Menu
A la une / Récit de fête

Le baptême laïque de notre fille : une organisation d’ampleur « petit mariage » pour une journée pleine d’émotion

En mai 2014, nous avons appris qu’un petit être allait rejoindre nos vies dans les neuf mois à venir. Quelques semaines plus tard, j’adressais une question à l’équipe Dentelle : comment organiser un baptême laïque ?
Ce grand jour est passé, et j’avais envie de venir te le raconter.

Des plans et des contretemps

Il y a quelques années, nous avons prévenu notre belle-famille, pour qu’ils aient le temps de s’y faire : si nous devions fonder une famille, nos enfants ne seraient pas baptisés à l’église.

Nous ne sommes pas croyants. Nous sommes baptisés, et ma belle-famille est assez attachée aux traditions, mais nous-mêmes ne pouvions pas « confier notre enfant à Dieu » en toute sincérité. Nous respectons les valeurs de la religion catholique et nous ne voulions pas mentir en disant des choses que nous n’avions pas au fond du cœur. Notre fille sera libre de faire ses choix religieux, mais nous ne souhaitions pas la faire entrer d’office dans la religion catholique.

Nous avons dès lors imaginé réaliser la cérémonie dans un petit restaurant appartenant à des amis d’amis. Très sympathique, avec un extérieur agréable, et une cuisine fine et inventive. Nous voyions bien la cérémonie dehors, en juin, le cocktail et le repas en terrasse, à l’ombre, et même un saut dans la piscine…

Mais notre fille est née en janvier, et le resto avait fermé ses portes quelques mois avant sa venue au monde. Il nous fallait donc réfléchir à autre chose.

De l’entêtement d’une maman qui sait ce qu’elle veut

Tous nos plans étant contrariés, Monsieur Papa Gaga a plus ou moins abandonné le projet de baptême laïque. Les finances n’étaient pas au super beau fixe, alors ça l’arrangeait bien. Mais c’était sans compter mon ardent désir de faire une belle fête familiale en l’honneur de ma première merveille.

À force d’insister, et surtout grâce à l’argument « Tu trouves de l’argent pour faire des travaux dans la maison, mais jamais pour faire ce que MOI je veux ! » (je le fais culpabiliser si je veux !), j’ai obtenu gain de cause : en juillet, c’était décidé, on lançait les hostilités. Restait à savoir par quel bout s’y prendre !

Une organisation à distance : pas si facile

Nous vivons loin de nos familles, et nous ne voulions pas faire venir tout ce petit monde à 600 km de chez eux juste pour une journée… C’était donc à nous de faire en sorte de trouver le restaurant avec le cadre de rêve que nous souhaitions pour notre cérémonie, la cuisine fine que nous recherchions pour régaler nos invités, et une localisation près de chez eux… mais loin de chez nous !

Et là, nous avons dû faire face à un vrai casse-tête. Rares sont les restaurants dans notre région d’origine qui proposent un site internet à jour. Ajoute à cela des weekends un peu trop courts pour rentrer visiter et des contraintes multiples, et tu comprendras que nous ayons fini par baisser les bras et par choisir le duo salle + traiteur… Une option certainement plus onéreuse, mais nous permettant une totale liberté dans l’utilisation des locaux et le choix des menus.

Les loueurs de salle sont plus présents sur internet, et en une dizaine de jours, j’avais trouvé la perle rare : une belle grande salle en pierres apparentes, rénovée dans l’idée d’accueillir des événements familiaux de type mariage. Elle était légèrement au-dessus du budget, mais je souhaitais organiser le baptême en octobre, pour avoir une chance de faire la cérémonie à l’extérieur. Cette salle était disponible, avec tous nos critères réunis… alors on a foncé ! Nous étions à deux mois du baptême.

Concernant le traiteur, même combat : à distance, une vraie corvée ! Nous n’avions pas de recommandation particulière, nous devions donc goûter les plats et nous avons dû faire deux aller-retour pour tester ce prestataire crucial. Finalement, nous avons choisi le traiteur qui avait réalisé le menu du mariage de mes beaux-parents trente-cinq ans plus tôt !

Monsieur Papa Gaga avait exigé la présence d’un officiant laïque professionnel pour donner un côté plus solennel à la cérémonie. Je voulais zapper ce prestataire, mais il y tenait beaucoup (et il avait raison). Sur ce point, la distance n’a rien changé, car c’est le genre de prestataire que tu trouves facilement sur la toile. Le nôtre était top et nous ne regrettons rien (sauf peut-être un petit délai concernant la construction de la cérémonie, qui n’a été validée que trente-six heures avant le jour J). Très sympathique, professionnel, attentif à nos demandes… Un vrai plus !

