Menu
A la une / Vie de maman

La chartre de la femme parfaite

Pour mon premier article, j’avais envie d’aborder avec vous de nombreux sujets..

– la crise du terrible two qui s’invite à la maison, le deuil périnatal, comment choisir ses vacances, la couture.. bref, j’avais pas mal d’idées..

Mais jeudi dernier au boulot, j’ai assisté à une terrible injustice, qui est tellement habituelle, que j’ai voulu échanger avec vous..

Je vous mets en situation, réunion de travail le matin, on apprend que le chef n’est pas là, sa femme a le ou la (je ne sais jamais) Covid, du coup il est en télétravail pour gérer ses 2 enfants en bas âge qui eux aussi sont fébriles.

Bon déjà, tout le monde le plaint, ok j’aime bien mon chef, je ne vais pas direct agresser tout le monde, je ne dis rien.

Puis est mis sur la table un peu plus tard, qu’il faudra peut-être un( e ) remplaçant(e) car du coup notre chef ne pourra pas partir en déplacement 2 jours plus tard car sa femme risque d’être toujours malade pour assumer les enfants.

Et voilà que l’équipe sort les mouchoirs, la trompette, la grosse caisse et tout et tout pour glorifier sa bravoure, capable de refuser un déplacement pour voler au secours de sa femme, pour s’occuper de sa descendance. (et en plus, pour la petite histoire, il est quand même parti en déplacement 2 jours après).

Bon là j’avoue je n’ai pas réussi à tourner 7 fois la langue dans ma bouche…

« Non mais LOL quoi » (non j’avoue j’ai absolument pas dit ca !)

J’ai exprimé mon fort mécontentement avec tact, rappelant qu’il y a quelque temps à cette même table, des yeux s’étaient levés quand une collègue avait annulé un déplacement pour s’occuper de ses enfants souffrants.

A lire également  J'aime être mère au foyer

Le pire, c’est qu’autour de cette table il n’y a pas que des hommes, même les femmes ont pris cette habitude, de trouver anormal qu’une femme mette sa vie professionnelle en suspens pour s’occuper de sa famille, sachant qu’en plus on est toutes d’accord, un enfant malade c’est super lourd, c’est le bagne, et on préfèrerait toutes être en déplacement pour aller manger au resto à midi, payé par l’entreprise….

Mais ne te trompe pas, que tu sois dispo pour ton boulot, en mettant de côté ta vie familiale fera également lever les yeux.. que nous soyons pas assez ou trop disponible pour notre travail, il y aura toujours quelqu’un pour dire quelque chose… la dure réalité de la femme en 2022.

Nous sommes d’accord la femme a une surcharge mentale énorme. Il faut être opérationnelle, disponible, combattante au boulot, sans jamais se plaindre, tout en tenant parfaitement sa maison, les courses, le ménage, l’organisation familiale, faut qu’elle ait le temps de faire son sport pour se maintenir en forme, perdre ses kilos de grossesse de sa fille qui a 4 mois, avoir aussi une vie sociale (benh oui, faut quand même alimenter son insta), éduquer ses enfants, leur faire faire des activités manuelles, aller au parc, éviter au maximum la télé sinon ils deviendront psychopathes avec des problèmes de sociabilité et ils auront des problèmes pour compter/lire/ imaginer…. (bon j’avoue j’exagère une lichinette), s’occuper de son mari, benh oui quand même, faut continuer à le faire rêver …

J’avais jadis, entendu parler du burn out maternel, et pourtant même en tant que vrai féministe, je m’étais dit : boh franchement, elles ne savent pas s’organiser je pense, non ? je ne vois pas comment avec un enfant ou plus on peut être à bout ou débordé…
et puis, un jour, j’ai eu un enfant.. et j’ai compris….

A lire également  La difficulté d'avoir un deuxième enfant

Oui un enfant ne naît pas propre, faisant ses nuits, et il n’est pas docile, meme avec les conseils de super nanny… non, ça c’est dans les films…

Un enfant ne reste pas dans son parc des heures pendant qu’on boit le café avec les copines, ou ne joue pas seul pendant qu’on s’épile les jambes… non ça c’est aussi dans les films..

Tout est long et difficile avec un enfant… se doucher devient le parcours du combattant, (point positif, économie d’eau tellement la douche est rapide), repasser avec un enfant dans les pattes est impossible, faire à manger avec un enfant dans les bras ou qui veut gentiment nous aider, nous prend des plombes…Tout devient compliqué !!!

Même quand on se dit, allez j’en peux plus, je pars avec les copines, on a quand même ce petit pincement au cœur, et on prépare quand même la cuisine pour les deux jours à venir, les affaires de pluie qui sont rangées au fond du placard au cas où , et la maison est nikel avant de partir….

Je trouve quand-même qu’aujourd’hui, les mentalités changent, les pères sont plus présents qu’il y a 20 ans mais il reste quand même de gros efforts à faire sur le regard et la pression que la société met sur les femmes.

 

Chronique écrite par Suzy.