Menu
A la une / Conseils

Es-tu une bonne mère ? Voici mon avis.

« Comment savoir si je suis une bonne mère ? »

Quelle maman ne s’est jamais posé cette question ? Personnellement, il ne se passe pas une semaine sans que je me la pose.

Et cette semaine, je me suis dit qu’on pourrait se la poser ensemble.

mère et ses 3 enfants - photo de famille

Crédits photo (creative commons) : Ryan Polei

A-t-on vraiment besoin d’une bonne mère ?

J’ai longtemps voulu être une mère parfaite pour mes enfants.

Je lisais et j’entendais ici et là qu’une mère parfaite n’existe pas, et que ça serait de toutes façons terrible pour l’enfant. (J’ai notamment souvent vu la fameuse phrase de Winnicott qu’on sort à toutes les sauces, selon lequel un enfant à besoin d’une mère « suffisamment bonne » et non d’une « bonne mère ».)

« Ouais ouais », me disais-je en mon for intérieur, « m’enfin ça serait quand même mieux pour eux, non ? »

Je ne comprenais pas.

Puis un jour, je me suis rendue compte que certains aspects de ma personnalité qui font que je suis unique, certains aspects que je considère comme des qualités, étaient directement liés à des moments difficiles de mon enfance.

Parce que mes parents n’étaient évidemment pas parfaits. Ils ont fait du mieux qu’ils ont pu, avec ce qu’ils connaissaient et l’énergie qu’ils avaient, mais forcément, ils ont fait des erreurs. Bien que leurs erreurs m’aient engendrées quelques souffrances, elles ont aussi contribué à me construire telle que je suis.

Et j’aime bien la femme je suis.

Ce fut une révélation.

Aujourd’hui je suis persuadée que mes mes faiblesses et mes failles sont aussi importantes que mes qualités dans l’éducation de mes enfants. Que je peux être vraie, que je peux être moi. Qu’il n’y a pas un modèle de mère parfaite qu’il faudrait devenir quand on accouche de son premier enfant.

D’ailleurs, je ne sais même plus vraiment à quoi ressemble cette mère parfaite que je voulais devenir.

C’est une réalité : le monde est imparfait et la vie est parfois injuste. Avoir des parents imparfaits et apprendre à vivre avec fait partie intégrale de l’apprentissage d’un enfant.

Cela ne veut pas évidemment pas dire qu’il est bon de maltraiter son enfant « pour lui apprendre que le monde est imparfait ». Loin de moi cette idée, bien au contraire. Bien sûr qu’il y a des parents toxiques, et bien sûr que certaines erreurs sont plus graves que d’autres.

Mais cela veut dire que bien que nous ne soyons pas parfaits, nous pouvons être de bons parents malgré tout.

Une bonne mère c’est quoi ?

Franchement, je vais être honnête avec toi : je ne suis toujours pas très sûre. Après 4 enfants et des centaines de livres dévorés, je pense aujourd’hui qu’il n’y a pas vraiment de réponse précise à cette question.

Ce que je sais avec certitude, c’est que le rôle d’un parent est de protéger son enfant et de lui donner les bases nécessaires pour qu’il puisse devenir un adulte à l’aise dans notre société.

Mais après, tout dépend de ce qui, selon nous, constitue un adulte « à l’aise dans notre société ». Le bonheur ? L’épanouissement personnel ? La réussite sociale ou professionnelle ? La réussite matérielle ? La création de sa propre famille ? L’ouverture aux autres ? La capacité à suivre les règles de la société ?

Chacun a son propre dosage de la formule.

Partant de là, je crois qu’il existe autant de manières d’être une bonne mère qu’il existe de personnes.

Chacun va mettre l’accent sur ce qui est le plus important à ses yeux : religion, famille, santé, propreté, bonheur, respect des règles, apprentissages scolaires, jeu, adaptation dans la société ou au contraire désir de la transformer.

Mes critères

Pour moi, être une bonne mère se « résume » à 3 choses.

1. Vouloir le mieux pour son enfant et savoir se remettre en question quand quelque chose ne va pas.
Si tu es là en train de me lire, j’imagine que c’est justement parce que tu te poses des questions.

2. Etre bienveillante avec soi-même.
Tu fais de ton mieux avec ce que tu es, avec ton histoire, avec tes capacités à un moment donné. C’est tout. Et c’est déjà super.

Tu te dis que tu pourrais « faire mieux » ? On peut toujours faire mieux. Et tu feras peut être mieux demain, parce que demain est un autre jour. En attendant aujourd’hui, c’est déjà « bien ». Et « bien », comme son nom l’indique, bin… c’est bien.

Mieux encore, être bienveillante avec toi-même t’amène à l’être aussi avec les autres, et notamment avec tes enfants. C’est le double effet kiss-cool.

3. Montrer et dire son amour.
Tu aimes ton enfant ? Je n’en doute pas. Mais savoir que tu aimes ton enfant ne suffit pas. Ton enfant à aussi besoin de savoir que tu l’aimes. Il a besoin d’être intimement persuadé que tu l’aimes inconditionnellement.

Quelle genre de bonne mère es-tu ?

Au fond, je pense que la question qu’on devrait se poser n’est pas « est-ce que je suis une bonne mère ? » mais plutôt « quelle genre de bonne mère suis-je ? »

Allez, je commence :

  • Je suis une bonne mère qui déteste jouer aux jeux de société, au foot et encore plus aux playmobils, mais qui adore inventer des activités créatives et danser dans le salon en chantant à tue-tête la BO de Reines des Neiges.
  • Je suis une bonne mère qui n’accorde que peu d’importance à la propreté de ses enfants et de leurs affaires, mais qui dépense beaucoup d’énergie pour qu’ils mangent de bonnes choses… sauf les jours où il n’y a plus rien dans le frigo et plus d’énergie dans le réservoir, et où on se retrouve à manger une pizza surgelée devant la télé.
  • Je suis une bonne mère qui ne surveille jamais les devoirs et oublie systématiquement de signer les papiers pour l’école, mais qui répond à toutes les questions « pourquoi » jusqu’à l’infini, avec patience et amusement.
  • Je suis une bonne mère qui a la pêche le matin, mais qui est une ourse mal léchée qu’il ne faut pas trop déranger à partir de 21h.

Bref, je suis une bonne mère, ni meilleure ni moins bien qu’une autre. Une bonne mère parfaitement imparfaite.

Parfaite pour mes enfants.

Et toi, quelle bonne mère es tu ? Raconte !!

A propos de l’auteur

Je suis entrepreneur, auteur et fondatrice de plusieurs sites (dont celui-ci !). Je viens de quitter la région parisienne pour m'installer en Ardèche avec mon mari, nos 4 enfants et notre chien. J’adore recevoir, décorer et surtout cuisiner. Tellement, d'ailleurs, que j'ai aussi un blog cuisine où je propose des recettes crées avec des produits locaux et de saison.