Menu
A la une / Récit de grossesse

Un troisième trimestre plus contraignant

Et encore, c’est quand même moins pire que pour certaines femmes! Je répond encore que je suis en forme quand on me demande comment ça va. Mais en vrai, je n’ai qu’une pensée en tête: « J’en ai marre, quand est-ce que c’est fini? »

Côté corps

Douleurs intercostales, douleurs ligamentaires et douleur à l’articulation sacro-iliaque. Se sont mes trois copines de cette fin de grossesse.

Dès que je marche un peu vite, je contracte. Mais heureusement pour moi ce n’est absolument pas douloureux, juste un peu surprenant. Et puis il me suffit de ralentir pour que ça s’arrête. Tortue power enclenché!

Le pire du pire pour moi, se sont les insomnies. Alors je veux bien croire que c’est pour m’habituer aux réveils nocturnes du bébé qui débarque bientôt, et là dessus je me dis que ça va m’être utile, mais ne pas réussir à se rendormir pendant 2h c’est juste l’enfer!

Résultat, je me retrouve avec une tension en chute libre. Ajoute à ça un épisode de gros rhume/nausées qui a duré deux semaines… Je suis dans les choux!

Je commence néanmoins à me préparer de bon cœur à l’arrivée de bébé. Exercices de yoga avec le ballon, massage du périnée et exercices de respiration rythment mes journées. Après avoir lu sur la méthode Bonapace, je me plonge dans la méthode du Dr De Gasquet. Je met toutes les chances de mon côté pour avoir un accouchement le plus physiologique possible. Advienne que pourra!

Crédit photo: Dominique Bergeron

Côté tête

Ce trimestre est de loin le plus difficile à supporter pour moi.

À 31SA, le docteur me demande d’arrêter l’escalade pour préserver mes abdos en vue du grand jour. Je suis assez d’accord avec lui, donc j’arrête de bon cœur. Mais en réalité, dans ma tête, rien ne va plus. Cette soirée par semaine était, en plus d’une séance de sport, l’occasion de voir mes amis et de partager du temps avec mon mari. Je me retrouve donc toute seule les lundi soir à faire la popotte… Bref, je m’ennuie. Heureusement j’ai pu poursuivre l’aquagym prénatal à la toute fin de mon troisième trimestre.

Mais le doc m’autorise à reprendre le vélo (et oui le printemps débarque enfin en avril!), ce qui me met en joie. Je ne serai plus dépendante du bus pour me rendre au boulot!

Plus les semaines avancent, et plus je sens mon corps faiblir. Du coup, psychologiquement je supporte de moins en moins cette obligation à devoir tout faire au ralentit. Je suis frustrée, fâchée contre moi même, et parfois même contre mon bébé (surtout quand il me fait mal…), ce qui me fait me sentir mal.

Côté bébé

Nous avons également assisté à nos 5 rencontre pré-natales. Ça aurait pu être très intéressant, mais nous n’avons pas eu de chance. L’infirmière qui animait ces soirées de groupe n’était définitivement pas à la hauteur. Au lieu de fournir des informations de façon à éclairer l’auditoire, elle a plutôt fait passer son message « l’accouchement idéal selon ma propre opinion ». Bien qu’elle présentait de nombreux points sur lesquels je suis en accord (accouchement physiologique, allaitement) , Monsieur et moi même nous sentions très mal vis à vis des couples qui désiraient d’autres alternatives (biberon, épidurale, césarienne, etc.). Nous sommes sortis de ces séances un peu déçus.

À 35SA le docteur se rend compte que je n’ai pas pris de poids en 2 semaines, et que ma hauteur utérine n’a pas évolué. Me voilà donc avec une ordonnance pour une échographie surprise supplémentaire! Je vais donc revoir la bouille de Bébé canard. Mais cette suspicion de retard de croissance me fait un peu peur, alors que je sais très bien que je suis un petit gabarit (Monsieur aussi). D’ailleurs, finalement cette échographie supplémentaire a juste confirmé qu’il s’agit d’un petit gabarit estimé à 2,5kg à 36SA. Je vais juste fermer mes oreilles jusqu’à l’accouchement dès que la grosseur de mon ventre ou mon poids sera sujet à conversation!

Ma grossesse tire doucement à sa fin. Je vais dorénavant me contenter de laisser bébé gigoter dans tous les sens. Ça c’est un truc qu’il sait très bien faire, petit gabarit ou non!

A propos de l’auteur

28 ans, mariée en mai 2015. Je vis à Montréal depuis un peu plus de 6 ans. Arrivée comme étudiante, je cherche aujourd'hui du travail, en vain... Monsieur et moi entamons notre dernière année de vie Outre-Atlantique. Et cette année va être sportive puisque nous allons accueillir un petit canadien (ou une canadienne) en juin prochain! À la suite de ça nous prévoyons: - un road trip à travers l'Amérique du Nord en van - un retour en France (une 2e expatriation en somme...) - une installation quelque part dans cette France... Après où exactement... On verra! Tout ça avec un bébé! Oui oui! On aime les défis!! Tu peux aussi me suivre par ici : @mme_ebichu sur Instagram et bibichuenvadrouille.wordpress.com pour mon blog personnel.