalement les corriger, car dans notre situation, la plagiocéphalie provenait d’un torticolis. En fait, le torticolis entretient la plagiocéphalie, et vice-versa.

D’ailleurs, pour Petit Prince, le torticolis est parti un bon mois après le début du traitement par orthèse (mais ça, j’en reparlerai un peu plus tard) et après cinq mois de kinésithérapie à un rythme de deux séances par semaine, en plus de l’ostéopathie toutes les trois semaines.

Mon fils était totalement bloqué au niveau d’un muscle du cou, et du coup, une de ses épaules « remontait » pour soulager la contracture installée. Je suis persuadée qu’il avait déjà le torticolis dans mon ventre. Bébé était très très serré en fin de grossesse, et pour ne pas aider, l’accouchement a été très long avec un bébé bloqué nécessitant une aide instrumentale. Bref aucun facteur favorable !

Voilà, nous avons donc choisi un traitement par orthèse crânienne, car la tête de mon fils s’est vraiment déformée. Personnellement, je suis convaincue qu’une tête plate non traitée peut avoir des conséquences graves : certes il y a le regard des autres, mais aussi des risques de retards moteurs, de strabisme, de problèmes dentaires et de scoliose à l’âge adulte…

J’invite les jeunes mamans concernées à lire le livre du Dr Thierry Marck (qui a suivi Petit Prince, d’ailleurs !) et de Bernadette de Gasquet : Mon bébé n’aura pas la tête plate. Ce livre m’a beaucoup aidée et explique très bien cette problématique.

Et toi ? Tu as connu le souci de tête plate du nourrisson ? Comment s’est-il résolu ? As-tu des conseils à ajouter ? Dis-nous !

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !