Menu
A la une / Témoignage

Quand les maux de grossesse font leur apparition

A l’heure où je t’écris, je suis déjà maman. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, j’aimerais te parler de la manière dont j’ai vécu le 3e trimestre de grossesse.

Rappelle-toi, je suis de ces futures mamans qui n’ont aucun symptôme de grossesse, qui pètent la forme et qui continuent de vivre normalement, comme ci de rien n’était.

Sauf qu’à partir du 6e mois, j’ai déchanté. La prise de poids est déjà trop signifiante. Cela dit, j’ai de la chance d’avoir un gynécologue pas trop inquiété par ça. En revanche, je m’en mord déjà les doigts à ce moment-là. Trop tard, le mal est fait. Mais me voici envahie par les fameux maux de grossesse.

ventre femme enceinte ombre des persiennes

Crédits photo (creative commons) : José Manuel Ríos Valiente

Les vergetures

Je m’étais dit que, passé le 7e mois sans l’ombre d’une cicatrice, je passerai à travers ces immondes lésions sur nos corps. Eh bien non !!! Et il a été très difficile pour moi de les accepter.

La grossesse est responsable de beaucoup de changements corporels. Finalement, à part la prise de poids et l’envergure de mon ventre, je le vivais plutôt bien. J’aurais juste aimé voir ma poitrine se développer (que nenni), plutôt que de voir ces horribles cicatrices sur mon ventre (heureusement pour moi, je n’en ai pas ailleurs, loin de moi l’idée de ressembler à un tigre, ça aurait été trop.)

Chaque jour; une nouvelle apparaissait. Chaque jour, je me regardais dans le miroir avec un peu plus de dégoût. Jusqu’à ce que je découvre le sublime compte Instagram Love your lines. Je relativise et essaye de voir ces vergetures comme le fruit d’un petit être que je suis sur le point de mettre au monde. A l’heure actuelle, je ne les ai pas totalement acceptées, mais je me regarde avec un peu moins de dégoût (même si je trouve que c’est toujours aussi moche.)

La sciatique

Voici le premier mal de grossesse qui m’a clairement enquiquiné jusqu’au bout. Oui, jusqu’au BOUT ! Cela m’a valu bons nombres d’arrêt de travail, avant de bénéficier du congé pathologique, et enfin du congé maternité. Il n’y a pas plus handicapant que cette douleur, que je ressentais dans les fesses, parfois à gauche, parfois à droite. Avec une dizaine de séance de kiné, cela s’est un peu atténué mais il ne s’agissait pas d’aller parcourir le GR20 juste après une séance de torture.

Les remontées acides

Une nuit sur deux, tu te réveilles des dizaines de fois parce que tu as envie de vomir, parce que tu as ton œsophage en feu, et que seule la position assise te soulage. Gaviscon est ton nouvel ami.

Les douleurs ligamentaires

Plus le ventre grossit, plus les douleurs sont vives. Si tu as l’impression de ressentir comme des « déchirures » dans le bas du ventre, ne t’inquiète pas : ce ne sont que des douleurs ligamentaires. Et à dire vrai, ni le paracétamol, ni le Spasfon ne font effet. Donc, tu souffres. Tu souffres au moindre mouvement, que ce soit te tourner dans ton lit, passer de la station allongée à la station assise, marcher… Bref, au moindre mouvement.

La constipation

No comment hein. On s’en passerait toutes bien volontiers !

La rétention d’eau

Si tu te souviens bien, nous sommes alors en plein été. Et même si cet été, la chaleur n’était pas au rendez-vous, ça ne m’a pas empêché de gonfler comme un bibendum. Les doigts, les jambes et surtout les pieds. Je ne rentre plus que dans mes tongs de plage, mais pas de bol, elles me font mal aux pieds quand même !

Et quand tu tentes de mettre des bas de contention avec un ventre énorme et la chaleur (quand même, tu as chaud malgré les 25 degrés, foutues hormones), tu abandonnes vite. Tu passes la majeure partie de ton temps allongée les jambes en l’air, en ayant pris soin d’utiliser un gel frais pour décongestionner un peu tout ça, mais en vain. Bref, il n’y a plus rien à faire.

J’ai malgré tout essayé de continuer à vivre normalement, à aller faire mes courses en me déplaçant telle une baleine échouée, et même à aller à un mariage à 2h de la maison avec nuit à l’hôtel, sans mon petit confort de femme enceinte. Rappelle-toi qu’il ne faut jamais te séparer de ton coussin d’allaitement si tu as pris l’habitude de dormir toute lovée contre lui !

Autant te dire que j’étais loin d’imaginer que les 2 derniers mois seraient longs, très longs à supporter. Mais ce n’était pas ça le pire…

La suite au prochain épisode !

Et toi, de quels maux de grossesse as-tu souffert le plus ? À partir de quand ce sont-ils manifestés ? Comment as-tu vécu ces douleurs/souffrances ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Je suis Madame Louli. Tu as sans doute dû lire les chroniques de mon mariage sur Mlle Dentelle. Me voici à raconter l'évolution de ma grossesse sur Dans Ma Tribu. Je suis mariée depuis le 10 novembre 2012. Nous sommes devenus parents d'une petite fille le 31 août 2014. Nous sommes un couple sportif : roller, danse de salons. Ma passion c'est la petite enfance et tout ce qui en découle. Je ne suis donc pas devenue auxiliaire de puériculture par hasard. Je suis également une maman de deux chats.