Menu
A la une / Vie de maman

Ultimes transmissions

Procrastination

Jamais je n’aurais cru écrire cette chronique. Jamais je n’aurais cru écrire un article ici avec une boule dans la gorge. Dans ma tribu a toujours été pour moi un lieu de joie et de bien-être.

Et pourtant, comme tu le sais désormais, ceci est la dernière fois que je m’adresse à toi ici. Je n’ai pas été très assidue et j’ai encore beaucoup de choses à te raconter. Dans mon récit, mon petit Miracle n’est même pas encore né (même pas encore découvert !).

J’ai trop attendu. C’est un de mes défauts : je crois toujours que j’ai le temps.

Crédit photo (creative commons) : Giallo

Je me souviens, il y a un an être passée devant Notre-Dame de Paris avec mon mari et mon fils lors d’une balade dominicale. Quand le comte m’a proposé d’y faire un tour, j’avais envie de continuer la balade, un peu peur de petit Miracle dans le silence de cette grande Cathédrale et avouons-le, j’avais aussi un peu la flemme de changer de trottoir. Je lui ai répondu « Oh non, on ira une autre fois, elle sera toujours-là ». Quinze jours plus tard, elle brûlait…

J’ai un peu la même sensation aujourd’hui. Quand je suis arrivée ici sur DMT, j’étais enceinte de 7 mois et alitée, j’avais le temps d’écrire. Puis petit Miracle a déboulé dans ma vie et le comte est partit en formation. J’ai moi-même repris le chemin des études en parallèle d’un nouveau poste l’année dernière… Bref, la vie qui avance et le temps qui file. Dans tout ça, j’ai un peu beaucoup procrastiné. Pourtant tu n’imagines pas le nombre de fois où j’ai écrit « écrire article DMT » dans mon agenda.

Comme tu le sais désormais, nous ne nous retrouverons plus ici. C’est comme fermer une maison familiale avant de la mettre en vente. C’est une page qui se tourne. Une communauté que l’on quitte. Merci à toi d’avoir été présente, d’avoir suivi nos aventures, nos difficultés et nos joies. Merci à toutes les tribulettes que j’ai découvertes en arrivant parmi les chroniqueuses. Je ne croyais pas trop aux amitiés virtuelles et pourtant j’ai rencontré des filles fabuleuses, ouvertes, bienveillantes, naturelles, gentilles, franches,… de vraies amies.

Je sais que je ne perdrais pas les tribulettes de vue mais j’espère que je te retrouverai de temps en temps aussi ! Je vais réactiver mon blog qui dort depuis maintenant plus d’un an car même si je n’étais pas très active ici, ce n’est pas l’envie qui me manquait. Tu pourras donc me retrouver sur le conte bleu si le cœur t’en dit !

Et comme tu le sais désormais, avec les tribulettes et les chroniqueuses de Sous Notre Toit, nous préparons une suite à nos aventures. Je te retrouverai donc avec plaisir sur cet espace aussi !

Crédit photo (creative commons) : Hannah Nelson

Quelques dernières petites choses avant de partir

Comme je te le disais en introduction, j’ai trop traîné. Je vais donc te livrer une synthèse extrêmement réduite de la quintessence de ce que j’avais envie de te livrer et j’espère que je développerai tout ça dans mon blog un peu plus tard.

THE conseil

Comme beaucoup d’entre nous, j’ai beau me dire que je ne vais pas écouter les conseils et remarques en ce qui concerne l’éducation de petit Miracle la grossesse ou ma vie en général, j’ai toujours du mal à ignorer ces petites phrases assénées rarement pas toujours avec bienveillance… Beaucoup me renvoient à une culpabilité irrationnelle et même si je suis persuadée qu’elles ne sont pas adaptés à MA situation, j’ai du mal à ne plus y penser. Tu sais, je parle des « le petit a deux ans, il serait temps de faire le deuxième non ? », « mais tu ne vas pas prendre un mi-temps pour passer plus de temps avec lui ? », « Si c’est dur de gérer ton travail, la maison et le petit, pourquoi tu ne changes pas de boulot ? », « Quand Gertrude a vu que sa fille se mettait debout à 8 mois, elle a vite mis le hola ! » (sous-entendu, vous avez laissé petit miracle se mettre debout trop tôt – WTF ? – et ça va lui causer des problèmes de dos plus tard – WTF bis ?) ou encore répété avec insistance à petit Miracle « mais il est trop ce pyjama. Il est bien trop grand pour toi, tu flotte dedans ! » (oui, c’est bon, j’ai compris, je l’habille avec des fringues inadaptées…).

Bref, j’ai moi aussi été noyée sous les « conseils » familiaux et amicaux voire venant d’inconnus complets. En revanche un collègue que je ne connaissais que très peu et qui a trois filles m’a donné le meilleur conseil que j’ai jamais reçu et j’ai envie de te le livrer aujourd’hui car je le ressors régulièrement et il me sauve souvent quand je n’arrive plus à faire la part des choses. Tu es prête ?

Tu vas recevoir beaucoup de conseils. N’en écoute aucun.

Ok c’est un conseil qui dit de ne pas écouter de conseil… Mais ce petit paradoxe fait tellement de bien ! Oui tu n’es pas obligée de suivre les conseils. Ça ne veut pas dire que j’ai tout jeté à la poubelle. En revanche cette simple petite phrase a été un déclic personnel qui m’aide à ne garder que les conseils qui me conviennent et à me faire confiance le reste du temps.

Profite !

Bon et puis je suis humaine alors je vais quand même te donner un autre conseil (que tu suis ou pas !) parce que j’en fais beaucoup l’expérience ces derniers temps (cf ma petite anecdote avec Notre Dame de Paris) :
Profite d’aujourd’hui. Carpe diem.

Crédits photo (creative commons) : Nina Uhlíková

Ok, c’est un peu bateau mais je suis en train de te dire adieu (du moins sur cette plateforme) sans t’avoir dit la moitié de ce que je voulais te raconter, justement parce que je n’ai pas pris le temps. Rentrer dans Notre-Dame de Paris n’aurait pas bouleversé le planning de ma journée et je l’aurais vu une dernière fois, si je n’avais pas remis au lendemain mes articles sur DMT, il me serait peut-être moins amère de te dire au revoir aujourd’hui. Bref, si tu as envie d’un dessert pour conclure un bon repas au restaurant, vas-y. J’ai longtemps vu l’expression « Carpe Diem » comme une espèce d’appel à la débauche, à l’excès, sous prétexte qu’on ne vit qu’une fois. Aujourd’hui, j’y vois plus de la pleine conscience : vivre sans regret.

Sur ce, je te dis un au revoir que j’espère être un « à bientôt en d’autres lieux ». Un dernier merci à toi, à Anne, à Gwenaëlle, à toutes les chroniqueuses.

Bien à toi,
La Comtesse bleue.

A propos de l’auteur

Mariée (et folle amoureuse) à mon capitaine depuis mai 2014, je suis ingénieure et architecte (parce que je n'aime pas faire les choses simplement !), addict aux DIY en tous genres (cuisine, dessin, couture, bricolage, écriture...) et maman d'un petit Miracle arrivé fin août 2017 et qui a su rendre son entrée dans nos vies épique !