Menu
A la une / Récit de grossesse

Le troisième trimestre de ma grossesse toute en douceur, du côté de mon corps

Maintenant que je t’ai raconté le déroulement de mon troisième trimestre (ici et ), je reviens pour te parler rapidement de la façon dont mon corps l’a vécu.

Globalement, tu l’as compris, j’ai été plutôt en forme ! Cela n’a pas empêché ces trois derniers mois d’être parsemés de nouvelles découvertes.

Au début de ce troisième trimestre, j’ai eu quelques petites douleurs ligamentaires. Rien de bien méchant chez moi, plutôt des tiraillements. Ils passent très vite !

De plus, quand je m’allonge, j’ai des sensations étranges que j’aurais bien du mal à te décrire : il s’agit en fait de veines qui se retrouvent plus ou moins comprimées selon la position que je prends et qui me le font savoir. Contrairement à ce que j’avais entendu, je n’y suis pas plus ou moins sensible en me mettant d’un côté plutôt que de l’autre. La position de confort… dépend. Des jours, et du moment. Chaque soir, je passe donc un long moment à tester chaque position possible : côté gauche, côté gauche un peu moins incliné, encore un peu moins, sur le dos, sur le dos vers la droite, côté droit peu incliné…. Et ainsi de suite, jusqu’à trouver la position dans laquelle mes veines se sentent bien. Et puis je recommence un peu plus tard dans la nuit… Une vraie mamie ! Cela ne dure que quelques semaines et disparaît pendant le huitième mois.

À ce stade… ce sont les contractions qui prennent le relais. Je n’en avais plus eu aucune depuis les trois dont je t’avais parlé. Heureusement, elles sont très légères et discrètes. C’est donc facile à vivre et pas du tout inquiétant. Souvent, je ne m’en aperçois même pas, à moins de, par hasard, poser mes mains sur mon ventre au moment-là… et sentir un caillou tout dur. Ou, pour un simple contrôle, faire un monito, répondre avec un grand sourire à la sage-femme qui installe l’appareil « les contractions ? non je n’en ai pas eu depuis plusieurs jours »… et l’entendre répondre en rigolant « vous savez que vous en avez une en ce moment ? » Ah bon ?

Cette fois-ci par contre, elles resteront présentes… jusqu’au bout !

Dans la catégorie « je ne me rends compte de rien », il faut aussi que je te parle de ce moment improbable : Petit Ours s’agite tellement fort dans mon ventre (non, il n’a pas ralenti sur la fin !), qu’il en fait remuer le matelas et qu’il en réveille Papa Ours…. Mais pas moi !

Comme je te le disais, j’ai, sur la fin de la grossesse, imperceptiblement gonflé. Mes doigts, mes orteils, mes chevilles… Ce n’est pas flagrant, mais heureusement que j’avais enlevé mon alliance en fait !!

Grand classique de la grossesse, c’est durant ce troisième trimestre qu’apparaît sur mon ventre la fameuse ligne verticale marron… Coucou les zèbres !!

Crédits photos (Creative commons) : Ron Dauphin

Je n’en avais jamais entendu parler, mais j’ai promis de tout te dire, alors voilà. Le symptôme que tu ne cries pas sur les toits : sur la fin de la grossesse, j’ai des pets abominables. Et bien sûr, c’est douloureux si j’essaie de les contenir. Heureusement que je passe la majeure partie de mon temps seule (et pas dans un studio) !

Jusque-là, je n’avais eu aucune vergeture… et je ne m’en plaignais pas. Mais, dans le tout dernier mois… patatras ! Je craque ! (Littéralement). Et, contrairement à ce à quoi je m’attendais : ce n’est pas mon ventre qui en est victime. Non, ce sont mes seins : ils sont remplacés par d’immenses étoiles violettes et rouges… qui, j’en ai bien l’impression, gagnent chaque jour de nouveaux rayons. Je ne l’avais pas du tout vu venir, et je suis assez impressionnée par la rapidité à laquelle cela s’installe, et, surtout, par la quantité de « griffures » que j’ai. Alors je crème, je crème (je dois avouer, que, jusque-là, j’oubliais un peu cette zone). Mais, tu t’en doutes, c’est trop tard !

Crédits photos (Creative commons) : Ciel Cheng

Tu vois l’idée ?

Booon, voilà pour ma poitrine. Paix à son âme. Je suis un peu dépitée, mais bon, ce n’est rien de grave, et je m’en suis quand même très bien tirée à la loterie des symptômes de grossesse globalement !

Ah. Haha. Et oui, il en manque un, qui a attendu la toute fin pour s’inviter : quinze jours avant mon terme, quel coquin ! Ou plutôt, quel gros pénible : la baisse de ma vue. Cela m’ennuie, car, évidemment, cela me gêne au quotidien. Et puis, cela m’inquiète. Oh, ce n’est pas la fin du monde bien sûr. Mais j’ai eu des problèmes de vue pendant des années, et puis, grâce à la technologie (et une bonne mutuelle), je m’en suis débarrassée. Si tu es passée par là, tu sais quelle renaissance cela peut être. Alors, subitement, y voir à nouveau trouble… J’ai peur de devoir replonger dans mon ancienne vie de bigleuse. J’essaie de me répéter que c’est lié à la grossesse, et que cela reviendra certainement à la normale plus tard pour me rassurer.

Par ailleurs, je suis, contrairement à beaucoup d’amies à ce stade, plutôt en forme (également en formes d’ailleurs), et je n’ai aucune hâte d’atteindre la fin de ma grossesse : maintenant que je ne suis plus constamment épuisée, j’en profite, et j’adore ça ! Je trouve (déjà) que le temps passe vite, et je sais bien que cela ne va pas s’arranger. Alors je voudrais pouvoir le ralentir pour savourer le plus longtemps possible cet état, si longtemps attendu, et qui s’est révélé très sympa pour moi : j’adore porter mon Petit Ours, le sentir vivre ; j’adore mon gros bidou (la fille qui tourne la tête pour regarder son reflet dans la vitrine, c’est moi !).

Voilà, je savais qu’on pouvait adorer ou détester être enceinte. Que cela ne se prévoyait pas, ne se contrôlait pas – et n’augurait en rien de la suite. Maintenant que je suis au bout de ma grossesse, je peux l’affirmer sans le moindre doute : j’ai adoooooooré cela. Osons dire les choses : pendant ma grossesse, je me suis sentie comme une (grosse) licorne qui s’est roulée dans un beau tas de paillettes. (Pas taper, pas taper !)

Si tu veux tout savoir, j’ai déjà hâte d’être enceinte à nouveau !

Et toi, quelles surprises le troisième trimestre t’a-t-il réservé ? As-tu eu également la chance de rejoindre la team licornes ? (si non, j’en suis désolée ; mais ne t’inquiète pas, toute grossesse a une fin, et ça ira probablement mieux ensuite !)

A propos de l’auteur

Un petit Ours va bientôt rejoindre la famille Ours ! Il va tomber dans une marmite un brin écolo, un brin geek, mais pas que ! Et en attendant, je vais te raconter ma grossesse tranquille, en long, en large et en travers (bavarde, moi ?).