Menu
A la une / Essais bébé

Notre parcours d’adoption : la réunion d’information

Ça y est on y arrive ! La fameuse première réunion, le rendez-vous qui va nous permettre de lancer notre projet. La convocation est pour 10h00. Nous sommes en vacances, nous connaissons le lieu où ça se passe, c’est à moins de 10 minutes de la maison. Pas de stress mais de la prévoyance : nous arrivons donc à… 9h30.

Le déroulement de la réunion

Nous sommes très larges au niveau du timing et nous attendons. Ce qui nous étonne c’est que nous sommes visiblement le seul couple présent. Les personnes menant la réunion arrivent et nous font rentrer dans une salle. Nous patientons encore car un autre couple est en fait attendu. On discute du temps (il pleut à verse si tu veux tout savoir !) et à ce moment-là, il y a un flottement car nous entendons dans le couloir un couple qui approche en se disputant comme des charretiers (pour ne pas dire plus). On voit le regard de détresse des deux personnes de l’ASE. Le couple ne s’arrête pas et passe son chemin. Soulagement des deux personnes qui l’expriment à voix haute avant de réaliser que oui, il s’agit bien du second couple attendu. Tu imagines bien le moment de malaise qu’il y a eu.

La réunion commence. Nous apprenons que nous ne pourrons pas adopter en France car M. Chéridamour est déjà papa. Nous avons un aperçu des statistiques pour notre département qui nous laissent pantois : 6 adoptions faites l’année précédente ! Seulement 6 quand on sait qu’il y a plus de 140 couples qui attendent. L’âge des enfants adoptés est souvent supérieur à 5 ans. Les personnes nous expliquent aussi les difficultés liées à l’adoption, le fait que ça échoue parfois (enfant finalement placé en famille d’accueil car les parents n’assument plus leur rôle, violence et incompréhension des enfants et des parents, écart trop important entre l’enfant rêvé et celui qui entre dans la vie des couples parfois mal préparés, situations médicales trop lourdes à gérer…)

A la fin on nous remet les documents nécessaires pour la poursuite de nos démarches. Le discours n’est pas négatif, les personnes nous mettent juste en face de la réalité. J’avais déjà lu tout ça mais l’entendre de vive voix n’est pas évident. M. Chéridamour se prend de plein fouet cette réalité.

Crédits photo (CC0 licence) : Pixabay

Ce qu’il s’est passé ensuite

Un mois : c’est le temps qu’il nous a fallu pour digérer tout ça. En sortant de la réunion nous décidons d’envoyer le dossier dès le lendemain pour avancer et commencer à en parler autour de nous. Sauf que nous n’y arrivons pas. Les semaines suivantes nous n’en parlons plus du tout et nous sommes l’un et l’autre plutôt mal à cogiter sur tout ça. Mon homme à cause de ce qui a été dit, moi parce que je prends conscience de toutes les difficultés et je me pose des questions qui ne m’avaient jamais effleurée depuis que nous voulons un enfant et durant toute la PMA. Je me remets à lire énormément et tout ce que je découvre m’angoisse. J’ai peur de ne pas être à la hauteur.

Un mois quasiment jour pour jour après la réunion, j’ose enfin demander à mon mari ce que nous faisons. On continue, on arrête ? Nous reposons encore les choses à plat (à toi qui veut te lancer, sache que remettre à plat dans un parcours d’adoption est récurrent, mon chéri et moi le faisons presque à chaque étape). Mon homme est terrorisé à l’idée que l’adoption pourrait détruire notre couple et notre équilibre familial. Je ne le suis pas moins. Mais nous décidons d’envoyer enfin le fameux dossier confirmant notre volonté d’adopter. De continuer quitte à tout arrêter en cours de route si nous ne sentons plus capables d’aller plus loin.

Notre dossier a été enregistré 4 jours plus tard. Ça y est nous étions en période d’agrément, 9 mois pour accoucher de notre projet. C’est à partir de ce moment-là que je me suis remise à sourire et à repenser à tout ce qu’il y avait de beau et de positif dans notre projet et cela a été pareil pour mon mari. Oui, on a la trouille. Elle ne nous quitte pas. Je ne sais pas si c’est la même chose quand un couple débute l’aventure de la grossesse. On a l’impression de plonger dans l’inconnu, ça donne le vertige. Mais notre projet nous rend aussi heureux et nous allons tout faire pour le mener à bien !

—–

Et toi, as-tu eu peur quand tu as décidé d’avoir un enfant ? Y a-t-il des choses qui t’ont inquiété ?

A propos de l’auteur

Coucou ! Moi c'est Mme Espoir. J'ai 37 ans, mon mari et moi sommes ensemble depuis 9 ans et je suis l'heureuse belle-maman d'une Schtroumpfette de 12 ans. Après des années de galère en PMA, mon mari et moi avons décidé de nous lancer dans l'adoption. La route est encore longue avant de devenir maman !