Menu
A la une / Témoignage

Ma vision de la parentalité : avant la naissance de petit koala

Aujourd’hui, je vais aborder avec toi la direction parentale que je souhaitais prendre avec mon mari.

Quand on attend son premier enfant, on se confronte pour de vrai à cet aspect qui est de savoir quel type de parents on souhaite être. On se renseigne, on lit des bouquins et des blogs, on ingurgite beaucoup d’informations, et comme si on était menacés par une arme braquée sur nous, on se sent obligé de décider ce que nous allons appliquer ou pas.

Aujourd’hui je vais parler de notre positionnement par rapport à tout ça avant l’arrivée de notre bébé.

Crédit: silviarita de Pixabay 

Alimentation

Allaitement ? biberon ? les deux ? C’est une question qui n’est pas simple, et le choix n’est pas si évident que ça au final. En tout cas pour moi. Chez certaines femmes, il n’y a pas d’autre alternative possible que l’allaitement exclusif du bébé. Moi, je ne savais pas. Je n’avais pas vraiment envie d’allaiter. J’avais vu ma sœur souffrir pour son premier pour mettre en place son allaitement. J’avais été choquée par la sage-femme a la maternité qui avait laissé son fils hurler de faim tant qu’elle n‘avait pas sa montée de lait et avait plaqué de force la tête de mon neveu sur le sein de ma sœur pour l’inciter à téter. Ces images sont restées gravées dans ma tête et je m’étais promis de ne jamais laisser quiconque faire cela à mon bébé.

En plus, les récits que j’avais lu de l’allaitement m’ont fait peur je dois l’avouer. Ce que je retenais c’était « fatigue », « douleur », « perte de liberté », et ce bien au-delà des mots pourtant rassurants qui étaient « connexion avec son enfant », « câlin », « bouffée d’amour ». J’avais peur de ne pas tenir le rythme et donc de déprimer, de me mettre une pression folle, d’échouer, et donc de déprimer (oui encore).

Oui mais voilà. Il n’y a pas de meilleur lait pour un bébé que celui de sa maman. Et dans un sens, la nature nous a paré de mamelles pour cela donc il serait normal de les utiliser à bon escient. Et puis, il y a eu le scandale Lactalis. Je veux le meilleur pour mon bébé et donc naturellement, je devrais lui donner mon lait. Résultat, j’ai décidé d’attendre la naissance pour me décider. J’ai souhaité faire la tétée d’accueil, et ensuite on verrait bien.

Et pour la suite ? Purée maison ou Purée industrielle ? Bio ou non bio ? DME ou méthode classique ?

J’aime cuisiner je voulais volontiers m’y mettre. A première vue, quoi de plus simple que de préparer maison les repas de bébé ? Mais voilà, les légumes cuits et moi, ça fait 2. C’est viscéral, le simple fait d’en manger me donne mal à l’estomac. Je me vois mal dans ce cas réussir à diversifier comme il faudra ce petit.

Pareil. A première vu pour moi la DME c’était intuitif. J’étais à mille lieu de toute la complexité de la chose, des précautions à prendre également.  J’ai décidé alors de ne rien décider. Complètement paumé, j’ai préféré me laisser le temps de découvrir mon bébé et son comportement avant de choisir le mode de diversification que je privilégierais.

Sommeil et équipement

Je suis une stressée de la mort subite du nourrisson. Aussi, je m’étais bien renseignée pour savoir quels étaient les comportements les plus protecteurs. J’avais donc évidement décidé que mon bébé ne dormirait que sur le dos, et dans notre chambre au moins jusqu’à ses 6 mois. Et ce n’était pas discutable. Il avait bien sûr une chambre et un berceau, mais je le voyais surtout d’utilité pour les siestes en journée. Sinon, La nuit, ce serait dans son couffin, juste à coté de papa et maman.

Par contre, nous n’avons pas investi dans un transat classique. Nous avons préférée opter pour un Doomoo qui peut être utiliser pendant plusieurs années par l’enfant ensuite.

Pour les balades, nous avons choisi rapidement d’acheter une poussette, mais également un porte-bébé pour les premiers temps car au fil des lectures, j’ai cru comprendre que les enfants affectionnaient le portage ventral lors des premières semaines. Nous avons pour la voiture préférée prendre un cosy et non un siège auto directement. Là c’est purement une question de gout. Nous nous sommes basés sur le site de sécurange et avons trouvé plus pratique de prendre d’abord un Groupe 0, et ensuite prendre pour petit koala un siège de grand.

Crédit: freestocks-photos de Pixabay 

Motricité, bain, tétine et compagnie

Du côté de la motricité il n’y a pas eu trop de débat. J’ai grandi dans ce qu’on appelle ici la motricité libre. Les parcs n’existent pas en Afrique, et les enfants sont pieds nus. Moi-même je marche encore très souvent pieds nus. Je n’ai donc jamais envisagé d’investir dans un parc.

Pour la tétine , pas vraiment de débat chez nous. Ayant sucer mes 2 doigts pendant très (trop) longtemps, je veux absolument éviter que mes enfants prennent leur pouce. Je sais, c’est l’enfant qui choisi au final, mais quand même, on essaye de mettre toutes les chances de notre côté. On a donc décidé que notre fille aurait le droit à la tétine, sans trop réfléchir aux règles d’utilisation pour l’instant. Nous lui avons également acheter un doudou, tout en étant conscient que là aussi c’est plus le bébé qui choisirait.

Par contre, pour le bain, la question s’est posé. Est-ce qu’on achetait quelque chose de spécifique ou pas ? Pour les premiers temps, nous avons décidé de simplement lui donner le bain dans l’évier de notre salle de bain, puis, on aurait quelques temps pour aviser.

Trousseau et couches

Pour son trousseau, nous avons choisi de faire un mixte neuf/seconde main. Il était important pour moi de savoir quel style vestimentaire je voulais pour mon bébé. Ce sont des choses qui peuvent changer. Et je l’avoue, j’ai beaucoup de mal a acheter en seconde main à des gens que je ne connais pas. Même si nous avons pris des tenues en seconde main à notre bébé, elles viennent toutes de personnes que je connais et dont j’apprécie les goûts vestimentaires. Par contre, les bébés ça grandit vite, donc je n’achèterai que dans des enseignes bon marché (Kiabi, H&M, Primark).

Au niveau des couches, j’ai un temps voulu me lancer dans les couches lavables. J’ai commencé à me documenter et j’ai trouvé ça bien compliqué. Je me suis donc dit que je commencerai avec des couches jetables, puis quand je me sentirai un peu plus à l’aise dans mon rôle de maman je passerais au lavable. Cependant, nous avons décidé de ne faire porter que des couches bio. Donc j’ai éliminé d’office Pampers.

Maintenant à ton avis, sur combien de point sommes-nous revenu sur notre décision après la naissance ?

A propos de l’auteur

Après avoir raconté mon mariage sur Mademoiselle Dentelle, je passe de l’autre coté pour te parler de mon approche de la maternité. Je suis devenue maman en 2018, et ce fut un grand chamboulement qu’il me tarde de te raconter. Si tu veux suivre nos aventures au quotidien, je t’invite à me retrouver sur instagram sous le pseudo el_m_b