Mais dans les quinze derniers jours, malgré de nombreuses recherches, je n’avais toujours pas trouvé de photographe qui pouvait correspondre à mes envies. Nous nous étions donné du mal pour organiser une belle fête, et je désirais vraiment l’immortaliser : seul le regard d’un professionnel (avec son équipement !) pouvait me convenir. Finalement, comme dans un rêve, ma belle-sœur m’a signalé que son neveu démarrait son activité dans la région du baptême ! Lui et son acolyte étaient dispo et, cerise sur le gâteau, ils faisaient les photos ET la vidéo !! Danse de la joie !! Un super duo que je recommande chaudement : talentueux et à l’écoute, sympathiques et professionnels… Bref, j’ai adoré leur travail.

Enfin, il a fallu gérer la sono (merci les amis), la déco (et les « Est-ce que les gros bocaux du bar à dragées vont tenir dans le coffre de la Fiesta à côté de la poussette ?! »), les vins (merci la belle-famille)… et j’en passe !

J’ai adoré organiser le baptême de ma fille, mais ça m’a demandé beaucoup de temps et d’investissement. Un baptême est une sorte de mini-mariage, et ça demande un boulot considérable quand on veut faire un maximum de choses nous-mêmes. Je m’y suis prise tard, ce qui n’a rien arrangé. Comme je démarrais une nouvelle activité, je n’ai accordé du temps aux préparatifs que dans les dernières semaines avant le grand jour…

La préparation de la salle : un accomplissement

La veille du baptême, nous avons décoré la salle, accompagnés de ma maman et de nos amis.

J’adore ces moments où tout prend forme. Dans la joie et la bonne humeur, nous avons déplié les pompons (encore merci aux petites mains d’Alex !), gonflé les ballons, mis le couvert (« Où c’est qu’c’est qu’on met les verres ?? »)… et installé tous les détails auxquels j’avais pensé durant les dernières semaines. J’avais flashé sur une déco marine et fuschia, et j’ai été plus que satisfaite du résultat !!

Baptême laïque

Baptême laïque

Baptême laïque

Nous avons délimité deux espaces dans la salle : un pour faire la cérémonie (adieu le doux rêve de la faire en extérieur, vu les températures !) et un autre pour le repas, le cocktail, le photobooth et le bar à dragées. C’est le gros avantage du baptême laïque : on peut tout faire au même endroit !

Baptême laïque

Baptême laïque

Nous avons quitté la salle tard le soir, avec le sentiment que tout était parfait. Et puis nous sommes rentrés dormir chez ma maman, en attendant, tout excités, la belle journée de notre poupée.

La cérémonie : un beau moment de sincérité

Toujours un peu en retard, nous sommes quand même arrivés à temps à la salle, juste cinq minutes avant nos premiers invités. Mes beaux-parents, à notre demande, avaient prévu un petit pot d’accueil avec viennoiseries, café et compagnie. Il nous a fallu l’installer directement dans la salle de cérémonie, gâchant un peu l’effet de surprise. Mais une fois le baptême démarré, je savais qu’il me fallait lâcher prise.

Après avoir accueilli et salué notre trentaine d’invités, ouvert les premiers cadeaux et réglé quelques détails, nous avons demandé à notre officiant de démarrer la cérémonie. Nous avons distribué nos livrets de cérémonie préparés l’avant-veille (jusqu’à taaard). Et tout le monde a pris place.

C’est là que le professionnalisme de notre officiant a fait la différence : il a plongé tout le monde dans l’ambiance, et a bien expliqué le pourquoi du comment de notre choix de baptême laïque. Nous avons alors pris la parole avec Monsieur Papa Gaga. Nous avons raconté un peu notre nouvelle vie à trois.

bapteme-laique3

bapteme-laique1

Puis nos mamans ont pris le relais. C’était un moment très fort. La mienne, avec son talent de conteuse, nous a lu un très beau texte qu’elle avait écrit elle-même, faisant référence au monde féerique, en lien avec notre région d’adoption : la Bretagne. Elle a pris le temps de dire un mot sur chacun de nous : notre fille, nous-mêmes, mon frère et mon beau-frère, tous les deux parrains.

Ma belle-mère, quant à elle, a dit un mot tout simple, très touchant et très beau. J’en ai encore les larmes aux yeux en la revoyant se déplacer jusqu’au pupitre, la voix étranglée en s’adressant à son fils. Je sais que c’était une véritable épreuve pour elle et j’ai été très touchée qu’elle accepte de dire quelques mots.

