Menu
A la une / Vie de maman

Le mode de garde de Petit Viking. Partie 1 : les démarches

Aujourd’hui je viens te raconter comment nous avons trouvé le mode de garde de Petit Viking. Si tu as lu mon article sur l’allaitement tu sais déjà que notre choix s’est finalement porté sur une (incroyable) assistante maternelle. Et pourtant ce n’était pas ma première idée.
Je te raconte tout !

Première étape : les demandes de places en crèche

Avant de nous tourner vers les assistantes maternelles j’étais plutôt partie sur une place en crèche pour Petit Viking. Je voyais beaucoup d’avantages : la vie en collectivité, des conditions d’hygiène et de surveillance plus strictes, plus d’activités d’éveil adaptées à chaque âge, etc.

Je suis tombée enceinte en novembre et dès janvier je décrochais mon téléphone pour appeler la mairie. Première douche froide : pas de crèches municipales dans la ville où j’habite, uniquement des associations ou du privé. Ce qui du coup veut dire tarifs fixés librement (et parfois ça pique) et des critères d’attributions… assez opaques. Je vais te la faire courte nous avons rempli dix dossiers différents, visiter des crèches, passer des coups de fils, relancer des dizaines de fois pour finalement zéro retour (oui oui zéro).

Et plus nous avancions dans les recherches, plus je me demandais si le fonctionnement des crèches était vraiment fait pour nous. En effet, comme il s’agit de grosses structures qui accueillent beaucoup d’enfants, il y a obligatoirement un fonctionnement assez strict que ce soit sur les horaires, l’alimentation, etc. Ce qui est tout à fait normal pour « faire tourner la boutique ».

Par exemple certaines crèches faisaient parfois payer toute demi-heure entamée en supplément (avec nos deux boulots respectifs autant te dire que l’heure d’arrivée le soir est assez aléatoire). Sur le lait maternel et les couches lavables certaines crèches étaient réticentes ou partantes mais avec des conditions compliquées. Par exemple les structures ne géraient pas la décongélation du lait ce qui m’aurait obligée à passer à l’allaitement mixte dès 10 semaines.

Crédit photo

Deuxième étapes : direction le RAM

Bref, au printemps je passe au plan B : les assistantes maternelles. Pour le coup le site de la ville est très bien fait et j’y trouve toutes les informations nécessaires, notamment la liste des assistantes maternelles, régulièrement mise à jour, avec les places d’accueil disponibles.  Le côté « parents employeurs » m’effraie un peu : contrats, salaires, congés payés… j’ai peur de ne jamais m’y retrouver. Mais en commençant mes recherches, je me rends compte que finalement les choses sont assez simples !

Au mois d’avril nous prenons rendez-vous avec la responsable du RAM. Elle répond à nos questions sur les contrats et nous parle de ce qui est fait au relais : des formations gratuites tous les ans pour les nounous, de nombreuses activités (ludothèque, bougeothéque, médiathèque et autre trucs en -thèque) où les assistantes maternelles peuvent venir avec les enfants qu’elles gardent.

Elle nous encourage à bien réfléchir à nos besoins en termes d’horaires de manière à ce que ça ne soit pas trop la course au quotidien. Je ressors de ce rendez-vous très confiante en ayant eu toutes les réponses à mes questions ! Il n’y a plus qu’à.

Troisième étape : nos besoins et la préparation des entretiens téléphoniques

Après pas mal de discussions avec L’Amoureux nous partons sur un rythme type : Petit Viking restera avec nous le lundi et sera gardé par l’assistante maternelle du mardi au vendredi, de 8h30 à 18h30, soit 40 heures par semaine. Concernant le nombre de semaine de garde nous choisissons l’année incomplète, c’est à dire que nous ne mettrons Petit Viking que 44 semaines par an. Les 8 semaines restants, il sera en vacances avec nous ou avec ses grands-parents.

Ensuite nous listons tout ce qui était important pour nous avec en priorité la distance de la maison, les activités proposées et bien sur notre feeling. D’autres critères se rajouteront plus tard comme les couches lavables, la mobilité libre et l’allaitement, mais à six mois de grossesse tout ça nous paraît encore bien abstrait.

Je prépare un petit questionnaire type pour les appels téléphoniques et je trie la liste donnée par le RAM en privilégiant les assistantes maternelles les plus proches de notre domicile. Il ne nous reste plus qu’à décrocher notre téléphone. 😉  Je reviens vite te raconter la suite !

Et toi ? Tu étais plutôt crèches ou assistantes maternelles ? As-tu changé d’avis en cours de route ?

A propos de l’auteur

Lilloise d'adoption, j'ai 27 ans, un poste à responsabilité dans le domaine de la culture et une légère tendance à l'hyperactivité ! En couple avec L'Amoureux, Petit Viking nous a rejoints en juillet 2016. J'aime les journées bien remplies, l'automne, la pluie, faire ma valise et les films de zombies !