Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Comment j’ai finalement réussi à adopter mon fils…


Publié le 11 juin 2015 par Anne

Il y a quelques mois, je te parlais de mon parcours du combattant pour devenir la mère légale de mon fils. Je t’ai laissée au moment où mon épouse signait le consentement à l’adoption de son fils par sa compagne (donc moi, si tu suis bien !) devant un notaire, fin décembre 2013.

Nous avons décidé de prendre une avocate, pour nous aider à constituer notre dossier. Afin de prouver aux magistrats que oui, je m’occupais bien de mon enfant. Que oui, j’étais bien sa maman aux yeux de tous, sauf aux yeux de la loi.

Nous avions une épée de Damoclès au-dessus de nos têtes depuis la naissance de Théophile : que se passerait-il si ma chérie venait à disparaître ? Mon fils et moi pourrions être séparés ! Et s’il y avait une urgence médicale ? Je ne pourrais pas rester au chevet de mon enfant, ni même aller le chercher à l’hôpital sans l’accord de ma compagne ! Plus concrètement, je n’ai pas pu être « déléguée de parents d’élèves » à l’école, parce qu’il fallait avoir l’autorité parentale… celle que le TGI de Versailles m’avait refusée en 2012 ! J’étais sa maman, et pourtant, à chaque fois que je disais « mon fils », j’avais l’impression d’être une usurpatrice… Moi qui l’avais tant voulu, tant désiré, moi qui l’aimais de toutes mes forces…

Enfant arc-en-ciel

Crédits photo (creative commons) : Sharon & Nikki McCutcheon

Après notre échec devant le tribunal de grande instance (TGI) de Versailles en 2012, nous avons lâchement décidé de ne pas être les premières à déposer un dossier dans ce tribunal.

D’autres l’ont donc fait avant nous (bravo les filles, vraiment !). Malheureusement, nous avons appris fin avril 2014 que leur demande d’adoption avait été rejetée par le juge. Il a en effet argué que le recours à la procréation médicalement assistée, illégal en France pour les couples homosexuels, rendait l’adoption de l’enfant impossible. Les mamans auraient été coupables de « fraude à la loi ».

Devant cet échec, nous nous sommes senties assommées. Alors que dans d’autres juridictions, ces adoptions ne posaient pas de problème, chez nous, elles devenaient impossibles ! Nous avons même pensé à déménager, à louer un appartement ailleurs. Je me suis renseignée partout pour savoir si c’était envisageable, mais il a rapidement fallu se rendre à l’évidence : nous devions rester dans notre juridiction, sinon nous aurions commis une faute et l’adoption aurait été également compromise…

Un jour, pendant la sieste de Théophile, j’ai appelé une avocate. Mon fils s’est réveillé juste après que j’aie raccroché. Je précise qu’il dormait à l’étage supérieur et que j’avais téléphoné dans la pièce la plus éloignée de sa chambre, porte fermée…

Au réveil, il était en sueur, à tel point que j’ai dû le changer ! On est descendu et on a commencé à lire des livres. Je lui ai donné à boire, et tout à coup il s’est mis à pleurer, hurler, sans pouvoir s’arrêter. Il est « coutumier » de ces crises, et je sais qu’il y a toujours quelque chose derrière. Mais là, je ne voyais pas quoi… J’ai essayé de le réconforter. Il pleurait et hurlait : « Je n’arrive pas à être bien ! » et « J’ai mal ! ». Je lui demandais où il avait mal, je lui nommais même des parties du corps (la gorge, la tête, le ventre, le dos ?). Il disait qu’il ne savait pas, qu’il n’était pas bien et qu’il ne pouvait pas s’arrêter. Il gesticulait des bras et jambes en s’accrochant à moi et en pleurant.

J’ai tenté la musique, le sirop pour la toux, l’eau, la fenêtre ouverte pour avoir de l’air frais, les massages… Il pleurait, pleurait, pleurait, et disait qu’il ne pouvait pas se calmer. Je l’ai assis sur moi et j’ai dit : « C’est l’adoption ? » Il a respiré profondément et m’a dit : « Oui ». A-t-il entendu quelque chose quand je téléphonais ? Franchement, ça me parait improbable…

Je lui ai demandé s’il voulait que je lui explique. Il m’a dit que oui. Et j’ai parlé.

