Menu
A la une / Récit de grossesse

Les deux petites barres

Nous voilà en mars. Février est passé, l’agression au travail commence à s’éloigner de moi. Avec Monsieur Mufasa, nous commençons à nous projeter pour nos vacances en septembre. Crète ? Croatie ? Italie ? Une chose est sûre, on a envie d’évasion, de repos et de soleil.

J’ai aussi pris rendez-vous avec une sage-femme qui est aussi homéopathe et phytothérapeute, car elle peut nous aider pour booster la conception. Vendredi 11 mars, nous voilà dans son cabinet. Et là, rien qu’en m’écoutant parler de mes problèmes de poids, de peau, de fatigue… elle comprend vite que nos difficultés sont probablement dues à un souci de progestérone en deuxième partie de cycle. Merci la contraception hormonale pendant dix ans !

Nous repartons donc avec une ordonnance sous le bras pour un traitement naturel à commencer lors du prochain cycle, et une prise de sang pour voir si tout va bien. Le soir, je me sens plus légère et soulagée. Je me sens aussi un peu fiévreuse et je commence à tousser.

Qui dit mars, dit aussi épidémie de grippe. Je n’y échappe pas. Me voilà couchée avec 40 de fièvre. J’explique au médecin que nous sommes en essais bébé, il me donne donc un traitement adapté au cas où je sois enceinte. Je n’y crois quand même pas trop. La semaine passe, les paquets de mouchoirs aussi. Je me nourris de bouillon ou de tartines de kiri. Je suis nauséeuse et épuisée.

Après quatre jours de grippe, de fièvre, de nausées, de fatigue, j’ai du retard dans mes règles. Je ne sais pas si c’est lié à la maladie ou à une espèce de lassitude, mais je n’y prête pas plus attention que ça, et surtout, je ne me fais aucun faux espoir. J’ai déjà été trop déçue lors de cycles précédents.

Cependant, le jeudi 17 mars, je suis réveillée à 4h30 avec la sensation qu’il faut que je fasse un test de grossesse. Je décide d’être raisonnable, de me dire que ce n’est qu’une fausse sensation. Les minutes passent, je ne me rendors pas. Monsieur Mufasa dort lamentablement à côté de moi.

À 6h du matin, je ne tiens plus et décide de me lever. Discrètement, je vais à la salle de bain, récupère le test de grossesse qui attendait là depuis quelques mois et file aux toilettes. Il faut être honnête : j’ai la tête enfarinée et je ne suis pas trop réveillée.

Me voilà donc à 6h du matin à faire pipi sur le test de grossesse, à moitié endormie. Quand je regarde le test, d’un coup, je bloque. Elle est là. La seconde petite barre. Celle que j’attends de voir apparaître depuis des mois. Je n’y crois pas. Mon premier réflexe est de prendre le test positif en photo. Un peu comme si j’avais besoin d’une preuve.

Découvrir sa grossesse

Crédits photo (creative commons) : Daniel Lobo

Je regarde la notice. Je la relis même une deuxième fois. « Vous êtes enceinte. »

Je sors des toilettes, le test toujours en main, dans un état second. Je mets le chat dehors, j’ai l’impression d’être un robot qui fait des gestes automatiques.

Je regarde ces deux petites barres et j’ai envie de rire. J’ai envie de pleurer. J’ai envie de sauter sur le lit et de réveiller mon chéri.

Je décide finalement de me recoucher et d’attendre pour le réveiller. Je me surprends à poser ma main sur mon ventre et à avoir un sourire niais.

Il est alors 6h20 du matin à peu près. Mon chéri se lève à 7h. Un peu égoïstement, je choisis de garder ça pour moi jusqu’à ce qu’il se réveille. Je suis allongée sur mon lit, sereine et paisible. Je sais qu’il y a ce petit truc en moi qui a réussi à s’installer malgré une grippe. Je suis pleine d’espoir et de bonheur.

À 6h55, mon chéri commence à se réveiller…

Et toi ? Comment as-tu découvert que tu étais enceinte ? Était-ce à un moment où tu n’y croyais plus ? Comment as-tu réagi en voyant le test positif ? Raconte !

A propos de l’auteur

Presque trentenaire, mariée, heureuse, amoureuse et maman d'un petit Maxence né le 15 novembre 2016! Entre lire, mater des films et des séries, voir les Amis et la famille, accessoirement bosser et s'occuper d'un petit bout, le quotidien est bien rempli!!