Menu
A la une / Vie de maman

Un deuxième enfant ?

Petit Prince va sur ses trois ans maintenant. Oui, déjà ! Forcément, on ne peut que songer et réfléchir à un petit deuxième. Mais comment est venue la réflexion ? Autant, cela a été une envie naturelle et incompressible pour mon petit garçon, autant les choses sont différentes aujourd’hui. La décision me parait plus « rationnelle » bizarrement. Je te dresse un petit peu les pour & contre dans notre foyer.

Contre un petit deuxième

  1. La fatigue: Certes notre fils est plus indépendant, les couches se terminent avec l’entrée en maternelle… mais nous sommes toujours aussi épuisés. Je pense que nous sommes des parents « notre enfant d’abord », et qu’on ne s’arrête jamais. Et surtout, nous n’avons aucun relais. Sauf que deux, trois heures à deux, ce serait quand même bien parfois ! Un petit deuxième va forcément amener plus de fatigue.
  2. L’organisation : Deux postes de cadre, un poste de direction pour moi & un poste avec beaucoup de déplacements pour mon mari. On est d’accord : pas besoin de vous faire un dessin pour savoir qui va aller chercher les enfants le soir 🙁 Bref, c’est sport comme beaucoup de famille.
  3. L’impact sur la carrière : Argument refusé. Bizarrement, c’est très très secondaire pour moi cette fois-ci alors que je suis sur mon poste actuel depuis peu de temps.

Pour être honnête, au delà de ces aspects, il n’y a pas vraiment d’autres objections.

La fatigue, ça se gère et puis les enfants pourront jouer entre eux. Quant à l’organisation, cela me forcera à lever le pied ? Je suis optimiste.

Photo : Pixabay – Sathyatripodi

Pour un petit deuxième

  1. La relation fraternelle : impensable pour nous que notre enfant soit unique. C’est l’ARGUMENT de poids.
  2. La fin de l’exclusivité pour Petit Prince : Je pense que cela fera du bien à Petit Prince de ne plus être seul et équilibrera d’une certaine manière nos relations. Je trouve qu’il est moins aisé de véhiculer des valeurs telles que le partage, la patience lorsque l’enfant est seul – valeurs que l’on doit rapidement comprendre lorsqu’on est plusieurs. Certes, il côtoie plus aisément ses valeurs à la crèche, à l’école, mais c’est important que ce soit aussi le cas dans l’environnement familial.
  3. L’envie de prendre à nouveau soin d’un petit bébé : Cet argument provient plus de mon mari à voir ses yeux briller dès que nous croisons un tout petit bébé. Quant à moi, je ne me pose pas la question. J’en suis plutôt au stade  : « apprécier d’être enceinte malgré les maux de la grossesse ». Il va falloir que je révise mes anciens articles, ah, ah.
  4. Compléter notre famille : Difficile pour moi d’envisager n’avoir qu’un seul enfant (=> cela renvoie au premier argument finalement).
  5. L’excitation de savoir si c’est une fille ou un garçon : C’est bien si c’est une fille car nous avons déjà un petit mec, mais ce sera très bien un garçon aussi !
  6. Préparer son arrivée avec son grand frère
  7. Le bon timing: On voulait profiter des premières années de Petit Prince. Maintenant qu’il rentre à l’école, nous n’avons plus d’excuses pour attendre !

J’avoue que mes arguments sont un peu brouillons et j’ai sans doute oublié des choses, mais je pense que tu as compris : le POUR gagne par KO.

Le cheminement est venu tout doucement, naturellement… Certes de manière moins spontanée & viscérale que pour Petit Prince de mon côté, mais d’une manière plus apaisée et réfléchie. D’une part, je me pose moins de questions sur mon corps, sur le déroulement d’un grossesse, et d’autre part, mon mari est aujourd’hui un papa épanoui (alors qu’il était à l’époque plutôt stressé pour notre premier…). Pour résumer, notre maturité, nos évolutions depuis la naissance de Petit Prince rendent la perspective différente, mais pas moins belle. Bien au contraire.

Et toi, comment est venue l’envie du petit deuxième ? Comment avez-vous pris cette décision avec le papa ?

A propos de l’auteur

Je suis la maman de Petit Prince né en 2015 et de Petit Poussin né au printemps 2019. Après deux grossesses bien surveillées, j'assume pleinement ma vie professionnelle avec le soutien sans faille de mon mari et beaucoup de flexibilité & d'organisation. Depuis un peu plus d'un an maintenant, nous avons quitté la région parisienne pour vivre dans l'Est de la France suite à une opportunité professionnelle. Bref beaucoup de changements pour notre famille en très peu de temps !