« Tu sais que pour faire un bébé, il faut une graine de monsieur et une graine de dame ? Et donc pour te faire, tu sais que maman et moi, nous sommes allées chercher une graine de monsieur à l’hôpital. Un monsieur qu’on ne connait pas mais qui a donné sa graine pour qu’on puisse t’avoir ? »

Il m’a dit oui. Alors j’ai continué :

« Eh bien, il y a des gens qui pensent que, parce qu’on a fait ça et qu’on est deux mamans, on n’est pas une vraie famille. Pour qu’on soit une vraie famille dans la tête de ces gens-là, il faut qu’on ait un papier qui s’appelle l’adoption. Mais c’est juste un papier. Et ce sont des problèmes de grands.

Toi, tu es un petit garçon. Tu n’as pas à gérer les problèmes des grands. Toi, ton boulot de petit garçon, c’est de jouer, d’apprendre, d’aller à l’école, de faire des bêtises aussi un peu, mais pas de gérer les problèmes des grands. C’est maman et moi qui sommes inquiètes pour cette adoption, c’est vrai, mais ce n’est pas ton problème à toi.

Et tu sais, je vais te dire autre chose : ce n’est pas un problème très grave, parce que nous, on sait qu’on est une famille. On s’aime, on sera toujours tes deux mamans, on sera toujours là pour toi, et personne ne peut nous enlever ça. Tu le sais ? Nous on est une famille, quoi qu’il arrive, tu comprends ? J’aime ta maman Mayé, elle elle m’aime, toutes les deux on t’aime, et toi tu nous aimes. C’est ça qui compte, pas le reste. Et pour toute la famille, c’est pareil, avec les papys, les mamies, les tatas et les tontons… On est une famille, c’est ça qui est important, et ça c’est sûr, tu vois ? »

Il faisait oui avec la tête. Puis il m’a dit : « C’était ça qui me tracassait. » Je lui ai demandé : « Est-ce que ça va mieux maintenant ? » Et il m’a répondu : « Est-ce que j’ai loupé l’heure du goûter ? »

Tu en tires les conclusions que tu veux, mais moi, ça m’a encore plus donné la rage. La rage de me battre pour mon fils et pour notre famille…

Les rebondissements ne se sont pas arrêtés là : en octobre 2014, saisie notamment par le TGI d’Avignon, la Cour de Cassation a émis un avis selon lequel, finalement, la PMA ne constituait pas une fraude à la loi. Elle n’était donc pas un obstacle pour les adoptions intra-familiales. L’espoir est revenu dans notre foyer… Et avec raison, puisque en décembre 2014, nous avons appris que des enfants avaient pu être adoptés par leurs mamans « sociales » dans notre juridiction versaillaise !

Nous avons alors constitué notre dossier, demandé des attestations à nos proches et réuni plus de vingt témoignages, tous plus adorables les uns que les autres, affirmant que nous étions une famille, que Théophile était un enfant heureux avec ses mamans, et qu’il était temps que je puisse l’adopter officiellement. Nous avons également joint des photos, de nous, de la famille élargie (grands-parents, arrières-grands-parents, oncles, tantes, cousins…), des photos qui respiraient le bonheur. C’était d’ailleurs bizarre de constituer une requête comme celle-là : à la fois humiliant de devoir demander des témoignages pour prouver que nous étions de bons parents, et très gratifiant de constater qu’en fait, les gens avaient une belle image de nous !

Fin janvier 2015, nous avons finalement déposé le dossier complet au tribunal, par l’intermédiaire de notre avocate. L’attente a commencé…

Fin avril, n’ayant aucune nouvelle de notre dossier, j’ai appelé notre avocate pour savoir si elle en avait (sait-on jamais, hein ?)… Elle s’est renseignée et a fini par obtenir l’info le jeudi 7 mai : le jugement était prévu le mardi suivant, soit le 12 mai ! Sans convocation à une audience, ce qui voulait dire qu’a priori, notre dossier allait passer sans problème ! J’ai su aussi que le parquet ne s’était pas opposé à la demande…

À ce moment-là, j’ai été tellement soulagée ! J’ai appelé tout de suite ma chérie au boulot pour le lui annoncer, j’ai appelé mes parents… C’était une vraie bonne nouvelle, comme on n’en avait pas eue depuis longtemps !

Le mardi 12 mai, j’ai pensé toute la journée à ce jugement. Je n’arrivais pas à me l’enlever de la tête, même si je savais que je ne saurais rien le jour-même…

Le lendemain matin, j’ai fait des pieds et des mains pour obtenir des infos, et l’avocate a fini par me dire que normalement, c’était bon ! J’ai essayé en vain d’appeler le tribunal… Finalement, je suis allée faire quelques courses en bas de chez moi, et quand je suis rentrée, le facteur était en train de distribuer le courrier.

J’ai attendu sagement, et il m’a dit, en me tendant une enveloppe de papier kraft : « Ah bah ça, ça doit être pour vous ! » Un recommandé avec accusé de réception et le tampon du TGI de Versailles dessus ! Autant dire que je ne m’attendais pas à le recevoir si vite !

