Menu
A la une / Conseils

Ce que j’attends pour la fête des mères : lettre ouverte à tous les papas

Tu te dis peut-être que la fête des mères est trop commerciale (certaines l’appellent bien la Saint-Moulinex).

Ou trop vieillote (n’est-ce pas Pétain qui l’aurait instituée ?).

Ou pas assez féministe. (Pétain. Moulinex. Dois-je vraiment en rajouter ?)

Tu te dis peut-être aussi que du coup ça ne vaut pas le coup de la fêter vraiment. Surtout si ton enfant est encore petit et ne comprend pas le principe.

Je suis là pour te dire que tu te trompes. Oh oui, tu te trompes. Et pas qu’un peu. Parce que la fête des mères est bien plus importante que tu ne le crois.

petit bouquet de fleurs

Crédits photo (creative commons) : Jamjar

À quoi sert la fête des mères ?

Je vais te dire une chose : le métier de maman est très difficile.

En tant que maman, tu fais un boulot très important. Certains diront même essentiel. Je te signale qu’à chaque fois qu’un enfant va mal, on pointe d’abord du doigt les parents, et surtout la mère, avant de regarder ailleurs.

Pourtant, tu n’as aucune formation. Sauf si tu comptes les articles de Parents Magazine et les conseils de ton pédiatre, que tu vois 10 minutes par mois.

De toutes façons, quelque soit le conseil avisé que tu réussiras à soutirer à ton pédiatre entre 2 vaccins, tu peux être sûre que tu liras l’inverse sur Internet. Et je ne te parle même pas des avis contradictoires de tes copines, de ta mère et de ta belle-mère (elle est gentille, ta maman, mais bon…).

L’enjeu est énorme. En vrac, les conséquences d’un échec sur l’éducation que tu donnes à ton rejeton comprennent la prison, le suicide ou la vocation de dictateur. (Eh, quoi ? Je fais comme tout le monde, je dis que c’est la faute de la maman d’Hitler. Quoi, faut pas ?)

C’est un travail 7/7, H24 et sans congés (et certainement pas payés !!).

Tu dois être très polyvalente : infirmière, psychologue, animatrice, cuisinière, technicienne de surface (j’aime les termes politiquement correct, c’est une si jolie manière de dire « récurer les chiottes ») ou encore enseignante, tu dois tout savoir faire.

Bref, un boulot dont aucune personne sensée ne voudrait.

Surtout que personne ne te dit jamais merci. (Sauf à répéter « c’est quoi le mot magique ? » 3 fois. Mais je sais pas pourquoi, ça fait pas le même effet…).

Il faut réussir à trouver la gratitude dans les petites choses : le sourire chocolaté après le goûter, le câlin surprise ou le visage paisible de son petit ange endormi (« ENFIN endormi, p*$%!@ » je devrais dire, mais comme je te disais, j’aime le politiquement correct).

Alors la fête des mères, ça sert à ça. À dire merci. À faire un petit clin d’œil au fait que OUI ta femme fait un boulot difficile, OUI elle le fait bien et OUI, quelqu’un remarque.

La fête des mères fait partie de ces petits moments de gratitude où l’on prend un pas en arrière pour se féliciter sur ce que l’on fait.

Sois-en sûre, la fête des mères est importante.

Mais n’est-ce pas aux enfants de fêter leur maman ? Quel rapport avec moi ?

C’est vrai quoi ! Après tout, ta femme n’est pas ta mère ! (Même si je sais que parfois tu aimerais bien qu’elle s’occupe de toi comme le ferait une maman quand tu es malade et presque mourant.) (Et par mourant je veux dire que tu as 37,8°.) (Oui, aujourd’hui je fais dans le politiquement correct ET les stéréotype de genre.)

Certes.

Il n’empêche que c’est à toi, en tant que papa, de mettre en place la fêtes des mères.

Parce que figure-toi qu’un enfant ne va pas fêter sa maman sans un peu d’aide. Tu as dû remarquer qu’un enfant ne dit pas « merci » spontanément. Pourquoi crois-tu que les maîtresses et puéricultrices de la crèche se décarcassent à imaginer des boîtes à bijoux fabriqués avec de vieilles boites de camembert et autres colliers de pâtes ?

Entendons-nous bien, il ne s’agit pas pour toi de faire un cadeau à ta femme. Tu peux si ça te fait plaisir, mais ce n’est pas le plus important. Il s’agit que tu mettes en place les conditions pour qu’elle se sente appréciée. L’objectif, c’est qu’elle entende « merci », « je trouve que tu es une bonne mère pour notre/nos enfant/s » et « tu ne fais pas tout ça pour rien ».

Je fais quoi, concrètement ?

Chaque petite fille a des idées préconcues d’à quoi ressemble une fête des mères : un petit dej au lit, un resto, un soirée télé, un poême de Maurice Carême annonné, un bouquet de fleurs. En fêtant sa maman, petite, elle a probablement intégré inconsciemment l’idée qu’elle aurait la même chose une fois maman.

Donc première piste : demande-lui comment elle fêtait sa propre maman.

Et sinon, tu peux aussi choisir une idée dans la liste ci-dessous :

  • Un bouquet de fleur. Pas forcément de chez le fleuriste, hein, elle sera très émue si son fils de 2 ans lui offre un bouquet de pâquerettes qu’il a cueilli (traduction : que tu as cueilli avec lui).
  • Un petit déjeuner au lit
  • Une chanson
  • Un poème
  • Une lettre d’amour
  • Un dessin
  • Une heure de tranquillité pour prendre soin d’elle (qu’elle puisse prendre un bain tranquille. Ou s’épiler. Ou les deux, trop la teuf !!).

Tu vois, il s’agit de faire de toutes petites choses. Pas besoin de lui offrir un diamant. (Même si tu peux, bien sûr. J’en veux bien un aussi, d’ailleurs, si tu en as un en rab.)

De toutes petites choses pour une fête très importante. Tout bénef ! Alors fonce ! Il te reste encore quelques jours…

Pssst ! Tu es maman ? C’est l’article idéal à partager avec l’homme qui partage ta vie ! Enfin, moi j’dis ça, j’dis rien…

A propos de l’auteur

Je suis entrepreneur, auteur et fondatrice de plusieurs sites (dont celui-ci !). Je viens de quitter la région parisienne pour m'installer en Ardèche avec mon mari, nos 4 enfants et notre chien. J’adore recevoir, décorer et surtout cuisiner. Tellement, d'ailleurs, que j'ai aussi un blog cuisine où je propose des recettes crées avec des produits locaux et de saison.