Vivre en famille : le bonheur, le bazar... et tout le reste !

A la une

Idée de décoration pour chambre de garçon de 2 ans

Ça fait un petit moment que je ne suis pas venue te raconter ma vie de maman … Visiblement elle était beaucoup trop remplie ou je me suis laissée happer par la routine. Je sais que tu n’es pas dupe et que tu te doutes bien que c’est plutôt la deuxième solution ! Aujourd’hui pour reprendre en douceur, je te propose un article déco.

Le jour où nous sommes devenus parents

Vers 16h, une fois rentrée à la maison, je découvre que j’ai perdu le bouchon muqueux (bon appétit bien sûr !). J’envoie un petit message à mon mari pour lui dire que l’échéance approche…

Ce soir là, je commence à avoir de petites contractions très éparses, pas du tout régulières. Je décide donc d’aller prendre un bain. Je barbote tranquille quand je sens que quelque chose n’est pas normal. Tiens, un autre bout du bouchon muqueux (miam !) !

Cette deuxième grossesse si différente : le second trimestre

Au moment où tout le monde nous dit qu’on va enfin profiter de la grossesse, où les angoisses du premier trimestre s’éloignent doucement et les nausées nous laissent (ou sont censées nous laisser) tranquille, au moment où on s’est dit, Mister F. et moi, qu’on allait pouvoir souffler, une vilaine histoire de virus nous est tombée sur le coin de la figure…

La tradition du cadeau de naissance

Aujourd’hui, je viens te parler babioles. Quelque chose de complètement futile mais auquel j’attache beaucoup d’importance : le cadeau de naissance.

En en parlant à droite à gauche, je me suis rendue compte que ce n’était pas systématique. Dans ma famille, c’est une tradition et je trouve que c’est une très belle tradition. Je t’explique tout de suite pourquoi. (évidemment, dans tout ce qui suit, j’ai grossi le trait. Mais je suis sûre que tu comprendras l’idée !)

Mon deuxième trimestre de grossesse : le début de l’ascenseur émotionnel

Avec un premier enfant à la maison, il est clairement plus difficile d’optimiser ses temps de repos. J’ai donc profité de la moindre opportunité pour rester au calme, en laissant notamment Croquette à la crèche lors de mon jour de congé hebdomadaire (j’étais en 4/5e) ou aux bons soins de sa grand-mère lors de nos fréquents week-ends chez mes beaux-parents

Mon mari est déjà celui qui cuisine et fait le gros du ménage en temps normal (t’as vu un peu la chance ?). Ma seule attribution restante étant les machines de linge, j’ai pu les gérer à mon rythme : pas envie de pendre le linge maintenant ? Je le ferai après une sieste, no problemo.

Enceinte à 18 ans vs à 28 ans

J’ai connu 2 grossesses (j’ai également fait deux fausses couches précoces), à 10 ans de décalage. J’étais très jeune la première fois.

Je voulais faire le point alors que j’arrive au terme de ma deuxième grossesse, étant à 37 semaines.

Mes accouchements – partie 2

La dernière fois, je t’ai laissé lorsqu’Alphonse venait de naître. Je viens maintenant te parler de mon 2ème accouchement que j’ai vécu très différemment. Petit saut dans le temps, on est maintenant en février 2015.

Gagne ton panier d’une valeur de 100€ avec Shop-Pharmacie.fr !

Avec l’arrivée d’un bébé, il y a un lieu qui va fait bondir ton nombre de kilomètres parcourus : le chemin entre ton chez-toi et la pharmacie ! Alors hop, rien que pour toi, j’ai un super concours aujourd’hui ! Je te donne une carte bancaire virtuelle de 100 € et tu prends tout ce que tu veux ici sur la boutique « Maternité & Bébé » du site Shop-Pharmacie.fr !!! Tu restes bien au chaud, devant ton ordinateur, et tu remplis ton panier. Tu n’as plus qu’à attendre ensuite le passage du facteur.

Mon second, second trimestre

Ahhh, le fameux deuxième trimestre de grossesse. Le renouveau. L’énergie. La beauté. La forme ! Toi aussi tu en a entendu parler ? Pour Princesse c’est un peu l’impression que j’ai eu. Faut dire que pour Princesse c’était l’été, les vacances, mon petit ventre commençait tout doucement à se voir. Et je ne travaillais plus.

Comment te dire que ce n’est PAS DU TOUT l’impression que j’ai en ce moment.

« Dors bébé, dors » – quand maman s’épuise

J’entends remuer à côté de moi. Je retiens mon souffle. Il est minuit, il dort depuis une heure et demi. Et si, cette fois, il se rendormait ? Il s’agite un peu, chouine, se tourne quand … OUIIIN. Il pleure. Il panique. Ca va mon ange, tout va bien, maman est là, tout va bien … Il finira au sein après 10 minutes de câlins.

J’attends qu’il dorme bien, tout contre moi, son petit souffle sur ma peau, sa main et ses jambes sur mon ventre. Puis, j’essaye de me retirer. Centimètre par centimètre. Il se réveille. C’est reparti pour un tour. Maman est là…