Menu
A la une / Récit de grossesse

Un début de grossesse « entre gris clair et gris foncé »

C’est le moment. Celui que j’ai attendu, pour être honnête, une grande partie de ma vie. Non pas qu’il représente le but à atteindre, la « fin en soi », mais je ne me voyais pas vivre sans enfant.

Une fois que M Wayne et moi avons décidé d’agrandir la famille, une fois l’acceptation d’une peur sous-jacente de ne pas y arriver, (j’y reviendrai dans une autre chronique), c’était l’heure de passer à la vitesse supérieure.

Et le « + » s’est affiché. Le deuxième quelques heures plus tard pour être sûre que je n’avais pas rêvé le premier. Le témoin de cet instant, c’est mon chat qui attend patiemment que le test annonce la couleur. Test que j’ai retourné le temps qu’il fasse effet. Je n’ai pas voulu y croire. Je me suis trouvée stupide d’espérer si tôt, si vite.

A dire vrai, je l’ai fait pour que mes règles reviennent. Je m’étais pourtant promis de ne pas tester sans un vrai retard. Il est plus difficile de voir clairement un « Négatif » qu’un retour de cycle. Enfin pour moi.

M Wayne est de sortie, je m’impatiente presque de son retour et je ne suis pas capable d’attendre quelques jours de plus pour lui annoncer en grandes pompes, réaliser LA surprise que j’ai mis des années à préparer. Non. Il n’y aura rien de grandiose.

Mais ce moment, que j’ai cru ordinaire, ne l’a, finalement, jamais été.

Si j’ai repris le titre de la chanson de Jean-Jacques Goldman « Entre gris clair et gris foncé », c’est parce qu’elle m’a parlé. Et j’ai l’impression que ce sera cette phrase qui accompagnera toute ma grossesse. La première fois que je pose des mots dessus.

Crédit photo : Torsten Mangner

Entre gris clair…

Je suis enceinte, mais c’est la peur qui a dominé le reste. La peur d’une fausse couche. Au moment où j’ai appris la nouvelle, une amie m’a annoncé cette terrible nouvelle, la sienne. A l’heure où je t’écris, à 10 sa, cette terreur de ne me quitte pas.

J’ai pensé être transpercée d’euphorie. De vivre 9 mois d’euphorie pure, malgré les désagréments que j’allais certainement rencontrer. Je ne voulais pas écouter les autres.

Je me suis crue à part, en quelque sorte.

Le premier rendez-vous avec ma sage-femme me rappelle qu’en effet, à ce stade, à 5sa, il faut être prudent, rien n’est acquis MAIS qu’il ne faut pas que l’angoisse prenne le pas sur mon quotidien. Tu m’en diras tant…

Annonce aux parents, aux très proches. En cas de mauvaise nouvelle par la suite, je ne pouvais pas envisager de vivre sans leur soutien. Dans ce domaine, nous sommes toutes différents. Peut-être que tu ne comprends pas ma hâte, d’ailleurs.

Mais rien y fait, je ne réalise pas.

Moi qui ai passé tellement de temps sur les sites de grossesse, de maternité, je pensais tout savoir. Je ne sais rien. Clairement, je ne sais plus rien. Pire, j’ai fait un blocage total.

Il y a des moments où je suis heureuse. Très même. D’autres où je ne réalise pas.

J’ai eu très peu de symptômes en ce tout début de grossesse, si ce n’est les mêmes qu’avant l’arrivée des règles. J’ai cru à un problème d’hormones.

J’ai découvert que toutes les femmes ne vomissent pas, que certaines sont pleines de vie et rayonnent.

Mon tour est alors arrivé vers 7 sa. Je ne vomis pas, mais mon estomac est en vrac. Je n’ai pas de malaise, mais la fatigue est là. Je n’ai pas de bouffées de chaleurs, mais mes humeurs sont détraquées.

Et vient la déprime. La vraie. Celle qui ne lâche rien. Celle qui t’attrape sans raison, toi qui est si enthousiaste, dépassée par les projets de ton quotidien, qui cours partout. Qui savoure la vie.

Le spleen. La mélancolie. La douleur.

La culpabilité de porter la vie et de ne plus avoir envie de vivre la sienne.

Et gris foncé…

Dès lors que j’ai su que nous attendions notre enfant, j’ai cessé immédiatement de me projeter. Comme si je n’avais pas le droit de croire que dans quelques mois, nous serions trois.

