Menu
A la une / Témoignage

La trouille de l’accouchement

Tout est dans le titre ! Oui, un accouchement est un phénomène naturel. Oui, ça fait des millions d’années que des milliards de femmes ont accouché sans problème. Oui, j’ai l’immense privilège de vivre dans un coin de la planète où s’il y a le moindre souci, je suis quasi assurée de m’en sortir sans trop de séquelles et le bébé aussi. N’empêche…

Je ne sais pas d’où vient cette peur profonde de l’accouchement. Est-ce que c’est pathologique ? Je ne sais pas, et à vrai dire, je m’en fiche un peu. Et si c’est le cas, je n’accoucherai pas cinquante fois dans ma vie. Ni même dix. Ni même peut-être trois. Donc ça ne nécessite pas à mon sens d’aller consulter un psy. Toujours est-il que je vais devoir accoucher au moins une seconde fois, pour faire naître Numérobis.

La naissance de Choupinette aurait du me rassurer : oui, un accouchement c’est physique (euphémisme : si tu n’as pas encore eu d’enfant, dis-toi que c’est physique comme un Iron Man ! Bon, je n’ai jamais couru d’Iron Man, mais je suis sûre que ça y ressemble fortement !). Choupinette a vu le jour rapidement, malgré un travail laborieux d’une vingtaine d’heures et j’ai bien réussi à identifier les muscles à utiliser pour l’aider à sortir (c’était l’une de mes plus grande crainte : mais quels sont les muscles que l’on doit contracter ? Lors de la préparation à l’accouchement, les sages-femmes avaient été claires : « Pas d’entrainement avant, ça ne sert à rien, vous oublieriez, donc on vous dira le jour J si vous poussez de la bonne façon. »)

Quel est le problème alors ? Et bien, la douleur que l’accouchement génère. Je ne suis globalement pas douillette, il m’est arrivé de me blesser très gravement sans me laisser submerger par la panique et arriver à parfaitement gérer la douleur (probablement grâce/à cause du shoot d’adrénaline du moment). Mais je déteste souffrir (comme tout le monde, évidemment !). Et plus encore, je ne suis pas prête à accepter la douleur lors d’une naissance. Certaines femmes arrivent à la transformer en quelque chose de positif, à « l’accueillir »avec différentes techniques de respiration et de relaxation. Ben pas moi. Je ne vois pas cette douleur comme une forme de transcendance, quelque chose que je pourrai utiliser pour donner le meilleur de moi-même.

Heureusement, un homme saint (ou plus probablement une femme sainte !) a inventé la péridurale ! C’est vraiment une piqûre magique (qui ne fait même pas mal, vu qu’a priori ils font une mini anesthésie locale avant. Je n’en suis pas certaine, vu que tout était dans mon dos !) et je sais que je supporte bien les anesthésiques. Alors oui, ce n’est pas naturel. Mais il ne me viendrait jamais à l’idée de me faire opérer sans anesthésie (comment ça ce n’est pas pareil ? Bah si ! des os bougent, des chairs sont déformées et tu perds beaucoup de sang !).

Crédit photo : Parentingupstream

 

J’admire celles qui font le choix d’une naissance naturelle, mais je t’avoue que j’étais bien perplexe quand les sages-femmes qui faisaient visiter l’hôpital ont présenté les salles « nature » avec liane, baignoire, etc etc… Ça ne me correspond absolument pas. Oui, la grossesse est sur-médicalisée en France, et les accouchements aussi. Il suffit de regarder comparativement avec d’autres pays tels que l’Allemagne ou le Royaume-Uni, où le recours à la péridurale est beaucoup plus faible (exemple : 80% des femmes y ont recours en France quand 75% des femmes s’en passent en Grande-Bretagne). Mais quand on regarde par rapport au Brésil, où le taux de césarienne est de 43% au global (et jusqu’à 80% dans le privé !), on est bons ! Quand on voit ce qu’on fait on se fait peur, quand on voit les autres, on se rassure !

Je sais donc déjà que j’aurai recours à la péridurale (dans la mesure du possible, si Numérobis se pointe comme un boulet de canon, contrairement à sa sœur, il se peut que je ne puisse pas l’avoir !). Je sais que c’est à contre-courant de la tendance actuelle, qui consiste à revenir vers plus de naturel. Mais voilà, j’assume ! Je n’ai pas l’impression d’être moins la maman de Choupinette. Je me suis extrêmement bien remise de l’anesthésie, j’ai pu me lever moins de 4h après sa naissance. J’espère que l’anesthésiste sera aussi talentueux et que je répondrai aussi bien au produit pour Numérobis.

 

Est-ce que l’accouchement génère une certaine angoisse pour toi ? Est-ce que tu penches plutôt pour une naissance naturelle ou penses-tu avoir recours à la péridurale ? Raconte-moi !

A propos de l’auteur

Je suis Rigel, mariée, maman d'une Choupinette née début 2016, et de Numérobis, de début 2018. Je n'aime pas le matin et le dimanche soir. J'aime les plannings bien organisés, le sport et le chocolat.