En ouvrant l’enveloppe et en voyant écrit noir sur blanc que l’adoption était prononcée, j’ai éclaté en sanglots toute seule chez moi !

Puis je suis allée chercher mon fils à l’école, et je lui ai expliqué qu’enfin, on avait le papier pour l’adoption, que les tracas étaient finis et qu’on était bien reconnus comme une famille. Il m’a écoutée mais n’a rien montré de particulier…

En arrivant dans l’appartement, il a vu l’enveloppe et les papiers sur la table de la cuisine. Il m’a demandé : « C’est ça, les papiers ? » J’ai dit que oui. Alors, il a voulu que je lui lise. Puis il a dit : « Bon, je vais écrire mon nouveau nom ! » (En effet, il a changé de nom de famille avec cette adoption, puisque nous avons ajouté mon nom à celui de ma compagne). Je lui ai donné une feuille, il a écrit son prénom (en fait, il l’a écrit en rébus : T O fil ) et m’a demandé d’écrire son nom en entier (un peu dur, ça, encore !). Enfin il m’a dit : « On le met avec les papiers ! »

Affaire classée, en somme…

THEOETNANOUE

Crédits photo : Photo personnelle

Un peu plus tard, pendant qu’il se lavait les mains avant de passer à table, il m’a dit : « Et tous ceux qui disent qu’on n’est pas une vraie famille… Eh ben, je vais leur envoyer le papier, moi ! »

Il nous reste à recevoir le nouvel acte de naissance de notre fils, afin de pouvoir le faire inscrire sur le livret de famille qu’on a reçu lors de notre mariage. Le premier livret de famille, où je n’apparais pas, pourra être détruit (ou alors on le gardera en souvenir de toutes ces années d’attente…) !

Voilà, la boucle est bouclée pour nous. Nous sommes une famille. Nous sommes tous les trois vraiment soulagés. Nous pensons encore à celles et ceux qui galèrent, pour avoir un enfant, pour l’adopter, pour avoir juste les mêmes droits que tous les autres citoyens. Il reste du boulot mais petit à petit, on avance, et ça fait du bien à nos enfants.

Et toi, tu as entrepris de telles démarches ? Tu as connu des rebondissements dans l’adoption de ton enfant ? Viens en parler…

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

37   Commentaires Laisser un commentaire ?

Margot

Oh là là que c’est émouvant et beau. J’en ai les larmes aux yeux!

le 11/06/2015 à 07h35 | Répondre

Madame Lumi

Je suis vraiment contente que votre histoire se termine aussi bien 🙂
Je souhaite beaucoup de bonheur à votre petite famille !

le 11/06/2015 à 07h57 | Répondre

Marjolie

Il a l’air super, votre fils!
Très heureuse pour vous.

le 11/06/2015 à 09h02 | Répondre

Cerise

Je suis sincèrement très heureuse pour vous, votre famille! Vous méritez comme n’importe quel autre couple avec enfant d’être considérés comme une famille! J’ai pleuré en lisant votre récit… continuez à être heureux ensemble <3

le 11/06/2015 à 09h09 | Répondre

Léopoldine

Heureuse de connaître ce beau dénouement! Quel bonheur pour vous trois!

le 11/06/2015 à 09h10 | Répondre

Claire Gezillig

Les larmes aux yeux ici aussi. Merci d’être venue nous raconter la fin heureuse de cette histoire difficile.
Maintenant, place au bonheur, profitez bien des petites joies du quotidien, en famille <3

le 11/06/2015 à 09h15 | Répondre

Marie B

Et bien je n’ai qu’une chose à dire… FÉLICITATIONS ! ! ! et bravo du fond du coeur pour votre courage ! Je suis de Versailles, je sais à quel point les mentalités peuvent être dures à changer ici 🙂

le 11/06/2015 à 09h17 | Répondre

Anne

Merci beaucoup à toutes les trois ! :o)

le 11/06/2015 à 09h19 | Répondre

Anne

Oups vous allez trop vite, donc merci à toutes les 5, 6, 7 ? enfin à toutes pour vos messages !

le 11/06/2015 à 09h20 | Répondre

Madame Licorne

Des larmes de joie pour vous !

