Menu
A la une / Vie de maman

Un mois de sommeil anarchique à 14 mois

Je t’en avais déjà touché quelques mots dans mon dernier article sur le développement de Petite Fleur, nous sommes passés à travers une épreuve que l’on ne pensait plus vivre puisque notre fille avait passé les un an : ne pas dormir plusieurs nuits de suite !!!!

Crédit photo (creative commons) : Tina Franklin

Commençons par les faits

Petite Fleur a fait ses premiers pas le  décembre, nous avons dormi deux nuits en dehors de chez nous pour le nouvel an, puis nous sommes rentrés.

Et là…. Petite Fleur nous a fait des crises de pleurs (ou crises de nerf à ce niveau? ) au moment de la mettre au lit. Elle refusait de dormir. Elle pleurait, hurlait, pendant des heures, sans s’arrêter. Comment elle pouvait faire ça sans s’irriter la gorge, je me pose encore la question.

On a d’abord cru qu’elle était chamboulée par notre petit voyage. La nuit suivante, ça a recommencé de plus belle : elle a hurlé de 21h à 1h sans s’arrêter. On a fini par la coucher entre nous deux et elle s’est endormie instantanément.

Le lendemain, on a acheté une veilleuse : peut-être qu’elle commençait à avoir peur du noir ? Sans effet. Elle a à nouveau fini la nuit dans notre lit.

Tous les soirs, on tentait de la coucher dans son lit, tous les soirs, c’était une vraie galère. Parfois elle s’endormait. Mais dans ce cas là, elle se réveillait toujours vers minuit et finissait dans notre lit.

C’était fatiguant, épuisant, stressant. J’avais peur que ça ne s’arrête jamais et que notre vie intime en prenne un coup. D’un autre côté, j’étais contente de l’avoir contre moi, paradoxal, non ?

Au bout de deux semaines de ce régime, on a décidé de faire quelque chose (entre temps on a essayé le sirop homéopathique pour le sommeil mais ça n’a rien donné).

Comme tu le sais, on vit dans un deux pièces, on déplace donc notre matelas dans le salon tous les soirs pour lui laisser la chambre. Après deux semaines à dormir avec elle, on a décidé de dormir avec elle mais autrement : elle dans son lit, nous sur notre matelas, à côté de son lit, pour éviter qu’elle oublie complétement son lit.

Durant ces nuits, elle a très bien dormi, et dans son lit !! Demi-victoire !!

Après une semaine à dormir dans la chambre de notre fille, on a décidé qu’il était temps de retourner dans le salon. Mais pour faire les choses en douceur, je restais près d’elle le temps qu’elle s’endorme. Je m’asseyais par terre, et j’attendais. Elle sentait ma présence, ça l’apaisait mais elle était tout de même très longue à s’endormir : 40 minutes en moyenne !! De quoi bien entamer ma soirée !

Petit à petit, je suis restée de moins en moins longtemps, jusqu’à ce qu’enfin elle s’endorme toute seule.

Tout cela aura duré un mois.

Et aujourd’hui ?

Cette histoire commence à dater, cela fait environ deux mois qu’elle redort dans son lit. Mais il y a eu des rechutes : une poussée dentaire, et elle dormait avec nous. Mais surtout, je suis très souvent retournée dans sa chambre l’apaiser suite à un réveil en fin de soirée ou au milieu de la nuit. Et je restais près d’elle environ 30 minutes le temps qu’elle se rendorme. Une fois, je suis même restée 1h30 !!!

Et dès que j’étais certaine qu’elle dormait, je sortais de la chambre le plus silencieusement possible, en mode commando à 4 pattes. (Oui moques toi, toi qui as un bébé qui dort)

Forcément, ces moments de rechute n’ont jamais été accueilli avec plaisir. Surtout du côté de l’Homme.

Moi, ça me soulait, mais je le prenais avec philosophie : ce n’était que quelques minutes et puis, ça finirait bien par passer, même si c’est dans douze ans (desesperate mother). Pour lui, c’était une façon idiote d’agir : je l’habituais, elle ne pourrait plus jamais s’endormir sans moi, il passait ses soirées seul. Il s’est énervé plusieurs fois, et puis il a compris que c’était nécessaire et que ça aidait à améliorer la situation, sur le long terme.

Les rechutes sont loin derrières nous maintenant. Il arrive encore parfois à Petite Fleur de pleurer au milieu de la nuit mais dans ce cas-là, il suffit que j’entre dans la chambre et fasse « chhhhhhhhhhhut » tout doucement pour qu’elle se rendorme immédiatement. Je ressors même normalement, fini le mode commando !!

Mais pourquoi ?

Très bonne question ! Je me la pose encore aujourd’hui : pourquoi mon bébé qui dormait si bien depuis ses 3 mois ne fait plus de nuit complète et silencieuse sans que j’y vois un miracle ?

J’ai plusieurs hypothèses mais qui, comme le nom l’indique, ne sont que des hypothèses, je n’ai aucune certitude :

  • L’acquisition de la marche l’a grandement marquée et ça s’est répercuté sur son sommeil
  • Elle a fait une maxi crise d’angoisse de séparation, un peu (beaucoup) en retard
  • Son mode de vie a changé avec mon état de chômeuse (plus de nourrice, avec maman tout le temps, des horaires différentes,…) et ça l’a perturbée
  • Elle avait envie de mettre du piment dans notre vie

Maintenant tout va mieux. ce n’est plus aussi idyllique qu’avant mais c’est pas mal du tout. Elle se couche à 20h30 et dort sans un couinement jusqu’au lendemain matin. Depuis quelques semaines, son heure de lever s’est décalée de 8h30-9h à 7h-7h30 (bien avant le changement d’heure), mais ça, c’est une autre histoire.

Et toi, tu as connu des difficultés de sommeil à un âge inattendu ? Ou des difficultés d’un autre ordre ? Comment as-tu fait pour y remédier ? Raconte !

A propos de l’auteur

Je suis une passionnée d'histoire, de dessins animés et de pâtisserie. Après avoir quitté la région parisienne, je vis dans une maison en province avec mon mari, nos deux chats et Petite Fleur. C'est une petite fille gentille et malicieuse qui illumine chacune de nos journées.