Menu
A la une / Témoignage

Mais où est passé mon bébé ?

Ça s’est fait insidieusement. Je ne l’ai pas vraiment vu venir.

Un jour, je me suis réveillée, et ma fille marchait, m’appelait « Maman », et courait après le chat en faisant distinctement « Miaaaaaaaaou » (oui, je sais, elle est tellement douée qu’elle a appris à parler aux animaux avant même de parler aux humains. Et, oui, merci, je sais aussi que je suis une maman niaise, mais ça, c’est normal).

Je la regarde essayer de s’habiller toute seule, prendre son manteau et mettre son écharpe quand on lui dit qu’on va sortir, s’asseoir fièrement sur le pot en criant « Cacaaaaaaaaa ! », prendre ses petits couverts en plastique et se mettre sur la pointe des pieds pour attraper son bavoir, histoire de nous faire comprendre qu’elle aimerait bien manger, maintenant (non mais oh, j’ai faim, moi, vous faites quoi, vous là, à papoter pour vous raconter votre journée, il y a des choses plus importantes dans la vie, comme mon estomac !).

Mais où est passé mon bébé ?

Bien sûr, mon cœur de maman explose de fierté en voyant ses progrès. Plus ou moins grands, d’ailleurs. C’est comme ça, il n’y a pas de classement, dans le cœur d’une maman : je suis aussi fière quand elle fait le bruit du cochon que lorsqu’elle réussit à manger seule sans salir l’intégralité de la pièce autour d’elle (bon, certes, la seconde prouesse est plus utile au quotidien, je te l’accorde…).

Alors, c’est parti pour un petit bilan des acquis, à quelques jours du seizième moiniversaire de ChérieChou !

Grand bébé

Crédits photo (creative commons) : Nico Nelson

Côté motricité

La marche est acquise, et bien acquise : ses premiers pas pour son anniversaire, ses premières traversées de pièce entre Papa et Maman un mois plus tard, et un déplacement 100% vertical le mois suivant. Contrairement à ce que je craignais, les chutes sont vraiment rares. Et la plupart du temps, quand elle tombe, on n’a pas besoin d’intervenir : après un effort surhumain pour se relever, ChérieChou continue sa vadrouille comme si rien ne s’était passé. J’adore la voir circuler dans tout l’appartement, faire des allers-retours entre sa chambre et le salon, nous ramener ses petits trésors toute fière. Ou encore la voir courser le chat (pauvre minette, elle est vraiment terrorisée… !).

Par contre, l’inconvénient, c’est que depuis que Mademoiselle marche, elle veut marcher, justement ! Donc les retours depuis la crèche sont faits d’interminables détours pour aller toucher tel arbre, pour marcher sur telle plaque d’égout ou pour suivre tel caniche… Je te laisse imaginer mon impatience quand je sais que la préparation du repas m’attend à la maison, qu’il faut encore passer par la boulangerie ou lui donner son bain. Bref, on négocie sec tous les soirs, et ça se termine régulièrement en prise de catch à mi-parcours pour la placer de force dans sa poussette. Je déteste ces moments-là, mais je n’ai pas encore trouvé le moyen d’y échapper. Peut-être qu’avec Noël, et le tricycle qu’on a malicieusement glissé sur sa liste de cadeaux, on aura un compromis efficace ?

Avec la marche, est arrivée dans notre vie l’escalade : c’est la nouvelle passion de ChérieChou qui, sans égard pour le fragile cœur de sa maman, aime par dessus tout se mettre en danger en escaladant tout et n’importe quoi, de l’étagère de sa chambre à l’accoudoir du canapé, en passant par sa petite chaise, si pratique pour essayer d’enjamber la baignoire (autre passion de ChérieChou : les bains !). Il faut donc être d’autant plus vigilants, ces derniers temps.

La motricité fine s’est encore améliorée : le trajet pot de yaourt-bouche est maintenant maîtrisé à 100%, le dessin est en cours d’acquisition (et, le mur blanc des toilettes en est témoin, en bonne voie de maîtrise). Les jeux de formes continuent à l’occuper longtemps, et elle commence à vouloir explorer la relation clé-serrure. Heureusement, un ami vient de lui offrir une petite maison avec des portes à ouvrir grâce à de grosses clés : on ne va plus avoir besoin de chercher notre trousseau dans toute la maison, le matin, avant de partir au boulot !

Côté langage/échanges

Alors là, c’est la fête ! ChérieChou progresse énormément sur ce point-là, ces derniers temps. Par exemple, en ce moment, elle commence à apprendre le cri des animaux de la ferme. On tourne en moyenne à un animal par semaine : on va bientôt être à court de cris faciles à imiter. Parce que oui, comment on fait pour imiter le lapin ? Et comment différencier le cri de la chèvre de celui du mouton ? Si tu as des conseils en la matière, je suis preneuse !

