Menu
A la une / Récit de grossesse

La boustifaille, la grossesse et moi

Aujourd’hui, je vais te parler d’un sujet clé, voir même primordial, pendant la grossesse… Non non, je ne fais pas te parler de tes seins qui vont grossir, de ton ventre qui va s’arrondir, des copines les vergetures qui vont sûrement vouloir te rencontrer. Je ne vais pas te parler non plus des phrases relous de la grossesse (ça, j’en parlerais plus tard!). Je vais te parler de… LA BOUFFE! La boustifaille! Le Miam-miam!

Déjà, avant la grossesse – et même après- j’ai toujours été gourmande. Salé, sucré, peu importe tant que c’est bon. La colocation avec Simba dans mon bidou a toutefois fait bouger un peu les choses.

Ce qui ne passait plus du tout

Bon, comme beaucoup de femmes enceintes, j’ai été écœurée durant ma grossesse par des aliments que je mange en temps normal.

Le premier dégout alimentaire fut le café. Il faut savoir qu’en bonne éducatrice, je suis une grosse consommatrice de café. Quand je bosse de 6h30 à 15h, je peux facilement me boire 4 cafés sur une journée. Au début de ma grossesse, j’ai commencé à être écœurée du café. Au retour de Londres, alors que je déguste avec Mufasa mon café sponsorisé par George, je trouve un goût bizarre et je n’arrive pas à finir ma tasse. Premier signe d’alerte. Le lendemain, hop hop hop, réunion au boulot, petit café qui…a finalement refroidi et finit dans l’évier car porter la tasse à mes lèvres a suffit à m’écœurer. D’ailleurs, ce petit détail a fait tiquer une de mes collègues qui a vite compris qu’il se tramait quelque chose. J’ai donc compris que pendant les prochains mois, le café et moi on allait plus être copains. Rien que l’odeur du café m’était difficile. En juillet, on est parti en week-end avec les copains et un ami a eu le malheur de poser de bon matin la cafetière devant moi. Comment dire qu’il a vite déplacé l’objet du délit.

Crédits photos: Creative Commons

Le deuxième aliment a été la banane. J’adore ce fruit. J’en mange beaucoup car ça me cale facilement. Mais pendant la grossesse, impossible d’en manger. En fait, pour la petite histoire, un matin je décide de me faire un smoothie. Quelle idée j’ai eue! J’ai fini la tête dans la cuvette et avec une nausée qui ne m’a pas quitté de la matinée. Après ce moment, il m’a été impossible de manger quoique ce soit pouvant contenir de la banane, y compris la compote ou pire encore, le banofee d’ordinaire si cher à mon cœur.

Ah et grand drame de mon premier trimestre, je n’arrivais plus à manger du chocolat!! Bon heureusement pour moi, cette bizarrerie est partie aussi vite qu’elle est venue!

Et ce qui passait un peu trop facilement!

Après t’avoir parlé de mes dégouts, je vais te parler de mes envies.

La plus importante a été l’envie de bol de Chocapic. Oui oui, je tiens à marquer la marque parce que j’avais beau acheter des sous-marques, c’était pas aussi bon que la marque originale. Les Chocapic ont été mon grand soutien culinaire pendant quasiment toute ma grossesse. Cela a commencé pendant ma mycose de l’espace et ça s’est calmé une fois l’accouchement passé.

Crédits photos: Flickr

Le matin? Bol de chocapic. Le midi? Des chocapic dans le yaourt. Au goûter? Des chocapic. Ah non mais j’aurais dû prendre des actions chez Nestlé, je serais devenue méga riche!! (Mais pourquoi n’y ai-je pas pensé plus tôt???) Bref, le chocopic a été ma folie alimentaire de mes neuf mois de grossesse!

Ensuite, j’ai eu pendant le dernier trimestre une folle envie de lait, de Nesquick et de goûter régressifs. Soit dit en passant, il me fallait à nouveau la marque Nesquick et pas une sous-marque,ça ne se mélangeait pas aussi bien dans le lait froid!

Il faut savoir que je n’aime pas le lait en temps normal. Là, enceinte, je me faisais des goûters à base de tasse de lait/nesquick et gâteaux pour les gosses genre les BN, les Princes, les Pépitos… Ce sont des choses qu’en temps normal on achête jamais car trop de sucres et trop de cochonneries dedans. Mais là, à la fin de ma grossesse, j’avais besoin de mon moment régressif. Il m’est même arrivé de partir en trombe au Super U à côté de chez moi car je n’avais plus de nesquick. Le drame quoi!!

Je me dit que si j’avais besoin de lait, c’est peut-être que Simba en avait besoin et qu’il m’en réclamait. Bah oui, c’est du boulot de fabriquer des os ! Bon malheureusement et je t’en reparlerais plus tard, Simba a développé une allergie aux proteines de lait de vache et je me demande parfois si cela n’est pas lié à ma surconsommation de lait à la fin…

Bon pour finir sur une note un peu plus joyeuse, j’ai aussi eu envie de Mc Do, de barbeuc et de coca-cola. Ah et à la fin, les légumes ne passaient plus du tout moi qui adore ça en temps normal! Notamment les courgettes huuum!

Le truc sacrément positif c’est que malgré tout ça, je n’ai pris que 12 kg pendant ma grossesse (et bim dans les dents de la gynéco de l’écho de datation!)

Et toi, as-tu eu des envies bizarres pendant ta grossesse? Ou au contraire des dégouts? As-tu foncé au magasin pour assouvir une envie? As-tu réveillé ton chéri pour des fraises? Allez, dis-moi tout!

A propos de l’auteur

Presque trentenaire, mariée, heureuse, amoureuse et maman d'un petit Maxence né le 15 novembre 2016! Entre lire, mater des films et des séries, voir les Amis et la famille, accessoirement bosser et s'occuper d'un petit bout, le quotidien est bien rempli!!