Menu
A la une / Récit de grossesse

Un début de grossesse un peu compliqué

Avec comme preuve incontestable la double barre du test, je m’empresse d’appeler le médecin généraliste pour lui claironner que je suis enceinte et obtenir une ordonnance pour les prises de sang et l’échographie de datation (j’avais zappé cette étape pour Choupinette, et arrivée à l’échographie du 1er trimestre « bahhh comment ça vous n’avez pas d’échographie de datation ?! Mais il fallait en faire une ! De quand datent vos dernières règles ? Non, ce n’est pas possible vu la taille du foetus. C’est malin, nous n’allons pas pouvoir évaluer correctement la clarté nucale »). Il a fallu attendre une semaine pour obtenir ce RDV chez le généraliste puis de nouveau 15j avant de pouvoir prendre RDV au cabinet d’échographie « sinon, ça ne sera pas pertinent ».

Nous voilà donc le jour J, M. Tad et moi, tout impatients de découvrir les premières images du futur nouveau membre de la famille.

L’échographiste « vous venez là pour quoi ? »

Nous, la bouche en cœur et des paillettes dans les yeux « bahh pour une échographie de datation »

L’échographiste « non, mais ça je sais, c’est écrit sur l’ordonnance. Mais vous voulez le garder ? »

Nous, un peu déstabilisés « bah oui ».

L’échographiste « non parce que là, je vois qu’il y a un hématome, et qu’il va peut-être se décrocher. Bah de toutes façons, ce n’est rien, s’il se décroche, c’est comme ça et puis c’est tout ! ». J’ai été doublement choquée. Déjà de la question initiale. Ensuite, de la désinvolture avec laquelle il nous a balancé une mauvaise nouvelle, connaissant notre réponse !

Sur la photo ci-dessous, l’hématome est la tache sombre à droite du sac amniotique : bien plus gros que l’embryon !

Crédit photo : photo personnelle

Je suis sortie du rendez-vous complètement dépitée. J’y crois déjà, moi, à cette grossesse ! Ce bébé n’est pas juste un embryon, il existe déjà pour moi en tant qu’individu. J’ai entendu son cœur, et je l’ai vu, ce petit têtard. J’ai déjà des symptômes de grossesse (coucou, les nausées non stop dans la journée).

J’ai pris rendez-vous dans la foulée avec la sage-femme afin de voir ce qu’il convenait de faire. Elle m’a prescrit une semaine d’arrêt avec pour mission de me reposer et de me détendre (mouahahah), puis une nouvelle échographie une semaine plus tard pour voir l’évolution.

Heureusement, une semaine plus tard, le bébé continuait à se développer normalement et même si l’hématome était toujours là, il n’avait pas évolué. Comme ma sage-femme me l’a dit, il arrive souvent que les hématomes de début de grossesse -inexpliqués- n’aient aucune incidence sur la suite de la grossesse. Et que du coup, les échographies de datation qui mettent en évidence ces poches de sang soient plus anxiogènes que rassurantes ! Au final, la nature fait souvent bien les choses, et le placenta s’est développé comme prévu là où il n’y avait pas d’hématome.

La conséquence directe de cet arrêt de travail est que j’ai du très tôt prévenir mon employeur de ma grossesse. Heureusement, j’ai un chef compréhensif, lui même papa de trois enfants en bas âge. Dans l’équipe, la moyenne d’âge doit être de 35 ans, donc nous sommes quasiment tous et toutes confrontées aux mêmes problématiques ce qui génère beaucoup d’empathie. Mes collègues ont donc plutôt bien accueilli la nouvelle également !

J’ai également pris RDV avec la médecine du travail, et certificat de la sage-femme à l’appui, j’ai pu arrêter de travailler la nuit et de tenir les astreintes (fini les réveils nocturnes ultra stressants !). Heureusement, je suis tombée sur une médecin du travail assez ouverte (bien que ne sachant ABSOLUMENT pas en quoi consiste mon métier !). Le dernier que j’avais vu m’avait dit « bahh non, je ne vois pas pourquoi vous auriez un aménagement de poste, ça serait injuste par rapport à vos collègues. Vous êtes  enceinte, pas malade ! ». Grrrrrrrr, mais qu’ils peuvent être bornés quand ils s’y mettent !

Et toi, comment s’est passé ton début de grossesse ? Les examens étaient plutôt rassurants ou angoissants ? Raconte-moi !

A propos de l’auteur

Je suis Rigel, mariée, maman d'une Choupinette née début 2016, et de Numérobis, de début 2018. Je n'aime pas le matin et le dimanche soir. J'aime les plannings bien organisés, le sport et le chocolat.