Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Mme Indécise

Je suis une fille ( ça j'en suis sûre!),
jeune ( faut le dire vite.)
drôle ( oui, même si je suis la seule à rire )
Je suis enceinte de mon premier humain miniature, et je vis cette grossesse plutôt au jour le jour. Disons que comme il était pas prévu pour tout de suite, on a pas eu le temps de faire un power point avec plan détaillé.
Je viendrais donc m'épancher ici sur cet état soi-disant merveilleux qu'est la grossesse.

Ses contributions

Une maternité d’enfer – Partie 1

Ce séjour, ce long séjour sera l’événement le plus douloureux de ma grossesse. Mais en même temps je partais avec un a priori assez négatif sur ce service. En effet c’est de mon point de vue un service dans lequel se côtoie trop de territoires professionnels (infirmières, puéricultrices, sages-femmes, gynécologues, pédiatres auxiliaires de puériculture, aides-soignants, ash…) sans compter tous les intervenants occasionnels (diabétologues, anesthésistes et infirmiers anesthésistes, diététiciens, psychologues, assistantes sociales …).

Bref, j’ai fini par accoucher

Après neuf mois d’une grossesse un peu (beaucoup) pourrie, j’ai rêvé de ce jour, et il a été au-delà de mes attentes.

Les conditions de mon accouchement, je les connaissais avant même d’être enceinte. Probable accouchement entre la 38 ou la 39SA, surtout si diabète pas clément. Or, j’ai un utérus cicatriciel, et même si les recommandations actuelles jouaient en ma faveur, les chances que je me mette en travail toute seule pour un premier accouchement avant la trente-huitième semaine d’aménorrhée restaient faibles, ce qui voulait dire dès le départ césarienne.

grossesse diabétique

Une grossesse diabétique au top du top…

… de la mouise.

Oui oui, chère lectrice, moi aussi, j’aurais aimé te dire que j’ai eu une grossesse au top malgré le diabète, mais c’était loin d’être le cas. J’ai longtemps hésité à venir t’en parler. Et puis bon, j’avais promis que je raconterai (quasi) tout, alors je me lance.

traditions grossesse

Mes traditions autour de la grossesse

Je suis quelqu’un de très attaché aux traditions. J’aime le fait qu’elles puissent nous inscrire dans une certaine continuité. J’aime leur incongruité. J’aime leur côté un peu vieux jeu. Elles me font souvent rire et font partie intégrante de qui je suis.

La grossesse, comme tout événement charnière dans la vie d’une famille, a aussi son lot de « traditions », ou de choses à faire ou à ne pas faire ! Je t’en livre quelques unes.

aberrations suivi médical grossesse

Moi, les soignants et l’hôpital

Être « patient » est véritablement un apprentissage. Je travaille moi-même à l’hôpital. J’y suis minimum douze heures par jour, minimum douze jours par mois, et (sans les vacances) douze mois par an. Et pourtant, je ne sais pas être « patient ».

Je travaille, et j’ai toujours travaillé, dans des services assez clos, plutôt bien dotés, car rapportant souvent plus que des services de type obstétrique. Du coup, le public de l’hôpital, je le côtoie peu. Mais j’ai eu tout le loisir de le découvrir pendant ma grossesse.

résister aux clichés de grossesse

Investir sa grossesse

Sûrement qu’en ayant suivi mes premiers articles, tu dois te dire que ça a été du gâteau, pour moi, la grossesse. Mettons les choses au clair tout de suite : pas du tout, mais alors, pas du tout !

Quand j’ai découvert que j’étais enceinte, j’ai été tour à tour excitée, émue, effrayée, déçue, au bout de ma vie. Attends, ne t’en va pas, non, je ne suis pas folle, et oui, on avait vraiment envie de fonder une famille. Je t’explique…

Légumes

Mes astuces si le sucre devient ton ennemi pendant la grossesse

Quand tu as eu la malchance de tirer la carte du diabète gestationnel, te voilà propulsée dans mon monde pour quelques mois. Moi, j’ai quelques années de vie commune avec la bête, donc j’aurais tendance à dire que c’est moins difficile pour moi que pour une personne lambda.

Je te file mes petites astuces, en espérant qu’elles t’aideront à passer ces quelques mois de la façon la plus sereine possible.

Dragon livre

La suite de l’histoire de l’enfant qui ne venait pas

Où en étions-nous déjà ? Ah oui, je te racontais l’histoire de la princesse langue de vipère et de son pauvre mari incompris. (As-tu remarqué le changement de rôles ?) Plus sérieusement, je t’avais laissée après notre très grosse dispute.

Après ces discussions, on a vécu quelques périodes de flou. On s’est interdit de parler de bébé pendant un mois, le temps de digérer nos échanges. Ce mois de repos a été salvateur : il nous a permis de nous vider la tête, de nous parler de plein d’autres choses.

Once upon a time

L’histoire de l’enfant qui ne venait pas

Il était une fois une princesse adorable et pleine de tendresse mariée à un caractériel, mais non moins charmant, prince. Ils s’aimaient très fort et voulaient fonder une famille. Malheureusement pour eux, la sorcière Stérilité ne l’entendait pas de cette oreille…

Ok ok, je ne suis pas très douée pour les contes, mais avoue que c’est bien tenté non ?

C’est un peu étrange, mais à une période, l’homme et moi nous faisions à l’idée de ne pas avoir d’enfant biologique. Cette décision n’a pas du tout été une évidence pour notre couple, car nous partions tous deux avec des points de vue opposés (je t’ai déjà dit qu’on était rarement d’accord ?).

Bienvenue à Madame Indécise, future maman de février 2016 !

À mon tour de me présenter ! Je suis Madame Indécise, future maman d’un haricot prévu pour février 2016. J’ai 30 ans, toutes mes dents et je vis en région parisienne.

Pourquoi Madame Indécise ? J’ai longuement hésité avec Madame Relou, ou Madame Super-relou. Mais j’ai ensuite pensé que ça pourrait te refroidir, chère lectrice, ou te donner l’impression d’avoir affaire à une personne très dérangée. Non pas que je ne le sois pas, je ne m’en cache pas ! J’aimerais que tu le découvres plus tard… bien plus tard.