Notre entourage nous connaît assez pour se souvenir que nous adorions ce sujet de conversation. Depuis que cela devient concret, je n’en parle plus. Ou presque plus. Je n’imagine pas cet « enfant ». Il me terrifie.

Passée quelques semaines, et la première petite échographie pour voir si le cœur battait, j’ai cru que je reprendrai le cours de ma vie. Je contrôlerai tout comme j’en ai l’habitude. C’était quelques jours à attendre finalement. J’ai pensé que c’était normal.

Mais rien.

J’écris, c’est même une grosse partie de mon travail. Et je n’ai pas écrit une ligne depuis la nouvelle. Celles-ci me semblent sorties de nulle part et me demandent un effort que je n’accepte pas.

Je suis lasse. Je suis fatiguée et la tristesse accompagne mon quotidien. J’ai l’impression d’être inutile, de ne pas travailler assez, de perdre mon temps et je remets tout en question.

Puis la culpabilité prend le relai. Je me sens coupable d’être si vide et si éteinte alors que mon mari m’épaule à chaque instant. Je me sens coupable pour ces familles qui n’arrivent pas à donner la vie. Je me sens coupable d’être affalée sur mon canapé, refusant mes livres et mes romans, alors que justement, je ne suis pas à l’article de la mort. Je culpabilise d’être tombée enceinte du premier coup et d’être malheureuse aujourd’hui alors que je n’ai pas connu l’attente de certains couples.

Je ne me reconnais pas. Je ne m’appartiens plus. Et lorsque les premiers kilos s’installent pour cause d’une mauvaise alimentation, la seule chose qui me permet de tenir un peu et de faire avancer les jours, c’est le drame. Tout est bouleversé. Je ne rentre plus dans mes pantalons d’avant alors que je n’ai pas de ventre. Enfin, je ne me regarde plus. Je refuse de regarder mon ventre. Je ne veux pas que l’on me touche. Je fais l’autruche du miroir.

Je pleure, beaucoup. Trop. Je n’ai plus confiance en moi, j’ai peur pour l’avenir de la grossesse même si à ce jour, rien ne laisse présager quelque chose de mauvais. Et on n’en parle pas de tout ça. Dans les catalogues de grossesse, on n’en parle pas. Enfin, personne ne m’en a jamais parlé. La grossesse, c’est le beau cheveu et la peau saine. La grossesse c’est la maturité. On évoque « les hormones », c’est certainement vrai. Mais on chuchote le désespoir, on murmure la déprime et, la plupart du temps, on l’associe à l’accouchement, au « baby-blues ».

Avant, non.

J’ai la chance inouïe d’être entourée par une sage-femme formidable, d’avoir un groupe d’écoute de mamans et futures mamans sans qui, j’en suis persuadée, je n’aurais que ma terreur pour compagnie.

Et j’ai su que la déprime de grossesse est courante. Qu’elle touche n’importe qui, n’importe quand.

La culpabilité, il faut l’apprivoiser pour la chasser. La tristesse la laisser nous suivre et la remplacer, même si ce n’est que pour quelques heures, par les rayons du soleil qui ne sont parfois pas si loin.

J’ai le droit d’être triste. J’ai le droit d’être malheureuse à manger des céréales toutes les deux heures. J’ai le droit de ne pas vouloir me projeter sur cet enfant que je ne connais pas encore. J’ai le droit de ne pas aimer être enceinte.

J’ai le droit. Et rien que ça m’a permis de reprendre pied.

Mes premières impressions sur ce début de grossesse sont moins négatives qu’elles n’y paraissent, plus nuancées, entre gris clair et gris foncé, justement, et j’espère très sincèrement que dans les semaines à venir, elles seront équilibrées de moments plus doux.

En fait, non, je n’espère pas. J’en suis persuadée.

MISE A JOUR : Aujourd’hui à 17 sa, le moral est là et grâce à l’échographie du premier trimestre, à mon ventre qui s’arrondit doucement, je peux me projeter. 

Et toi, comment as-tu vécu ce tout début de grossesse ? Stressée ? Heureuse ? Triste ?

A propos de l’auteur

Bonjour à toi ! J'ai 28 ans, mariée à M Wayne depuis Noël dernier. Passionnée de littérature et du XIXe siècle, je vis à Paris entourée de nos trois chats....Ah, oui, nous devrions être rejoints par un nouveau membre de la famille au début de l'été !