Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Madame Vélo

Nous nous sommes mariés en mai 2014 et la famille s'est agrandie pile 1 an après avec l'arrivée de notre premier fils. Crapouillou est devenu grand frère 20 mois plus tard. Madame vélo parce que je me déplace beaucoup à vélo, normal je travaille dans le développement durable (bonjour le cliché !).

Ses contributions

Comment transporter ses enfants à vélo

Aujourd’hui je voudrais aborder avec toi des questions pratico-pratiques sur comment on peut continuer (ou commencer !) à se déplacer à vélo alors qu’on a un ou des enfants à transporter.

La draisienne et l’enfant : vers l’apprentissage du vélo

Je suis tellement imprégnée de mon métier, qu’il me paraît logique que pour apprendre à un enfant à faire du vélo il faut d’abord passer par la draisienne (et c’est la même chose pour des adultes d’ailleurs!). Et j’avais l’impression que tout le monde le savait. Or je me rends compte que c’est encore loin d’être si répandu que cela. Alors voici un petit article pour t’aider à apprendre à ton enfant à faire du vélo.

Dilemme entre rêve d’enfant et principes personnels : exemple avec le Père Noël

Ce dont je veux te parler aujourd’hui, a moins à voir avec le Père Noël en lui-même, qu’avec un dilemme de parent dans l’éducation de son enfant. Je veux te parler aujourd’hui d’une situation que j’ai vécue il y a peu, où je me suis retrouvée prise en étau entre deux principes : laisser mon enfant faire ses rêves d’enfant versus il y a des sujets sacrés auxquels on ne peut pas toucher !

Les impacts physiques insoupçonnés d’une grossesse

Mes deux grossesses m’ont laissé des souvenirs. Des souvenirs durables, qui font de moi une personne différente de ce que j’étais avant. Des changements physiques et irrémédiables que je n’aurais jamais pu imaginer, et dont personne ne m’avait averti.

Astuces pour se faire obéir – ou comment arriver à nos fins grâce à l’imagination

Pour arriver à tes fins, et tout en évitant les grosses crises (tu sais, celles du fameux « terrible two ») tu as appris à développer de vraies tactiques de commandos. Sans blague, des fois on pourrait se faire attribuer la palme d’or de l’idée la plus imaginative, la plus originale, ou le trophée de la femme (ou de l’homme) la plus patiente ou la plus conciliante.

Le point couple de Madame Vélo : un beau fleuve pas tranquille

A nos débuts, nous étions plutôt un couple fusionnel avec Mr Solex. Ce qui, rétrospectivement, est assez étonnant, quand on sait que je suis peu câline et que je ne recherche pas particulièrement les contacts physiques. Nous avons vécu une très belle période de passion et j’en garde de beaux souvenirs. Cependant, nous avions bien conscience que la passion est l’apanage des débuts d’une relation amoureuse et que celle-ci était amenée à évoluer.

Une histoire de tétine, de doudous et de petits doigts

Avant d’être une maman en devenir c’est le genre de sujet qui ne me faisait pas du tout réagir. A la fois je voyais des bébés autour de moi avec une tétine et ça ne m’interpellait pas plus que ça. Et à la fois le pouce ou les doigts étaient une évidence, moi qui avais sucé mon index et mon majeur et qui ai été élevé dans une famille où aucun enfant n’a eu de tétine. Et même si j’ai quand même toujours été choquée par les enfants qui ont la tétine en permanence dans la bouche, tout ça me passait un peu au-dessus de la tête.

Allaiter une fois, puis une deuxième fois

Je t’ai déjà beaucoup parlé de mon premier allaitement : ici et là. Avec ses débuts compliqués, mes interrogations et mon organisation pratico-pratique.

