Menu
A la une / Conseils

Yoyo vs Pockit

Récemment, je suis partie en week-end en Espagne. Avec toute ma tribu : Alphonse, 5 ans, avec un handicap moteur (il marche mal et se fatigue très vite). Ernestine, 3 ans. Gustave, 1 an. Il en fallait des bras pour ces petits, n’est-ce pas ?! Comme les grands-parents sont partis avec nous, nous avons choisi la facilité : une poussette par enfant. La traditionnelle poussette canne pour notre grand, une collègue m’a prêté la Yoyo de Babyzen et nous avons investi dans la Pockit de GB. Après avoir arpenté la ville pendant 3 jours, je te propose donc un petit comparatif si toi aussi tu cherches une poussette de voyage.

Crédit photo : Nikon D70

L’encombrement

Ces deux poussettes présentent l’avantage non négligeable de pouvoir être considérées comme bagage de cabine. Cependant, sache que d’une part si tu as une poussette canne classique, tu pourras l’avoir jusqu’au pied de l’avion et d’autre part si cette poussette est ton bagage cabine et bien tu n’as plus de place pour une vraie valise (à moins de voyager avec d’autres adultes – au hasard le papa)

En termes de comparaison, la pockit gagne ce point haut la main. Pliée, elle est plus petite que la Yoyo mais aussi bien plus légère. On la mettait dans un sac de course classique qu’on accrochait à la poignée de la poussette canne pour te donner une idée quand on ne fonctionnait qu’avec 2 poussettes (visite de monument, aéroport…) Maintenant, on la laisse dans la voiture en permanence, en dépannage.

Crédit photo : GB Pockit

Le mécanisme de pliage / dépliage

Ce n’est pas du tout le même mécanisme pour la Yoyo et la Pockit. Mais dans les deux cas, le mécanisme est simple et très bien pensé. Cependant, comme ces poussettes ont pour but d’être souvent pliées / dépliées / repliées, je ne ferai pas confiance aux ventes d’occasion.

La stabilité et la maniabilité

Le point va à la Yoyo. Je n’ai rien à reprocher à la Pockit. A aucun moment je n’ai eu peur de la voir basculer ou j’ai dû la porter pour passer un trottoir. Mais c’est logique : plus légère, elle semble moins stable. Pour les pavés et bordure de trottoirs, la Yoyo était bien plus facile à conduire.

Pour le guidon, la Yoyo possède un seul manche qui permet de la manœuvrer à une main, très pratique si tu dois donner la main à ton(ta) grand(e) pour traverser. La contrepartie, est que le manche n’étant pas très large : si tu veux avoir les deux mains sur le guidon, l’ergonomie n’est pas optimale. Dans le cas de la Pockit c’est l’inverse. Impossible de conduire la poussette avec une seule main. En revanche, ce sont deux vraies poignées, à la bonne hauteur, espacées comme il faut.

Crédit photo : Babyzen Yoyo

Autres points forts / points faibles

Le système d’attache : celui de la Pockit est très simple. J’ai beaucoup moins aimé celui de la Yoyo où il faut superposer les morceaux des deux bretelles avant de les emboîter dans l’attache. Si tu as l’option gnome récalcitrant, ça peut être très difficile de l’attacher.

L’inclinaison du dossier : inexistant dans la Pockit, la Yoyo permet d’allonger un peu bébé s’il a besoin de dormir.  (La nouvelle version de la pockit s’incline un peu mais soyons honnête, ce n’est pas le top pour la sieste de bébé)

L’auvent / pare soleil : celui de la Yoyo est un vrai auvent. Il protège du soleil mais aussi de la pluie. Complètement déplié, il cache un peu la vue à l’enfant. La Pockit a un simple pare-soleil qui ne protège pas grand-chose. Et est complètement inefficace en cas de pluie.

Le prix

On peut trouver la Yoyo à partir de 350 €. La Pockit est vendue à partir de 200€.

En conclusion

Ce sont 2 très bonnes poussettes d’appoint que je recommande pour les voyages. Il est évident que la Pockit n’est pas conçue pour un usage quotidien. La Yoyo s’y prête davantage mais je trouve qu’elle n’a quand même pas le même confort qu’une poussette canne classique. Et, comme d’habitude, dans ce cas-là, j’aurai tendance à recommander la moins chère.

Et toi ? Tu as la Pockit ? La Yoyo ? Que recommanderais-tu ?

A propos de l’auteur

Je suis maman d'un "grand" garçon (6 ans) qui a combattu un cancer à l'aube de ses 4 ans, d'une petite fille (4 ans) et d'un petit garçon (2 ans). Grande lectrice, amatrice de cinéma adorant voyager, j'ai mis beaucoup de choses entre parenthèses pour me consacrer à mes petits monstres !