Félicitations et merci de votre témoignage qui reflète que malgré tout, ça avance petit à petit…
Je vous souhaite de longues années de bonheur à 3 🙂

le 11/06/2015 à 09h32 | Répondre

Anne

Merci !
Maintenant il ne faut pas oublier que certaines familles attendent encore leurs adoptions avec impatience, que les dossiers sont traités au compte-gouttes, que pendant ce temps-là, leurs enfants ne sont pas juridiquement protégés… Il ne faut pas oublier non plus que certains enfants ne sont pas « adoptables » par leur deuxième parent parce que les parents se sont séparés et que la condition sine qua non pour pouvoir adopter son propre enfant est d’être marié au parent légal. Ces enfants-là, on n’y pense pas assez, et pourtant ils ne sont pas protégés : la maman légale peut décider du jour au lendemain que les enfants ne voient plus leur autre parent, tout comme l’autre parent peut décider d’abandonner ses enfants et son ex-compagne à leur sort et disparaître de leur vie. Quid alors des enfants ? La loi est incomplète…

le 11/06/2015 à 09h46 | Répondre

Dada

Ohhhh les larmes aux yeux comme la majorité des lectrices ! Bravo pour ta persévérance face à cette machine implacable qu’est la justice ! Félicitations.

le 11/06/2015 à 09h49 | Répondre

Codie Pas Rond

Je suis admirative de votre parcours pour être reconnu en tant que Maman, et famille à part entière. Votre fils doit être fière de ses Mamans.
Et à voir toutes les étapes et difficultés que vous avez dû surmonter, j’espère que les mentalités et le droit français, vont continuer d’évoluer.

le 11/06/2015 à 10h03 | Répondre

sapparot

Tres tres heureuse pour vous. Il etait temps que la loi reconnaisse les familles homoparentales et qu’elle en fasse des familles tout court

le 11/06/2015 à 10h26 | Répondre

Anne

Merci ! Toutes nos familles ne sont pas encore reconnues malheureusement, et ce qu’on nous impose (le mariage et l’adoption de nos propres enfants) est absurde et inutilement compliqué et anxiogène. Mais cela avance, c’est vrai, et ça montre qu’on peut évoluer, même si c’est toujours trop lent à notre goût !

le 11/06/2015 à 10h29 | Répondre

Laura

Bonjour 🙂
Je viens de lire votre témoignage à la fois émouvant, saisissant et effrayant.
Nous sommes mariées et attendons notre premier bébé pour Noël et je serais la maman qui devra adopter. Nous vivons dans les Yvelines. Est ce possible de pouvoir vous contacter en privé pour discuter avec vous ?
Je vous remercie d avance pour votre réponse et d avoir partagé avec tant de coeur et de force vos sentiments dans ce parcours.
Bien à vous,
Laura

le 11/06/2015 à 10h31 | Répondre

MadameDeLaForêt

j’en ai les larmes aux yeux, j’imagine votre émotion à tous! vraiment toutes mes félicitations 🙂

le 11/06/2015 à 10h38 | Répondre

Anne

Laura, je ne peux pas communiquer mon email ici (la charte l’interdit de toute façon) mais nous pouvons essayer de demander à une modératrice du blog de nous mettre en relation par mail ! ;o)
Cela s’arrange à Versailles, ça peut prendre beaucoup de temps mais il n’y a plus d’obstacles majeurs pour les adoptions à ce jour (à part les magistrats qui font traîner en longueur, et je sais à quel point cela peut aussi être agaçant !)

le 11/06/2015 à 10h44 | Répondre

Laura

Sinon je peux mettre un commentaire sur le facebook de ma tribu et on pourra se contacter via facebook si ça ne vous embête pas.

le 11/06/2015 à 10h59 | Répondre

Anne

Oui on peut essayer !!!

le 11/06/2015 à 11h01 | Répondre

Laura

J ai cliqué j aime au 1er article sur l accueil d un bébé handicapé, mon prénom est Laura. Cliquez aussi je vous retrouverai. Merci 🙂

le 11/06/2015 à 11h05 | Répondre

Anne

Je vous ai envoyé un message sur fb ! 😉

le 11/06/2015 à 11h08 | Répondre

Laura

Mince je ne le reçois pas 🙁 je vais me connecter sur un ordinateur, votre message est peut être passé dans « autres »

le 11/06/2015 à 11h12 | Répondre

Anne

Votre dossier Autre contient les messages qui n’arrivent pas dans votre boîte de réception suite à l’application du filtre. Vous pouvez modifier vos préférences de filtre directement depuis votre boîte de réception.

Pour ouvrir le dossier Autre :

Cliquez sur Messages sur votre page d’accueil Facebook.
Cliquez sur Autre en haut à gauche.

