Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

Une histoire de tétine, de doudous et de petits doigts


Publié le 19 janvier 2018 par Madame Vélo

Avant d’être une maman en devenir c’est le genre de sujet qui ne me faisait pas du tout réagir. A la fois je voyais des bébés autour de moi avec une tétine et ça ne m’interpellait pas plus que ça. Et à la fois le pouce ou les doigts étaient une évidence, moi qui avais sucé mon index et mon majeur et qui ai été élevé dans une famille où aucun enfant n’a eu de tétine. Et même si j’ai quand même toujours été choquée par les enfants qui ont la tétine en permanence dans la bouche, tout ça me passait un peu au-dessus de la tête.

Et puis je suis devenue une maman en devenir.

Et pour moi il était hors de question que mon bébé ait une tétine. Il ferait comme ses parents, il trouverait son pouce ou ses doigts, le droit ou le gauche, comme il veut, mais il n’aurait pas de tétine. Impossible pour moi d’envisager de lui cacher son joli visage de bébé par un morceau de plastique aussi volumineux. Inconcevable pour moi de lui mettre du plastique dans la bouche alors qu’il était si petit et si vulnérable. D’ailleurs, mon bébé ça sera un bébé calme, comme sa maman, et il ne pleurera jamais (ah ah ah … ironie et désillusion !).

Malheureusement pour moi, dès la maternité Crapouillou s’est révélé être ce genre de bébé qu’on entend. Beaucoup. Souvent. J’ai eu le droit à la fameuse « troisième nuit affreuse ». Et alors qu’après deux heures de cris et de pleurs (de la part du bébé ET de la maman), quand je me suis résolue à appeler la puéricultrice de garde, celle-ci m’a montré une technique magique : le petit doigt. Parfaitement adapté à la bouche de bébé, disponible de suite, et avec le goût et l’odeur de maman en prime. De ce petit doigt, j’en ai usé et abusé. J’en ai passé des minutes et des heures à le laisser exprimer son besoin de succion. Pour l’endormir. Pour le calmer. Pour parfois aussi soulager mes seins endoloris.

Et j’en avais, des arguments, contre tous ceux qui voulaient absolument que je donne une tétine à mon bébé. Parce que je passais pour une extra-terrestre, d’être contre cette sacro-sainte tétine.

Et puis, quand Crapouillou a eu quatre mois, rien n’allait plus. (Un jour je te parlerais de cette sale période, et pourquoi je n’aime pas les bébés entre quatre et six mois). Entre autres, il avait décidé de prendre mon sein pour une tétine. Il ne s’endormait qu’au sein. Et en journée, je ne pouvais même pas le poser une fois endormi. Sans parler des couchers compliqués le soir, et des réveils ultra fréquents la nuit. Et du fait qu’il n’avait jamais manifesté la moindre intention de mettre son pouce dans sa bouche. Alors, timidement, honteusement, je me suis décidée à lui acheter une tétine. Elle a très vite été adoptée et nous a permis de résoudre certains réveils et de faciliter certains endormissements. Mais cette tétine est restée entre nous : personne ne savait qu’il avait une tétine. Elle restait cantonnée à son lit, on ne prenait jamais de photos de Crapouillou avec sa tétine dans la bouche, et même pour aller chez sa nounou on ne la mettait pas dans son sac. Tu l’auras compris : je n’assumais clairement pas cette tétine.

Elle est quand même rentrée petit à petit dans notre vie. Mais il y avait une règle : la tétine c’est uniquement pour dormir. Une fois la nuit ou la sieste terminée, on la range dans sa boîte jusqu’au prochain dodo.

Crapouillou a grandi, il a appris à s’endormir seul, dans son lit. Il a aussi appris à faire des siestes, à se caler sur un (pseudo) rythme. Et puis il avait ses doudous. Un doudou plat, appelé « doudou », et une peluche appelée « pand’ours » (mélange de panda et ours). Il s’y est attaché, doucement mais sûrement. Un bobo, un chagrin, un coup de fatigue : doudou et pand’ours étaient là. Crapouillou a toujours pu y avoir accès en toute liberté, mais là encore avec une seule règle à respecter : interdiction pour eux de sortir à l’extérieur. Doudou étant une pièce unique (fabrication artisanale), il était hors de question de prendre le risque de le perdre. Du coup, dès l’âge de 14-15 mois, Crapouillou était en mesure d’aller chercher ses doudous lui-même pour se réconforter après une chute ou une frustration quelconque.

Quant à la tétine, il a fini par vraiment s’y attacher aussi. Il a fallu plusieurs fois rappeler la règle : la tétine c’est dans le lit pour dormir (ou dans la voiture pour les longs trajets). Maintenant il va falloir réfléchir à une méthode pour s’en débarrasser et ça risque d’être une étape compliquée. Mais chaque chose en son temps !

