Menu
A la une / Récit de grossesse

Trois grossesses, deux bébés : je m’arrête là

Holala Mélimélanie elle a perdu la tête. Elle n’a même pas encore fini sa grossesse qu’elle considère déjà ce bébé là et qu’elle affirme de façon péremptoire qu’elle n’en voudra plus jamais d’autres.

Alors je ne compte plus le nombre de fois ou on m’a répondu « On en reparle dans deux/cinq ans » quand j’affirme que c’est ma dernière grossesse. Mais déjà la plupart de ceux qui me répondent ça ne connaissent pas forcément mon passif (ma GEU a trois jours de mon mariage…) ou la façon dont je vis mes grossesses.

Moi et la grossesse

Parlons en justement de mes grossesses. Quand j’en parle de façon synthétique on me dit souvent que « je vends du rêve ».

« Une qui a failli me tuer, l’autre ou j’ai eu des nausées h24 presque jusqu’à mon alitement strict d’un mois, et la dernière ou on a encore réussi à me trouver une suspicion de toxoplasmose et qui n’est pas encore finie »

Et alors cette dernière grossesse… Après la suspicion de toxoplasmose j’ai redécouvert les joies des contractions trop précoces et du bébé porté bas. Du coup dès le début du septième mois je suis passée en « Menace légère d’accouchement prématuré » (et je n’ai pas encore fini ce septième mois au moment ou j’écris…).

On m’a donc demandé de limiter un maximum mes activités dans le but d’éviter l’hospitalisation et l’alitement strict… J’ai aussi gagné un rendez-vous hebdomadaire chez ma sage-femme (avec monitoring) et il n’est toujours pas exclu que mon suivi à la maternité soit géré par un gynécologue et non de façon classique par une sage-femme.

Bref je le dis haut et fort : je ne suis pas faite pour la grossesse!! J’adore mon fils et je suis sûr que j’aimerais autant son frère (je l’aime déjà). Les enfants c’est merveilleux (oui je tente l’auto-persuasion parce qu’en ce moment on en chie est fatigué Monsieur Génial et moi par le besoin d’indépendance de Petit Habitant) mais la grossesse et moi on n’est vraiment pas copines.

Source : Gauthier DELECROIX (Creative Commons)

Mais surtout mes désirs

Oui c’est égoïste mais j’ai aussi envie d’être autre chose que maman.

J’ai envie de pouvoir me consacrer à ma carrière sans avoir à devoir planifier une autre pause de 6 mois (minimum étant donné mes précédentes grossesses) dans mon évolution de carrière.

J’ai envie de pouvoir accepter un travail avec des déplacements sans avoir le cœur déchiré de laisser un bébé trop petit (ou même ne pas pouvoir partir car il serait encore allaité) ou l’angoisse d’être dans un état physique déplorable car enceinte.

J’ai envie de pouvoir retrouver mon couple et mon mari et de prévoir des moments à deux. Et ça nous ne le concevons qu’avec des enfants d’au moins 2 ans. C’est un choix totalement personnel mais, Monsieur Génial et moi, ne nous voyons pas confier un de nos fils plus de quelques heures s’il n’a pas plus de deux ans.

J’ai envie de pouvoir me programmer un week-end (voir une semaine de vacances) rien qu’avec Monsieur Génial pour nos cinq ans de mariage (et dix ans de couple).

Mais surtout, et c’est peut être là le plus important:

Nous avons envie de seulement deux enfants avec Monsieur Génial.

C’est comme ça que nous nous projetons.

Non je ne tenterai pas le troisième pour la fille. Tout simplement parce que nous voulions deux enfants et non un sexe en particulier. Et nous aimons si fort nos bébés que nous ne pouvons imaginer une famille différente.

Cette grossesse est la dernière

Je laisse ma place aux autres.

Honnêtement je donnerai ce que je peux pour permettre à d’autres femmes de vivre le bonheur d’être mère (si c’est ce qu’elles souhaitent bien évidemment).

Si je pouvais transmettre mon utérus je le ferais et je réfléchi sérieusement au don d’ovocyte (mais c’est une décision de couple, je trouve, donc je ne peux pas affirmer dans un article que je le ferais sans en avoir sérieusement parlé avec Monsieur Génial d’abord).

Et ça va peut être te paraître bizarre mais ce discours je le tiens depuis plusieurs mois déjà.

Même quand on m’a mentionné les risque d’IMG lors de ma première prise de sang suspecte pour la toxoplasmose j’ai prévenu Monsieur Génial que je ne serais pas capable de retomber enceinte.

Je l’ai prévenu que peu importe la fin de cette grossesse (qui je l’espère sera bonne avec un bébé en bonne santé à la fin) je ne pourrais pas revivre tout ça. Les angoisses du test positif. Les multiples échographies pour vérifier que tout est bien positionné. Cette peur de mourir et de laisser mon fils (mes fils) sans maman.

Quand on était que tout les deux c’était différent. Mourir ne me faisais pas peur. Maintenant je ne peux pas m’imaginer laisser mon bébé.

La GEU était un coup de pas de chance, ou pas.

Impossible de savoir si je ne vais pas en refaire une. Et c’est un risque que je ne suis plus prête à prendre.

Et si je n’étais pas prête à le prendre pour faire ce deuxième enfant qu’on désire tant (rapport au fait que si cette grossesse finie mal je ne veux quand même pas retomber enceinte) je pense que pouvoir affirmer sans me tromper que rien ne pourra me motiver à le prendre pour un troisième enfant.

 

Alors voilà, c’est sûr, cette grossesse sera la dernière.

 

Tu comprends que je sois aussi sûre de mon choix? Toi aussi tu as su quand c’était la dernière? Tu penses que c’est illusoire de se dire qu’on ne changera pas d’avis? Viens tout me dire!

A propos de l’auteur

Mariée a un mari hyper protecteur depuis ma grossesse extra utérine j'ai commencé par être piquée par le virus des blogs grâce à mademoiselle dentelle avant de découvrir les deux autres blogs "Dans ma tribu" et "Sous notre toit". Je suis la maman chat d'une grande minette de salon qui ne porte de félin que le nom. Mais surtout la maman comblée de Petit Habitant et Petit Excité qui ont 18 mois d'écart. Je viens te raconter mon quotidien de maman et mes grossesses qui pourraient mieux se passer 😉 !