Menu
A la une / Récit de grossesse

Ma grossesse par don d’ovocyte : le suivi médical

Très rapidement après l’échographie montrant un joli petit embryon de 3 semaines bien accroché, j’ai pris rendez-vous avec ma gynécologue. Celle-ci m’a prescrit les premiers examens, prises de sang, échographies du premier trimestre, etc.

Elle m’a aussi informée qu’elle n’était pas obstétricienne et qu’elle ne pourrait donc pas suivre ma grossesse au-delà de six mois. Elle m’a donc demandé si je souhaitais continuer le suivi avec elle pour le moment ou aller directement à l’hôpital dans lequel j’accoucherais. J’ai choisi d’aller directement à la maternité.

Suivi médical grossesse

Crédits photo (creative commons) : Thomas Pompernigg

Le gynécologue

J’ai appelé la maternité pour avoir un rendez-vous avec un gynécologue-obstétricien, que j’ai rencontré pour mon troisième mois.

Le rendez-vous s’est vraiment mal passé ! Déjà, il nous a accueillis en signalant que nous étions en avance… Oui, pardon, on a cinq minutes d’avance, c’est quoi ton problème ? Si tu avais prévu de te prendre un café avant le rendez-vous, vas-y, hein… BREF.

Ensuite, il nous a parlé d’une voix terne, sans aucun enthousiasme : « Alors là, vous êtes à 3 mois, tout va bien. » (Ah bon ? Tant mieux alors, si vous le dîtes.) « Ensuite, à 4 mois, vous aurez tels examens, ensuite, à 5 mois, ça commencera à être un peu plus lourd, ensuite, bla bla bla… Nous allons procéder à l’examen. »

Il n’a fait qu’un toucher vaginal, n’a pas écouté le cœur du bébé. En gros, quinze minutes à peine après être entrés, on ressortait du rendez-vous complètement dégoûtés, et pas du tout rassurés. Je sais qu’il a dû voir des milliers de grossesses, mais personnellement, c’était ma première, alors j’aurais bien aimé voir quelqu’un qui s’y intéressait un minimum… La seule chose intéressante qu’il m’ait dite était que ma grossesse, maintenant qu’elle était lancée, n’était pas différente d’une autre grossesse en terme de suivi et de risques.

J’ai donc rappelé la maternité dès le lendemain, pour demander à être suivie plutôt par des sages-femmes, étant donné que ma grossesse était « normale ».

Puis les urgences

Nous nous sommes également rendus aux urgences gynécologiques une semaine après ce rendez-vous, car je m’inquiétais. Je voulais au moins entendre le cœur de mon bébé. J’ai prétendu des douleurs au ventre (ouh, pas bien, je sais), et j’ai expliqué que je ne le sentais plus bouger (ce qui était vrai, mais j’étais à 15 SA, il me semble, donc rien de bien exceptionnel).

L’interne a réalisé une échographie, nous avons revu notre petit bout de chou qui grandissait. Le médecin nous a expliqué plein de choses, et m’a notamment indiqué quelles étaient les douleurs qui devaient m’inquiéter, quels signes écouter.

À la fin de l’examen, j’ai osé lui demander : « Tant que vous y êtes, vous pouvez nous dire si c’est un garçon ou une fille ? » Il a rigolé un peu et nous a dit qu’il n’était pas sûr du tout. Il n’avait pas trop l’habitude, mais il lui semblait voir un garçon. Je ne sais pas pourquoi, mais je le sentais.

Au début de la grossesse, je souhaitais une fille. Je me disais qu’un garçon, ça devait être vachement compliqué… Une fille, je savais comment ça marchait ! Et puis, petit à petit, l’idée a fait son chemin et je me suis mise à préférer un garçon. J’ai eu peur d’avoir une fille, et de trop essayer d’y deviner la donneuse. Un garçon me rassurait : il ressemblerait plus à son père, je pourrais ne pas penser constamment à la donneuse.

Du coup, cette annonce m’a comblée ! Monsieur Aragorn, lui, n’avait aucune préférence : savoir son enfant en bonne santé lui suffisait largement.

Et enfin, les sages-femmes

Pour le rendez-vous des 4 mois, nous avons donc vu une sage-femme de la maternité. Et ça a été un super moment ! Elle a été adorable, très professionnelle, très à l’écoute.

Elles ont la possibilité de suivre toutes les grossesses sans complication, et toutes celles que nous avons rencontrées à l’hôpital étaient vraiment très humaines. Si un jour je suis à nouveau enceinte, il ne fait aucun doute que nous irons directement voir les sages-femmes !

Et toi ? Par qui as-tu été suivie pendant ta grossesse ? As-tu déjà fait un tour aux urgences juste pour être rassurée ? As-tu été déçue ou soulagée en apprenant le sexe de ton bébé ? Viens nous raconter !

Toi aussi, ça te plairait de nous raconter ta grossesse mois après mois ? Toutes les infos pour devenir chroniqueuse grossesse, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Mariée depuis octobre 2013 avec Monsieur Aragorn, nous savions depuis plusieurs mois que l'aventure de la parentalité ne serait pas simple pour nous. Une pointe d'attente et un gros soupçon de destin nous permettent aujourd'hui d'attendre un heureux évènement pour octobre 2015. Je te propose de plonger dans notre histoire, qui est surtout mon histoire et que Monsieur Aragorn a accepté de partager et de rester à mes côtés malgré les difficultés.