Lorsque j’étais enceinte de Crapouillou je savais que je voulais allaiter. Au moins essayer. Mais en espérant très fort y arriver. Je m’étais dit qu’il faudrait que j’allaite au moins trois mois. Trois mois ont passé et je me suis fixée l’objectif de six mois. En plus en allaitant six mois je rentrais pile poil dans les recommandations de l’OMS. Six mois ont passé, l’allaitement fonctionnait comme sur des roulettes et je n’avais pas envie d’arrêter. Alors j’ai envisagé d’allaiter Crapouillou jusqu’à ce qu’il achève sa première année de vie.

Mon premier calendrier de l’avent

Contrairement à beaucoup d’entre vous, je ne suis pas manuelle pour un sou. Moi et le « bricolage » ça fait trente-six mille, à mon grand désarrois quand je vois certaines créations DIU qui ont l’air vraiment géniales !

Mais avoir des enfants, c’est bien connu, ça nous transforme. Ça nous emmène à faire des choses qu’on n’aurait jamais imaginé il y a seulement quelques années de ça. Et entre mon stage en centre de loisirs l’année dernière, les différentes créations des copines présentées sur DMT et SNT, et Crapouillou qui commence à s’intéresser à de plus en plus de choses, j’ai eu envie de m’y mettre. Bref : j’ai fabriqué mon premier calendrier de l’avent !

Mon séjour en suites de couche

Tout devient calme à présent. J’ouvre les yeux, comme on ouvre les volets après une tempête. Je savoure la sensation de ce petit être tout juste sortit de mon ventre et posé sur mon torse. La sage-femme nous demande comment on appelle ce petit garçon ? Argh, on ne sait pas ! On rigole un coup et elles nous laissent le temps de la réflexion.

Comment Crapouillou a vécu l’arrivée de son petit frère

Comme je te l’ai raconté, nous avons dû évoquer très rapidement avec Crapouillou le fait que maman avait un bébé dans son ventre. Sans doute un peu trop tôt. Au début, bien sûr, il ne montrait pas beaucoup d’intérêt pour cette nouvelle information, mais à 14 mois le contraire m’aurait étonné. Ceci dit il a quand même vite compris que maman était fatiguée et qu’il fallait lui laisser du temps pour se reposer, qu’il n’était plus possible de grimper sur maman comme avant, et surtout qu’il était désormais strictement interdit de donner des coups de pieds pendant que maman changeait la couche.

Les lits de Crapouillou

Plus Crapouillou grandissait et plus je me posais des questions du genre : quand le passer dans un lit sans barreaux, à quel âge ? Comment faire ? Matelas par terre ou grand lit directement ? Couette, pas couette, oreiller, pas oreiller ? Et au moment où j’ai expérimenté tout ça, j’ai vu que beaucoup d’entre vous se posaient aussi ces questions. Alors c’est partit, voici la petite histoire des lits de Crapouillou !

Quand j’ai accouché de mon deuxième bébé

Je t’ai laissé le lundi 9 janvier à 19h…
Je suis en train de jouer avec Crapouillou dans le salon. Il est un peu grognon, à cause de sa fièvre. Je suis fatiguée et supporte un peu moins ses exigences. Et puis mince, j’ai mal au ventre de temps en temps…

Ma deuxième grossesse : dernière ligne droite

Ça y est, je suis officiellement en congé maternité. Il aurait dû commencer une semaine plus tôt, mais je l’ai repoussé pour aller jusqu’aux vacances scolaires (je suis gentille avec mes employeurs, je leur évite de trouver quelqu’un juste pour une semaine !).

Je suis contente car j’ai réussi à me déplacer à vélo jusque maintenant, mais il est grand temps d’arrêter. D’ailleurs ça fait un mois que je suis passée au vélo à assistance électrique, car je peinais trop avec mon vélo classique. Je vais rentrer maintenant dans une période de « tout voiture » et ça m’attriste un peu !

La grossesse, sex-appeal

Aujourd’hui je vais te parler d’un sujet plutôt intime.

Car sur le sujet, il y a le discours ambiant et puis il y a la réalité. Et cette réalité elle peut être mieux que le discours ambiant, mais elle peut aussi être moins bien. Dans ce cas ce n’est pas toujours bien vécu par les deux membres du couple et ça reste très tabou.