Crédit photo : photo personnelle. A gauche : Pand’ours. A droite : doudou. Et cette fameuse tétine. 

Et puis P’tit Matelot est arrivé

Comme il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et qu’avoir des enfants c’est renoncer, un par un, à tous ses principes de base, j’étais beaucoup moins catégorique sur la question de la tétine pour P’tit Matelot. J’avais quand même une préférence pour que ce bébé arrive à trouver son pouce, mais si ça devait se terminer avec une tétine, après tout, tant pis.

Je lui ai donc quand même laissé du temps pour qu’il trouve son pouce. J’ai donc appliqué la même technique que pour Crapouillou : le petit doigt. Mais sans en abuser (du moins au début), je ne voulais pas l’habituer. Et puis, comme l’allaitement se passait beaucoup mieux, j’avais plus de facilité à la mettre au sein quand il en avait besoin – et tant pis si des fois c’était plus pour tétouiller que pour téter. Un peu avant ses deux mois, P’tit Matelot a trouvé son pouce, qu’il appréciait beaucoup. Il savait très bien le mettre dans sa bouche et s’apaiser de cette succion…quand il était calme. Quant à avoir l’idée de l’utiliser pour se calmer, ou s’endormir, ça ne lui ai jamais venu à l’esprit. Non, pour ça, il y a le doigt de maman et le sein de maman. C’est quand même tellement mieux. Ah oui, parce que P’tit Matelot a ses exigences, et même le doigt de papa, ça n’allait pas. C’est vite devenu ingérable, et invivable. D’autant plus avec un grand à gérer. Alors, une nuit où j’étais seule et que je n’en pouvais plus, j’ai ressorti la vieille tétine de Crapouillou. Et P’tit Matelot l’a prise… pour mâchouiller…mais jamais pour sucer, se calmer et s’endormir. On a essayé plusieurs fois, rien à faire. On a même fini par en acheter une autre, avec une forme différente (anatomique vs physiologique). Mais il n’en voulait pas. Pire, ça l’énervait dès qu’on lui mettait ce truc dans la bouche. Un comble ! Je dirais même, un double comble !

Alors un jour on a pris le problème à bras le corps et on a décidé qu’il était temps de le sevrer du petit doigt. Il approchait quand même de ses six mois ! Ça n’a pas été facile, mais en deux ou trois jours c’était fait. Résultat : P’tit Matelot n’a ni son pouce, ni une tétine. Enfin si, sa tétine est restée attachée à son doudou et il la mâchouille un peu pour se faire les dents.

Crédit photo : photo personnelle. Les doudous de P’tit Matelot

Pour lui aussi on a fait le choix d’avoir un doudou plat plus une peluche. Pour l’instant ni l’un ni l’autre n’ont de nom, mais il y est déjà très attaché : il leur fait un câlin quand on lui donne. Son doudou est de la même création que celui de Crapouillou. Mais sa peluche n’est pas celle qu’on avait été lui acheter avant sa naissance : pour une raison quelconque, je lui ai proposé un jour cette petite souris bleue qui lui avait été offerte et elle a l’air d’avoir été adoptée.

Au plus fort de la crise (entre les quatre mois et six mois de P’tit Matelot) je maudissais la terre entière et affirmais que le prochain bébé, c’est sûr, je lui fourrerais une tétine dans le bec dès la maternité. Mais cette certitude s’est déjà un peu étiolée et Dieu seul sait comment on procédera le moment venu. Peut-être que notre troisième enfant prendra son pouce pour s’endormir ? En tout cas je partirai avec beaucoup moins d’à priori et de principes que la première fois !

Edit : une heure après avoir écrit cet article, j’ai surpris P’tit Matelot en flagrant délit de suçage de pouce ! A la crèche elles m’ont confirmé qu’il le prend régulièrement, surtout lorsqu’il est fatigué. Les enfants nous surprendront toujours !

 

Toi aussi tu avais un avis tranché sur la question ? La tétine était une évidence ou pas du tout ? ça s’est passé différemment selon tes enfants ? Racontes !

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !


Porte le bracelet Ava chaque nuit et obtiens sans effort des informations sur ton cycle, ta fertilité, ta grossesse et ta santé. Alors, pour mettre toutes les chances de ton côté pour avoir un petit bébé, je te propose 10% de réduction sur le bracelet Ava avec le code : DansMaTribuXAva ! Commande-le dès maintenant par ici !

 

Inscris ton email ci-dessous et reçois idées, conseils et témoignages directement dans ta boîte de réception !

