Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Lutine Chlorophylle

J'ai 25 ans et un mari super-chouette ! Notre fille "Pimprenelle" est née à l'été 2015 et nous régale de sa bonne humeur... Je m'en occupe désormais à plein temps.
Moi, je suis une lutine lunatique, mais généralement très joyeuse et espiègle. Écolo, féministe, non-violente, végane, théoriquement bricoleuse, et fana de prénoms !
Tu peux aussi me retrouver sur le blog Sous Notre Toit.

Ses contributions

bébé-nouveau-né

Mon accouchement déclenché : la naissance

La douleur au dos est continue, avec des pic d’intensité qui me clouent plusieurs fois sur place pendant le court trajet vers la salle d’accouchement. Ce sont les contractions, mais elles n’ont décidément rien de celles que j’attendais. Avec ce mal diffus en permanence, je ne les sens absolument pas monter en vague : d’un coup, ça devient une douleur énorme, sans aucune sommation !

photo grossesse projet de naissance

Préparation à l’accouchement et projet de naissance

J’ai mis beaucoup trop de temps à mon goût à vraiment intégrer complètement cette grossesse, à me rendre compte que j’étais bel et bien en route pour devenir maman dans peu de temps. Après le déclic, aussi soudain qu’inexpliqué, il restait néanmoins un gros point d’interrogation : l’accouchement.

En dix années, j’ai longuement mûri ma vision de la parentalité. Et j’avais cheminé du « jamais sans péridurale » à l’envie d’un accouchement dit physiologique.

photo de grossesse champ

Mes deuxième et troisième trimestres de grossesse… côté physique

En dehors des petits désagréments du premier trimestre, on peut dire que, physiquement, ma grossesse est très facile.

Après la « perte de mémoire du goût » liée aux nausées, je retrouve petit à petit l’envie de manger des choses moins simples, et je peux recommencer à cuisiner.

Je commence à sentir les mouvements du bébé vers 4 mois et demi, je crois.

photo de grossesse jardin

De la difficulté de réussir à se projeter quand on est enceinte

Je crois sincèrement qu’on n’est jamais prêts pour avoir un bébé. On peut avoir une envie folle, on peut s’être beaucoup occupée des enfants des autres… on est toujours à mille lieues de ce que c’est, réellement, devenir parents.

Est-ce à cause de cet état d’esprit que la suite a été ce qu’elle a été ? Je ne sais pas. Je ne crois pas, au fond. Je sais que je suis loin d’être la seule. Je sais que des mamans qui ont eu un bébé imprévu ont pu s’attacher à lui immédiatement, je sais que d’autres ont eu beaucoup de mal alors qu’elles étaient enceintes suite à une longue PMA. Il n’y a pas de règle, ce n’est pas lié à la force d’une envie.

Toujours est-il que, quand le petit + s’est affiché, j’étais contente, mais bien loin de l’euphorie.

petites affaires de bébé

Premier trimestre de grossesse et annonces aux proches

Après avoir fait un test qui s’est révélé positif, je prends rendez-vous chez le médecin pour enclencher tout le processus médical « grossesse ».

Il me fait les diverses recommandations d’usage (alcool, cigarette…) et me rappelle que la plupart des mauvaises surprises ont lieu au premier trimestre, donc (je cite) : « On est heureux, mais pas trop. »

annonce grossesse au papa télégramme

La découverte et l’annonce au papa

Un matin, je reconnais une douleur dans le bas de mon dos. La même que celle qui signale l’arrivée de mes règles. Sauf que, j’y pense quelques jours plus tard, j’ai déjà ressenti cette douleur en milieu de cycle les deux fois précédentes… Peut-être que je sens mon ovulation ?

Les jours passent… La durée de ce cycle dépasse celle des précédents. Un samedi, sur le coup de 5h du matin, je fais un test de grossesse. Et…

Couple complice

Rendez-vous pré-conception et essais bébés

Faire un bébé. On attend ça depuis longtemps. En fait, j’attends ça depuis dix ans. (Non, je n’ai pas 35 ans, mais bien 23, au début de ce récit.)

Divers imprévus ont retardé les essais. À la base, je n’avais vraiment pas envie de faire un bébé dans notre appartement anxiogène. Et puis, l’envie étant ce qu’elle est, on trouve un compromis : lancer les essais ici, en faisant en sorte que, si jamais ça marchait tout de suite, nous n’ayons pas à vivre ici avec le bébé. Nous visons donc huit mois avant l’emménagement supposé dans notre maison en construction.