Pour déplacer un message vers votre boîte de réception, répondez-y ou ouvrez-le, et sélectionnez Déplacer vers la boîte de réception dans le menu Actions.

le 11/06/2015 à 11h16 | Répondre

dubmel

En larmes aussi. Félicitations! Ravie que ce soit enfin terminé pour votre famille.
Et effectivement, une pensée pour toutes les autres familles

le 11/06/2015 à 11h29 | Répondre

Angel

Merci pour ce beau partage, tu donnes espoir à toutes nos familles…
Votre Théophile est génial !

le 11/06/2015 à 12h07 | Répondre

AurelE

Toutes mes félicitations !!!

C’est génial, comme quoi parfois l’amour gagne !!

Une grosse grosse pensée a tout ces papa et maman qui ne sont pas reconnu comme le parent de leur enfant !! Beaucoup beaucoup de courage.

le 11/06/2015 à 13h18 | Répondre

yaelle

très très émouvant! je suis très heureuse pour votre famille! j’espère que cela redonnera du courage a tout les couples qui galèrent pour adopter legalement leur ptit(s) bout(s)!

le 11/06/2015 à 18h20 | Répondre

Agathe

Felicitations, c’est une histoire qui se termine comme elle aurait du: bien! Merci pour votre temoignage, j’ai vraiment eu envie de pleurer en vous lisant. Bonne continuation a vous 3!

le 11/06/2015 à 19h14 | Répondre

pinkcaro

Un grand soulagement pour votre famille.
Un beau témoignage … plus qu emouvant !

le 11/06/2015 à 19h20 | Répondre

Mlle impatiente

Je suis émue de ce texte et de la réaction de ce petit garçon profiter bien de vos instants précieux

le 11/06/2015 à 20h54 | Répondre

Anne

Merci encore mille fois à toutes. Quand nous avons conçu cet enfant, en 2010, après des années de parcours PMA à l’étranger, nous n’osions pas espérer qu’un jour nous pourrions être légalement ses deux mamans en France. Vous êtes toutes bien placées pour savoir que le désir d’enfant fait fi de toutes les convenances sociales, de tous les obstacles, et mêmes de toutes les haines et les insultes qu’on peut parfois essuyer. Ce dénouement est alors si précieux, ce fut un combat si long, mais il valait mille fois la peine. Le regard et les câlins de mon petit garçon valent tous les combats du monde.

le 12/06/2015 à 11h19 | Répondre

Dja

J’ai moi aussi les larmes aux yeux ! Ca fait du bien d’entendre ces histoires, parce que je me demande toujours pourquoi à l’heure actuelle, nous n’avons pas les mêmes droits quand cel concerne l’amour. Votre petit garçon a l’air effectivement bien entouré et je vous souhaite tout le bonheur du monde ! 😀

le 12/06/2015 à 15h01 | Répondre

Robert Simon

J’ai moi aussi les larmes aux yeux, comme beaucoup de lecteurs. Pourquoi n’y a t il que des commentaires de femmes? Pourquoi cette joie d’être reconnus comme une vrai famille n’est elle pas possible pour les familles, homos ou hétéros, dont les enfants sont nés par GPA?

le 15/06/2015 à 11h54 | Répondre

Anne

Robert, merci de votre commentaire. Je pense qu’il y a plus de lectrices ici que de lecteurs, c’est pourquoi les femmes sont surreprésentées, mais ça me fait très plaisir d’avoir un commentaire « masculin ». Je suis entièrement d’accord avec vous concernant les familles avec enfants nés par GPA, chez des homos ou des hétéros. L’important pour moi, c’est l’amour que les parents donnent à leurs enfants. C’est ce qui fait une famille.

le 15/06/2015 à 14h45 | Répondre

Sophie

Mon fils, 6 ans: « le plus important n’est pas de savoir si on a deux mamans, ou deux papas, ou un maman et un papa, ou juste une maman ou juste un papa… le plus important c’est que nous les enfants on soit aimés on s’en fiche par qui ».
(parfois, j’aimerais bien que mon fils fasse de la politique… il fait tellement de bien quand il parle avec son air sérieux…)
J’avais ragé quand j’avais entendu parler du refus du tribunal de Versailles… C’était tellement, mais tellement joué d’avance, en plus… Ils sont pas réputés pour être très ouvert, là bas.
Mais le happy end est génial. Même s’il faut encore se battre pour les autres couples toujours dans l’incertitude.

le 17/06/2015 à 19h05 | Répondre

Anne

Ton fils est décidément un sacré chouette petit bonhomme ! J’ai lu tes autres témoignages et tout concorde en ce sens !
C’est vrai que le fait d’avoir gagné à Versailles est encore meilleur, ça a un petit goût revanchard, en fait… ;o)
Merci pour ton message, Sophie.

le 18/06/2015 à 12h51 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?