Super ! Va vite confirmer ton inscription dans l'email que je viens de t'envoyer !

Commentaires

8   Commentaires Laisser un commentaire ?

Corentine (voir son site)

J’étais comme toi. Je ne voulais absolument pas voir ma fille avec une tétine… Mais ça c’était avant la naissance, car au bout de 2 jours à la maternité (et aussi à la demande des sages-femmes) j’ai demandé à mon mari d’aller en acheter une d’urgence ! Libération ! Bon, je pensais que ce serait temporaire, alors je ne lui laissais pas tout le temps. Au bout de trois mois ma fille a trouvé son pouce, et à cinq mois son doudou. Du coup, maintenant, à deux ans ( et depuis ses premiers mois), elle ne suce son pouce que quand elle a le doudou dans la main ^^
Mais elle s’est prise à réclamer la tétine en voyant tous les enfants de la crèche en avoir une, ça l’intrigue beaucoup !!!!

le 19/01/2018 à 08h20 | Répondre

GEMO

Bonjour, je suis maman de deux enfants, une fille de 7 ans et demi et un garçon de 3 ans et demi.
Mes deux loulous ont eu une tétine mais de manière bien différente. Pour ma fille, je n’étais pas vraiment décidée à lui donner une tétine, si bien qu’à la maternité, je n’en n’avais pas emportée. J’allaitais et elle se calmait avec le sein et si besoin, oui, mon petit doigt aussi, mais rarement. Et puis, pour faciliter son sevrage du sein vers 4 mois, je me suis dit que la tétine pourrais être un allié de choix. Mais surprise, ma fille n’en a pas voulut. Elle a boudé cette tétine pendant plusieurs mois, et ne suçait pas son pouce… et puis bizarrement vers 1 an, elle a jeté son dévolu sur cette tétine au fond de son lit. Et là c’est devenu le grand amour, même une vraie dépendance. Tétine, la nuit, pour la sieste, mais aussi la voiture, les moments de fatigue, les petites crises… et un doudou avait également été sélectionné et lui était indissociable également. Si bien qu’à l’entrée en maternelle, elle avait toujours cette tétine et son doudou. J’ai réussit à négocier qu’elle ne les prenne que juste pour la sieste et la nuit.
Et puis les vacances de la Toussaint sont arrivées avec leurs lots de catalogues de jouets de Noël. Nous avons profité de ces moments en famille pour écrire une lettre au Père Noël…. accompagnée de la fameuse tétine « pour offrir aux enfants qui n’en ont pas »… Elle était toute contente, surtout pour la lettre, et avait malgré tout bien compris la démarche…jusqu’au moment du coucher! La fameuse tétine était donc évidemment partie avec la précieuse lettre, et ce fût le drame, les pleurs, les grosses larmes. J’a i tenu bon, au grand dam de ma mère présente ce jour là. Et puis, au bout de 20 minutes elle s’est endormie, enfin, avec son pouce et son doudou… Pouce qu’elle ne lâchera plus pendant encore 2 bonnes années, donc à l’entrée en CP.
Concernant le doudou, c’est un survivant qui l’accompagne encore aujourd’hui toute les nuits et dans les gros chagrins.
Pour mon fils, la tétine a été adoptée dès le premier jour à la maternité, vraiment par facilité, je l’avoue !!! Pas vraiment de règle instaurée, elle le suivait partout. Il a refusé de téter le sein dès sa troisième semaine, à mon grand désespoir, et se régalait avec son biberon. Il a ensuite sélectionné le même doudou que sa soeur, et sa tétine a été accrochée dessus. Aujourd’hui à 3 ans, pas de tétine ni de doudou à l’école (sauf sieste), ni chez la nounou, mais à la maison c’est 50% du temps… rien à faire… j’ai usé de la même tactique avec la lettre du Père Noël, il a accepté, passé une première nuit sans soucis, sans aucun pleur, une vraie réussite!… Mais le lendemain, ce petit malin, s’est souvenu qu’il y a avait une tétine de rechange, que je prenais pour les voyages, dans un tiroir de la maison. Et il a saisit l’objet du délit, très fier de son tour, et depuis on est revenu au même point…
Je souhaite qu’il la délaisse tout seul, de lui même… je vais être patiente..
Voilà, pour mon expérience de Tétine.
Je pense qu’il ne faut pas trop être catégorique, et s’adapter aux besoins de l’enfant. Le tout est que l’enfant y trouve son compte, sans pour autant être ultra dépendant de ces objets réconfortant. C’est un juste équilibre qu’il faut trouver avec lui.

le 19/01/2018 à 11h32 | Répondre

Madame Bobette (voir son site)

