Menu
A la une / Récit de grossesse

Garder le sexe du bébé pour le jour J !

Si tu suis un peu régulièrement ce blog, tu as peut-être lu dans certains commentaires que j’attendais mon second enfant… Si ce n’est pas le cas, surprise ! Notre deuxième bébé est prévu pour février 2017, deux ans tout juste après notre fille adorée.

Pour ma fille, je voulais absolument connaître le sexe lors de ma grossesse, mon mari aussi. Lui voulait absolument une fille, j’avoue que c’était également ma préférence.

C’est comme ça qu’à un peu plus de 3 mois de grossesse, mon gynécologue nous a appris que ce bébé était bel et bien une fille ! (J’ai eu du mal à comprendre ce qu’il me montrait à l’échographie, je croyais voir un garçon mais pas sûre… et effectivement, je me trompais !) Nous avons fait confirmer cette information quelques semaines plus tard lors de l’échographie du cinquième mois, avant de l’annoncer à nos familles.

Mais alors ? Pourquoi est-ce que c’est différent, cette fois-ci ? Qu’est-ce qui a changé ?

Ne pas connaître le sexe du bébé

Crédits photo (creative commons) : gabi menashe

J’ai assez mal vécu la profusion de rendez-vous médicaux, d’examens, de visites aux urgences, de praticiens lors de ma première grossesse… Et mon mari encore plus : ces « simples » actes médicaux auraient même pu être un frein à une seconde grossesse.

Pour cette grossesse, nous avons donc décidé d’avoir un suivi avec une sage-femme, celle qui m’a préparée à mon premier accouchement, et de n’avoir que les trois échographies obligatoires à l’hôpital, avec toujours la même gynécologue (pour avoir toutefois une référente sur place si ma sage-femme devait m’orienter vers un gynéco).

Et nous avons décidé de pousser ce désir de simplicité jusqu’à ne pas demander le sexe du bébé ! Une de mes amies a pris cette décision pour sa fille, et elle m’a raconté comme ce moment est fort à la naissance ! J’ai eu envie de connaître ça aussi.

Alors après beaucoup de questionnements, nous avons finalement fait le choix de garder la surprise pour le jour de l’accouchement ! J’ai l’impression que ça permet d’accueillir bébé encore plus en tant que personne, et non en tant que « mini princesse » ou « petit mec ».

Nous attendons un enfant, nous préparons son arrivée, mais en lâchant un peu prise sur certaines choses. Nous devons choisir deux prénoms, préparer une décoration mixte et acheter des vêtements neutres, mais finalement, ce n’est pas si compliqué ! Le plus dur a été de prendre la décision au début, mais une fois qu’on a commencé à dire autour de nous que nous ne souhaitions pas savoir, c’est devenu plus facile.

Nous avons bien spécifié à ma gynécologue que nous ne souhaitions pas connaître le sexe du bébé avant sa naissance, nous le redisons avant chaque échographie (les deux obligatoires, et puis deux que j’ai dû passer aux urgences suite à des accrochages en voiture). Pour la première écho, logiquement, pas de risque, mais pour la deuxième échographie, nous avons simplement évité de regarder l’écran lorsque la gynécologue est passée sur « la zone ».

J’ai quand même été tentée de demander lors de la dernière échographie. J’ai glissé à mon mari : « C’est quand même tentant de demander là maintenant que le docteur sait… » La gynécologue m’a entendue et m’a dit : « Allez, bonne journée Madame ! » avec un large sourire !

Nos familles et nos amis sont souvent surpris de cette décision, mais finalement, elle est plutôt bien accueillie !

Rendez-vous donc dans trois mois, pour savoir si bébé est un garçon ou une fille !

Et toi ? Arriverais-tu à patienter ? As-tu fait ce choix ou, au contraire, veux-tu absolument savoir ? Pourquoi ? Raconte !

A propos de l’auteur

Trentenaire, maman solo de deux adorables têtes bouclées qui comblent ma vie et raccourcissent mes nuits. Un job en Qualité dans l'univers du luxe : la cosmétique. Tout un tas de loisirs et de passions : la couture, la photographie, la batucada, et tellement plus !