De nouveaux mots s’invitent aussi régulièrement dans notre quotidien : après les inévitables « Papa » et « Maman », on a maintenant droit au tout aussi indispensable « caca » et au tout nouveau « bébé » (qui sonne encore plutôt « baba », pour l’instant) quand elle tombe par hasard sur sa poupée, qu’elle se met à serrer fort dans ses bras. Depuis déjà un bon bout de temps (je dirais quatre ou cinq mois), un de ses mots préférés est « Tiens », lorsqu’elle nous tend quelque chose. Elle l’utilise également à l’inverse, quand elle veut que ce soit nous qui lui donnions l’objet convoité. J’adore ces petits échanges, d’autant plus quand je la vois si fière de réussir à se faire comprendre.

Côté compréhension, justement, je suis impressionnée de voir le nombre de choses qu’elle a intégrées. Elle-même se fait également de mieux en mieux comprendre et développe tout un langage non verbal pour exprimer ses envies et ses besoins.

Depuis peu, elle accepte enfin de se poser tranquillement sur nos genoux, le temps qu’on lui lise une histoire. Elle suit du doigt les dessins, montre les petits personnages, tourne les pages. Cette étape est vraiment nouvelle, dans le sens où, jusqu’à présent, ChérieChou ne voulait lire que toute seule (du coup, ça se limitait à aller chercher un livre, tourner les pages le plus vite possible, puis le délaisser pour aller en prendre un autre). Je crois qu’elle vient de comprendre le principe des histoires qu’on trouve dans les livres : tu en conviendras, c’est un sacré progrès !

Côté nuit

En ce qui concerne le sommeil, nous connaissons depuis quelques temps le bonheur des nuits complètes. Et ça fait une énorme différence quand, le soir, au moment de te glisser sous la couette, tu sais qu’il n’y aura pas de cris en pleine nuit. Alors bien sûr, il y a régulièrement de petits retours en arrière, notamment en ce moment, où une méchante rhino-angine-otite-à-droite-puis-à-gauche-quand-il-y-en-a-plus-y-en-a-encore vient nous embêter la nuit. Mais globalement, ChérieChou dort bien. Oui oui, tu as bien lu : ChérieChou dort bien ! Ô joie, victoire, bonheur, extase ! Je ne pensais pas un jour écrire ces mots !

Par contre, on commence à expérimenter les couchers compliqués : là où avant, on pouvait la coucher tranquillement et partir simplement en fermant la porte, on a dû commencer à mettre en place un petit rituel pour la préparer au sommeil. On sort l’attirail de tétines et doudous de la jolie petite boîte qui trône sur la table à langer (le bonheur qu’on peut lire dans les yeux de ChérieChou à ce moment-là me fait toujours sourire), on passe la gigoteuse, on s’installe confortablement avec un petit livre et on lit l’histoire dans la pénombre de la petite veilleuse. En général, ça suffit à l’apaiser suffisamment pour qu’elle trouve le sommeil rapidement. En général…

Les réveils se font toujours à l’aube, mais bon, on ne peut pas tout avoir et on sait apprécier nos nuits non hachées.

Et sinon, du nouveau ?

Cette petite demoiselle exprime depuis quelques temps une forte envie d’autonomie : elle veut s’habiller seule, manger seule, se savonner seule. Bon, dommage que, comme je le disais, ça ne marche pas toujours pour s’endormir seule, mais on ne désespère pas !

Sinon, j’ai aussi découvert avec un bonheur inouï les premières caresses et les premiers gestes tendres : il faut dire que ChérieChou n’est pas très câline. Depuis qu’elle sait boire son biberon sans notre aide, elle nous fait bien comprendre que la serrer dans nos bras, ça va bien cinq secondes, mais qu’au-delà, son envie d’exploration la travaille trop ! Il faut alors qu’elle reprenne rapidement ses pérégrinations, sous peine de frustration exprimée à grands cris ! Oui, si tu ne l’as pas encore compris, ma petite a la bougeotte : une vraie boule d’énergie, qui n’arrête pas de la journée.

Mais depuis quelques jours (ou semaines ?), on a le bonheur de sentir sa petite menotte nous caresser le visage, le matin, pendant qu’elle boit son biberon entre nous deux, encore tout endormis. Je fonds littéralement (et c’est un énorme progrès, niveau confort, par rapport aux grands coups qu’on recevait jusqu’à présent !). Surtout que, lorsque son biberon est fini, elle accompagne ce petit geste d’une espèce de miaulement adorable.

Je crois qu’elle nous aime fort fort fort fort, et ça, ça me rend tellement fière !

Et toi ? Tu n’as pas vu grandir ton bébé ? Tu ressens aussi cette grande fierté à chaque nouveau petit pas ? Quels progrès t’ont le plus marquée ? Raconte !

Toi aussi, tu veux témoigner ? C’est par ici !

A propos de l’auteur

Jeune mariée presque trentenaire et maman depuis l'été 2014, j'essaie de concilier la vie de famille, un boulot passionnant et ma passion pour les voyages. Mister F. et ChérieChou me comblent de bonheur, même si parfois on ne sait plus où donner de la tête ! Mais bon, ça me va bien : je suis plutôt du genre à ne pas tenir en place.... Danse, lecture, piano, mais aussi boxe ou yoga, la vie à 100 à l'heure, j'aime ça !