Moi aussi j’étais contre la tétine… Et puis lors d’une commande chez Envie de Fraise, ils m’en ont envoyé une. Je me suis dit, on ne sait jamais et je l’ai mise dans mon sac de maternité…
Première nuit chaotique, tout comme la deuxième nuit! Mais papa était là pour m’aider et on a résisté à la tétine! Troisième nuit, la nuit de java, j’étais seule… L’horreur a commencé, Tess suçait tout ce qui lui passait à côté de la bouche et surtout sa gigoteuse. J’ai trouvé ça pas très propre… et j’ai craqué! Mais avec le recul, j’ai bien fait, ça l’a beaucoup rassuré et ça nous a apaisé aussi! Elle a tout de suite mieux dormi. Aujourd’hui, elle ne l’a que pour dormir ou en voiture. Et puis bon en cas de gros chagrin, on la sort aussi mais elle a très bien compris qu’après on la range et c’est fini. Je sais que ça va être difficile de s’en séparer mais ça ne me dérange pas tant qu’elle ne l’a pas dans la bouche en permanence!

le 19/01/2018 à 11h48 | Répondre

Mlle Mora

Ah la tétine… Je sais pas comment on a fait, mais aucune de mes filles n’a eu de tétine… On verra au 3ème.
On a utilisé la technique du petit doigt, uniquement pour les endormir et autant de temps que nécessaire. Elles ont arrêté à peu près au même âge, vers 2/3 mois sans qu’on ne fasse vraiment quelque chose pour. Je crois qu’on a eu de la chance.
Pour ma grande, à la crèche au début, ils voulaient qu’on apporte une tétine, parce que du coup, bah quand elle pleurait, il fallait prendre le temps de la calmer, mais elle a réussi à parvenir à se calmer seule avec le doudou (qui lui est toujours d’actualité !) et en plus, on a essayé mais elle n’en voulait pas…
Pas de tétine donc, mais chacune son doudou qui les accompagne pour dormir ou se calmer.
On s’adapte en fonction de l’enfant !

le 19/01/2018 à 13h25 | Répondre

loutre

chez nous aussi pas de tétine, pas parce que nous étions contre, nous n’y avons juste pas pensé. Et un jour, vers ses 3 semaines je crois, on a vécu une nuit d’enfer, rien ne parvenait à calmer bébé, du coup mon mari est allé à la pharmacie de garde en acheter une. Il l’a eu deux semaines environ, mais surtout parce que nous lui donnions pas parce qu’il en éprouvait le besoin. Nous l’avons laissée attachée à doudou pendant longtemps, jusqu’à ce qu’on l’oublie quelque part. Elle n’a jamais manqué. Il suce très peu voire jamais son pouce, mais par contre l’oreille de doudou est sacrée, il la tétouille tellement que nous avons acheté 3 doudous pour pouvoir tourner facilement avec les lessives.

le 19/01/2018 à 13h44 | Répondre

Claire (voir son site)

Team anti-tétine aussi ici. J’ai tenu 2 jours !!!
J’ai la chance qu’elle n’y ait jamais été accro. En même temps, elle préfère quand même clairement la tétée!!
Et d’ailleurs, ça fait un bon moment qu’elle ne s’en est pas servie tien !

le 19/01/2018 à 16h06 | Répondre

Die Franzoesin (voir son site)

C’est drôle mon prochain article parle aussi de ce thème… On part toutes avec un certain nombre d’a-priori sur le sujet et puis on s’adapte. Par contre c’est drôle moi je voulais absolument éviter le recours aux doigts car j’imagine que le sevrage est encore plus difficile (enfin je n’imagine pas, je sais, j’ai mis huit ans à me passer de mon pouce 😉 ).

le 21/01/2018 à 10h15 | Répondre

Ninours

Ici farouchement opposée à la tétine j ai tenu tête à tous ceux qui insistaient pour que je lui en donne une! Bébé toujours accroché au sein et qui pleurait beaucoup! Vers 6 semaines j ai craqué je suis allée en chercher une en pleurant à la pharmacie, mais bébé a du sentir la réticence et ne l a jamais acceptée ! À 3 mois la nourrice m’a fortement incitée à lui en fournir une ce que j’ ai refusé encore et encore… Mon fils avait beaucoup de difficulté à s endormir, mais au bout de quelques mois il a fini par adopter un doudou (mon t shirt) qui le suit toujours 2 ans plus tard! Il a son doudou pour dormir qu il a tête un temps mais aujourd’hui plus du tout à 2 ans et demi il s endort sans rien teter ! Je reste fière de cette petite victoire !

le 22/01/2018 à 09h07 | Répondre

SI TU SOUHAITES RÉAGIR C'EST PAR ICI !

As-tu lu notre Charte des commentaires avant de publier le tien ?