Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Histoire de mon troisième trimestre – Partie 1 – Quand le physique flanche


Publié le 7 janvier 2020 par Étoile

Lors de mon précédent article, je t’expliquais que le second trimestre de ma seconde grossesse avait été globalement plus serein que pour ma première grossesse : pas de stress concernant le suivi de ma grossesse pathologique puisque je connais déjà et surtout je suis dans un environnement calme et agréable pour couver ce petit bébé.

Sauf que tout ne s’est pas passé comme prévu lors du troisième trimestre.

Une histoire de fatigue

Ce qui m’a énormément marqué pour cette seconde grossesse, c’est l’état de fatigue assez marqué par rapport à ma première grossesse. Au début, j’ai continué à emmener mon fils ainé à l’école – jusqu’à sept mois et demi environ. Malgré mon arrêt maladie, conduire 10 minutes par jour ne me générait pas vraiment de contractions et la fatigue me paraissait très limitée puisque j’étais seule le reste de la journée. En outre, mon mari commençant un nouvel emploi, cela nous arrangeait d’un point de vue organisationnel. Sauf que j’ai commencé à ressentir une fatigue chronique vers sept mois. Jusque là rien d’affolant. Généralement en plus d’une bonne nuit de sommeil, je me repose en dormant régulièrement deux heures les après-midis. Bref jusqu’à l’écho T3, j’ai continué doucement sur ce rythme. 

Une histoire de malaises

Dans le courant du septième mois, mon état a commencé à se dégrader. Ce n’est plus une simple fatigue. J’ai commencé à avoir des migraines, des vertiges, parfois des mouches devant les yeux et surtout un peu d’hypertension. Je monte régulièrement à 15.9 / 16.10.  Sur cette période, mon mari a commencé à avoir très peur de me voir dans cet état. Je n’arrive simplement plus à me mouvoir dans la maison. Monter les escaliers est une épreuve, cuisiner devient difficile, ranger la maison aussi. Bref, cela m’a valu plusieurs passages aux urgences que j’aborderai dans la seconde partie de cet article. Sur la fin, j’ai du demander une aide ménagère pour m’aider, car cela n’allait vraiment plus. J’ai beaucoup souffert « de cette diminution physique » et surtout j’avais peur d’avoir des malaises en étant seule.

Crédit photo (creative commons) : Ryan Adams

Une histoire de bébé qui ne grandit plus

En parallèle de mes malaises, nous avons vu la croissance de notre bébé se dégrader de manière drastique. A cause de mes notchs utérins, j’ai effectué des échographies régulières. Ainsi,

 A 24 SA, mon bébé était au 62ème percentile. Génial, pas de soucis de croissance comme Petit Prince ! J’en étais carrément euphorique à l’époque.

A 29 SA – soit l’écho T3, bébé passe au 17ème percentile. Bon, et bien finalement, il est comme son frère. Pas de soucis, ce sera un petit gabarit mais ça reste dans la norme.

A 34 SA, bébé passe au 6ème percentile, et là ça commence à sentir mauvais quand le médecin me dit qu’il veut me revoir dans deux semaines. « Il faut vraiment vous reposer maintenant ». Bébé est en RCIU (retard de croissance intra utérin) modéré. Moi, qui ne faisait déjà plus beaucoup suite à ma fatigue et mes malaises, j’arrête quasi totalement de ranger, de cuisiner… Je continue cependant à marcher 30 minutes par jour pour mon moral. Je prends même de ma poche des heures de ménage en plus. Malgré une ordonnance du médecin, que ce soit la CAF ou Ameli, aucun organisme estime le papier valable pour avoir une aide à domicile. En outre, je débute une surveillance à domicile avec une sage-femme 1 fois par semaine en particulier pour faire un monitoring.

A 36 SA, bébé passe au 2ème percentile – en RCIU sévère – malgré l’arrêt quasi total de toute activité à domicile. Mon mari prend le relai quasiment sur tout. 

Moralement, j’ai tenu le choc jusqu’à 34 SA, mais lors de l’écho des 36 SA, je n’écoute rien pendant l’échographie : je fais un malaise, ma tension monte. Résultat à 36 SA, je suis hospitalisée, et ce troisième trimestre n’est pas encore terminé… Est-ce que mon état de santé et la croissance du bébé vont encore continuer à se dégrader ?

Moi qui était sereine jusqu’à présent, je ne reconnais plus mon corps et je commence sérieusement à m’inquiéter pour bébé.

Et toi, as-tu vécu une altération de ton état de santé et de celle de ton bébé lors de troisième trimestre ? Comment as-tu vécu la médicalisation et les aller-retours à l’hôpital ?


Pendant la grossesse, tu t’imaginais épanouie, heureuse, avec un joli ventre rond, et bien sûr, il y a de ça. Mais tu n’étais peut-être pas tout à fait préparée pour les vergetures, les coups de pied dans la vessie à 2 heures du matin et les galères administratives. On ne te la refera pas deux fois. Avec le guide hyper complet et concentré de Dans Ma Tribu, tu sauras exactement ce qui t’attend après l’accouchement. Clique ici pour en savoir plus.

Guide accouchement

Commentaires

Doupiou

Quelle angoisse … Un deuxième trimestre bien difficile pour toi

le 08/01/2020 à 09h36 |

Les commentaires sur cet article sont fermés.