Menu
Témoignage

Au secours, mon enfant chéri tout sage s’est transformé en adolescent !

J’ai décidé d’écrire ma première rubrique ici sur un sujet qui te parlera peut-être, voire te préoccupe énormément. L’adolescence.

Eh oui, je commence par un article violent !

Rappelle-toi, il y a quelques années tu as rencontré l’homme de tes rêves, vous avez parlé vie commune, mariage, enfants. Tu étais au comble de la joie quand ton BHCG se comptait en centaines d’unités, tu allais avoir un bébé ! Oui un bébé ! Un petit être sage, beau, intelligent, obéissant, sportif, intellectuel, doué en loisirs créatifs… Et j’en passe !

Et le voilà qui pointe son nez. L’accouchement se passe nickel (ou pas), tu pleures d’émotions, le père et toi êtes au summum de l’extase et de la plénitude. Et tu le sais, tu en as la certitude : toutes les bonnes fées se sont penchées sur son berceau. Il est et sera tout ce que tu attendais.

Mais sans vouloir casser l’ambiance, vers 12-13 ans, alors que ta petite merveille a bien grandi, qu’il a des boutons qui poussent, toutes les bonnes fées se barrent ! Tu sais, celles-là même qui étaient ébahies quelques années plus tôt quand on lui faisait des chatouilles et qu’il explosait d’un rire édenté.

Mais tu vois, quand les bonnes fées se carapatent c’est rarement bon signe. C’est un peu comme lorsque tous les animaux s’enfuient tout à coup de la forêt. C’est le signe annonciateur d’une catastrophe.

Et celle-là, c’est la pire de toutes ! Et crois-moi que tu vas vite comprendre et avoir envie d’imiter les bonnes fées et tous les trucs à poils et à plumes de la forêt.

Cette catastrophe-là qui est en train de t’arriver sur le coin du nez, pire qu’une tornade dans les grosses productions US, elle porte un nom : l’adolescence.

A partir de ce moment là, tu vas être propulsée contre ton gré dans un monde que tu redoutais de connaitre mais auquel tu savais que toi, mère attentive, aimante et conciliante ferais facilement face. Pas comme tes copines que tu écoutes des heures durant pleurer, se plaindre et qui se transforment en harpies devant leur gosse de quelques dizaines d’années plus jeune qu’elles.

Bienvenue dans le monde de mère d’adolescent ! Le choc va être rude. Un rite initiatique qui dure quelques années et t’en fait prendre le double !

Les signes annonciateurs ? Ils sont nombreux et parfois assez anodins au départ. Les boutons, les cheveux gras, l’envie de ne plus aller se laver, se brosser les dents, les « pffff, encore ???? » quand tu leur demandes un coup de main pour mettre le couvert.

Il y a aussi l’arrivée du téléphone portable dans leur vie. Au début ils s’en servent pour appeler Mamie Roberte pour lui dire qu’ils ont eu une bonne note à leur contrôle de maths. Et puis petit à petit, ce satané truc que tu leur as offert à leur anniversaire va faire partie de leur anatomie, va faire des « vrrrrrrrr » permanents sous le regard réjoui de ta progéniture. Et là, tu vas assister à un balai digital au rythme de 15 touches/secondes (avec autant de fottes).

adolescente

Crédits photo : Zizzi0104

Ta petite merveille est en train de se transformer en une espèce que tu croyais jusque-là légendaire : La Bête du Gévaudan.

Cette bête-là pousse des grognements quand tu lui parles, traine des pieds comme si elle faisait du ski de fond alors même que tu ne lui demandes qu’un petit service, claque la porte de sa chambre quand tu lui fais une simple remarque (attention, la bestiole est particulièrement susceptible), et grommelle dans son appareil dentaire des sons que tu ne comprends pas mais qui ne te paraissent pas très amicaux.

La bête se rebelle.

Tu es devenu persona non grata dans son univers car une mère c’est ringard, ça comprend rien (faut dire que s’il parlait français ce serait mieux), ça passe son temps à donner des contraintes, ça prive de liberté et en plus ça discute les goûts vestimentaires et musicaux. (« Ben quoi, j’peux écouter NTM à fond la caisse dans ma chambre, j’fais c’que j’veux ! Grrrmpff ! »)

Quand un ado en est à cette phase-là, il a un chamboulement hormonal. Ça oui, tu t’en rends compte. La peau et les cheveux qui brillent, les poils qui poussent, mais aussi et surtout, tout à coup être entouré de filles ça ne fait plus ringard du tout ! Au contraire, c’est grave staïlé !

Oups, là attention. Les yeux qui pétillent et les coups de fil en cachette, ça fait rarement bon ménage avec implication et sérieux dans son travail au collège. De toute façon, ceux qui bossent bien sont des « intellos » et crois-moi qu’il n’y a rien de valorisant dans cette analyse Ô combien fine de la part de ton gnome de ces enfants « intellos » qu’on regrette parfois de ne pas être les nôtres !

Bref, je passe sur les crises, les recadrages quasi permanents qui vont te donner l’impression d’être à toi seule une unité de CRS pendant quelques années. Tu aspires au calme, aux repas de famille joyeux, aux calins, au dialogue.

Que nenni. Oublie.
Les nuits l’esprit tranquille et serein, aussi.

Tu vas te faire beaucoup de souci, culpabiliser, te demander « Pourquoi moi ?? ». Oui, c’est vrai, pourquoi toi ? Bin parce que tu as eu cette saleté d’idée il y a quelques années de vouloir faire un bébé ! Ah oui, tu l’as eu ton bébé mais déjà, du haut de ses 2 ans, il te narguait en te disant « Non » ! Tu ne te laissais pas faire et tu pensais l’affaire réglée. Mais force est de constater qu’aujourd’hui, hormis « Non », « Grrrr », « Mmmpfff », ou « Lol » quand tu lui parles, il a perdu tout le vocabulaire que tu lui as patiemment appris en lui lisant des livres tous les soirs.

Alors que faire ?

Promis, je te donne quelques pistes la prochaine fois. Avec mes 5 enfants entre 23 et 16 ans, j’ai quelques idées pour t’aider à traverser cette période !

A propos de l’auteur

Je me suis remariée en avril 2012 avec l'homme de ma vie depuis presque 10 ans. Nous sommes une famille recomposée à la tête de 5 grands enfants et 2 chiens et vivons dans une grande vieille maison au milieu des vignes du bordelais ! J'aime cuisiner, recevoir, bricoler, jouer aux MMORPG et tant d'autres choses !