Menu
A la une / Récit de grossesse

Un début de grossesse mouvementé

Je sais bien que chaque grossesse est différente, mais je trouve difficile de ne pas comparer cette grossesse avec ma première grossesse, surtout qu’elle avait vraiment été parfaite. Je n’étais pas stressée du tout. Je n’ai jamais eu peur de faire une fausse couche, je n’étais pas terrorisée par la toxoplasmose ou la listériose, et j’ai eu uniquement des symptômes « cools » au premier trimestre (grosse fatigue et seins qui tirent, c’est tout).

Peur de l’œuf clair…

Pour cette grossesse… Déjà, ça a marché du premier coup alors que je m’attendais à ce que ça prenne des mois. Ça m’a paru louche. En fait, je crois que dans mon esprit j’étais tellement persuadée que ça mettrait longtemps que je ne concevais pas d’être enceinte si vite. Alors je guettais en vain le sang bien rouge qui annoncerait que c’est la fin, « comme prévu ».

Juste avant que je ne tombe enceinte, trois de mes proches ont subi une fausse couche. Malheureusement, c’était toutes des FC « surprises », je veux dire par là qu’elles ne se sont pas manifestées par une perte de sang. C’était plutôt un taux qui n’augmentait pas comme il fallait mais qui augmentait quand même ou une écho de contrôle qui montre que le cœur s’est arrêté malgré les symptômes de grossesse. C’est alors que j’ai découvert la peur irrationnelle de l’œuf clair. Impossible de m’enlever cette idée de la tête, je n’arrivais pas à me raisonner. J’y pensais tous les jours, toute la journée. Je n’ai même pas réussi à me détendre pendant mon massage lors d’un EVJF.

Selon mes calculs, je devais être à peine à 6 SA, donc juste à la limite de voir un petit machin à l’échographie. J’y reviendrais dans un prochain article, mais en gros en Angleterre on ne peut pas juste aller aux urgences gynécos et avoir une échographie. Soit tu as un vrai souci (perte de sang par ex) et ta SF peut te trouver un créneau (souvent la semaine suivante) ou alors tu prends ton mal en patience et tu attends la prochaine écho officielle (donc 12 SA et 20 SA), soit tu paies de ta poche une écho dans un cabinet privé (de 30£ pour vérifier rapidement le sexe à 90£ pour une écho de contrôle). Comme j’étais vraiment angoissée, on a pris la décision d’aller faire une écho privée. En rentrant dans le cabinet, j’ai prévenu la dame que j’avais peur de l’œuf clair (j’ai donc appris comment dire œuf clair en anglais !). Du coup, très sympa, elle a zoomé directement sur la poche et nous a montré un petit pixel clignotant. OUF ! Elle en a profité pour dater ma grossesse : 6SA+1. J’avais calculé être a environ 6SA+4 donc c’était tout comme il fallait.

Crédit photo : Photo personnelle

Juste avant cette écho, j’avais reçu un appel de ma sage-femme. J’avais un peu menti sur ma fiche en disant que mes règles dataient de janvier (bouuuuh la menteuse !) et que je n’avais aucune idée de quand datait ma grossesse. La SF m’a tout de suite propose une place pour faire une écho de datation (« j’ai dit que vous aviez mal au ventre, ça les a convaincues ! »). Je ne la connaissais pas encore mais elle me plaisait déjà ! J’ai donc eu ma première vraie échographie officielle 6 jours après mon écho de contrôle. Le médecin prend ses mesures (un peu rapidement à mon goût), nous montre le cœur et imprime le compte-rendu. Date de la grossesse : 6SA+1. OUPS. Ça veut dire qu’en semaine, alors qu’il était censé doubler de taille, mon petit embryon n’a pris qu’un millimètre. Et hop, en 30 secondes, toute l’angoisse est remontée : mon bébé n’était pas viable, il avait surement arrêté de se développer, de toute façon je le savais, ce n’était pas normal que ça marche du premier coup.

Heureusement, j’ai la chance d’être très bien entourée. Mon mari et (surtout) mes copines Dentelle ont réussi à me faire remonter la pente, en m’expliquant à quel point les mesures étaient peu précises sur un embryon si jeune et que chez elles aussi la date de la grossesse changeait à chaque écho. Bon. Me voilà quasi rassurée. Une discussion avec ma cousine qui me dit de faire confiance à mon intuition achève de me rassurer. En m’écoutant vraiment, je me rends compte qu’effectivement, mon intuition est plutôt confiante sur la suite des évènements. Je commence à profiter vraiment de ma grossesse, et coïncidence ou pas, du jour au lendemain mes symptômes réduisent franchement.

… et pertes de sang

Mais bien sûr il a fallu que la nature me fasse une petite farce pour me tester ! Un matin, alors que j’approche des 8 SA (dans ma tête je garde la DPA de mon écho privée, qui colle plus à mon ovulation), je découvre du sang dans mes sous-vêtements. Pas juste un peu, une grosse tache (une cuillère à soupe, comme j’ai décrit à la SF !). Le sang est un peu rose, mais un peu rouge quand même. J’essaie de ne pas paniquer, de toute façon le sang est rose ça ne peut pas être grave. Hein oui ça ne peut pas être grave ? Ce matin-là j’ai aperçu comme c’était différent de vivre une seconde grossesse avec une aînée à la maison : impossible de se morfondre et de trainer sur Doctissimo, il faut enchainer le câlin, le petit-déj, la toilette et la crèche.

Ma SF m’appelle pendant que je suis sous la douche : j’ai vraiment énormément de chance, il y a un créneau libre pour un écho à l’hôpital dans 30 minutes (la plupart du temps il faut attendre plusieurs jours !). Ça tombe bien, Peluche est quasiment habillée et l’hôpital est à 10 minutes de la maison. En arrivant dans la salle d’attente, je me mets à pleurer. Ça me fait tout drôle, je ne pensais pas que ça me toucherait à ce point. Dans la salle d’échographie, c’est une étudiante qui m’installe. Je crois qu’elle ne sait pas trop bien où regarder. Du coup, je suis persuadée que le cœur s’est arrêté. Je répète en boucle « on ne voit pas le cœur, on ne voit pas le cœur » en sanglotant et les yeux rivés sur l’écran.

Finalement, la sonde s’arrête un instant et mon mari me montre le cœur qui clignote. Je suis rassurée mais la pression qui redescend me fait pleurer de plus belle ! L’échographiste finit de prendre ses mesures et je peux me rhabiller. Mon mari m’avoue quand j’ai commencé à pleurer vraiment fort, c’est la référente qui a repris la sonde pour pointer sur le cœur en disant « allez on va se dépêcher la dame est pas bien » Un peu la honte quand même ! Le compte-rendu nous dit que tout va bien, que le sang vient sûrement du col puisqu’il n’y a pas d’hématome autour de l’embryon et pas de signe d’hémorragie ni autour de la poche ni sur les ovaires. Et en prime, notre petit bébé fait maintenant 15 mm ! Il a bien grandi. Allez c’est bon, je suis rassurée pour de vrai maintenant !!

A propos de l’auteur

Hello ! J'ai 28 ans et j'habite en Angleterre avec mon mari Loulou et nos deux enfants dingos Peluche (2,5 ans) et Pioupiou (6 mois). La vie à quatre, c'est l'éclate !