Juste après ce beau moment, ma maman a fait tourner le paquet de mouchoirs, que certaines invitées se sont empressées de réclamer : de quoi rire au milieu des larmes d’émotion !

Baptême laïque

Nous avons vécu d’autres moments forts, tels que la lecture du texte que nous avions écrit pour nos frères, qui expliquait pourquoi nous les avions choisis. J’ai cru que je ne réussirais jamais à le dire à haute voix. Et puis le petit mot des parrains également. J’ai été épatée par mon petit frère, qui avait préparé un joli texte. Et mon beau-frère, qui a improvisé, s’en est très bien sorti !

Nous avions choisi, sur proposition de notre officiant, le rituel du « present warming », pour faire participer tous nos invités : chaque personne doit recevoir dans ses mains les cadeaux que les parrains offrent pour sceller leur engagement. Ils peuvent leur transmettre leurs voeux, leur énergie… ou dire une petite prière personnelle.

Je ne sais pas si ça a bien plu, et je pense qu’un petit manque de logique a étiré ce moment en longueur : il aurait fallu faire passer les cadeaux séparement (un de chaque côté de l’assemblée) ! Dans tous les cas, je pense que les gens ont apprécié de pouvoir regarder les jolis bijoux choisis pour notre pépette, et en regardant la vidéo, on voit que certains invités ont pris plaisir à communiquer tous leurs voeux à notre chérie à travers ce rituel.

Baptême laïque

Enfin, les parrains ont dit « oui » officiellement devant l’assemblée. Ils se sont engagés à accompagner notre fille sur le chemin de la vie.

Baptême laïque

Pour clôturer ce parrainage, nous avons apposé la main de notre poupée dans de la peinture rose (non sans une certaine appréhension : elle était en robe blanche !!), puis sur une toile… et chaque invité a mis l’empreinte de son doigt tout autour. Chacun a laissé libre court à son imagination : nous avons donc une fleur en empreintes d’index, un pied de bébé avec des orteils « empreintes », les mains des enfants présents, des paillettes… Un joli tableau !

Baptême laïque

Baptême laïque

Preuve que nous avons réussi à toucher les gens par notre démarche : deux tantes de Monsieur Papa Gaga sont venues nous demander les textes de la cérémonie, et une autre nous a dit clairement : « Finalement, c’est aussi émouvant qu’un baptême classique ! » Un ami nous a même dit que c’était le plus beau baptême auquel il avait assisté.

Nous sommes nous-mêmes très satisfaits et avons le cœur encore empli de toutes les belles preuves d’amour qui nous ont été offertes ce jour-là. Notre fille a eu son grand jour, sa fête « de baptême ». Nous pourrons lui dire que nous avons, à l’occasion de sa naissance, réuni nos familles pour célébrer sa venue au monde et lui choisir des parrains.

Le reste de la journée : on profite !

Après une sympathique photo de groupe, nous avons officiellement ouvert le cocktail ! Tout le monde s’est régalé ! S’en est suivi le repas, et la journée a filé, à la fois paisiblement et si vite… Nous avons trop peu l’occasion de passer de bons moments tous ensemble.

Baptême laïque

Baptême laïque

2015-12-28_0001

Baptême laïque

Baptême laïque

Nous nous sommes félicités d’avoir choisi un joli cadre, fleuri, suffisamment grand et sécurisé pour les enfants. En effet, la journée s’est étirée, les hommes ont sorti les boules de pétanque et les femmes, les chaises dehors pour prendre le soleil qui était enfin réapparu.

Baptême laïque

Tout en douceur et en émotion, nous avons clôturé la journée. Les invités sont partis ravis (ou ayant l’air ravi !), avec quelques fleurs de la déco, des dragées et d’autres douceurs symbolisant cette belle journée. Il ne nous restait plus qu’à ranger, trier, charger la voiture et… rêver encore de ces si beaux moments.

Toutes photos : Le Bon Reflex

Nos prestataires :

Et toi ? Tu as fait un baptême pour ton bébé ? Religieux ? Laïque ? Comment l’as-tu organisé ? Raconte !

Tu as préparé un anniversaire, un baptême, une fête de Pâques, une fête d’Halloween, un Noël en famille… Ou tout autre fête pour tes enfants ? Tu veux nous raconter les préparatifs, ou tout simplement partager le résultat ? Alors, c’est par ici !

A propos de l’auteur

Jeune maman d'une petite princesse née en janvier, je redémarre dans la vie depuis son arrivée parmi nous : nouveau boulot, nouveau rôle parental ... Je prends pleins de conseils ici !