Menu
A la une / Récit de grossesse

Être enceinte en hiver Vs être enceinte en été

Je suis tombée enceinte de mon premier enfant tout début juin 2013, et de mon deuxième mi-novembre 2015. Du coup, j’ai pu tester toutes les saisons en étant enceinte !

Je te propose de faire un petit tour (humoristique) des différents aspects pratiques. (Évidemment, tout cela reste très subjectif, et mon ressenti n’est pas forcément partagé par toutes les futures mamans.)

Enceinte en été et hiver

Crédits photo (creative commons) : Alena Getman

Le premier trimestre

En été

Les + :

  • En général, tu as des vacances à cette période, idéales avec la grosse fatigue du début.
  • Les barbecues et repas estivaux sont souvent un peu plus grossesse-friendly quand tu caches ta grossesse au début (pas de vin car il fait trop chaud, viande en général bien cuite au barbecue). Par contre, il y a les crudités à surveiller et les desserts à base d’œufs crus.

Les – :

  • La phase « bouffie » du premier trimestre (je l’ai vécue ainsi !) tombe quand tu mets des petites robes et des bikinis…
  • Et tu as chaud, très chaud.

Indéniablement, j’ai très mal vécu mon premier trimestre débuté en juin 2013. J’avais chaud, des vertiges, des migraines, j’étais mal et fatiguée. J’étais nauséeuse, et la chaleur augmentait mon mal-être.

Cette année-là, qui plus est, les températures chez moi atteignaient 37/38°C le jour, et ne descendaient pas sous les 28/29 la nuit. J’avais l’impression que j’allais étouffer, d’autant que je déteste la chaleur déjà en temps normal. J’ai beaucoup souffert la nuit durant cette période, et au boulot (je suis dans un open space de plus de cent personnes, et on n’allumait pas la clim à cause de certains : il faisait donc environ 30°C dans le bureau…).

En hiver

Les + :

  • Tu peux mieux camoufler un début de bidou sous des pulls et des manteaux.
  • Pas de chaleur augmentant le mal-être. Mon premier trimestre en hiver a été plus ou moins le même, niveau symptômes, que pour mon premier bébé, mais j’avais en plus ledit bébé de 21 mois. Eh bien, pourtant, j’ai été plus « en forme », si on peut dire, et moins fatiguée (fatiguée quand même, mais moins au bout de ma vie).

Les – :

  • Difficile pour l’alimentation quand, comme moi, tu veux cacher ta grossesse et que tu dois faire face à Noël, au Nouvel An, aux anniversaires et autres raclettes… Entre le foie gras, le saumon fumé et la petite coupe de champ’, j’ai trouvé ça beaucoup plus difficile à dissimuler.
  • Si tu es sujette aux sautes d’humeur dues aux hormones, le temps maussade de l’automne peut aggraver la chose…

Verdict

J’ai préféré débuter une grossesse en automne qu’en été. Un point pour l’accouchement en été, donc !

Le deuxième trimestre

Il a été plus ou moins identique dans les deux cas : l’avantage d’être vers 4/5 mois au printemps, c’était de pouvoir sortir facilement au moment où je me sentais le plus en forme dans ma grossesse. Mais globalement, c’est valable pour l’automne aussi, avec ses vacances de la Toussaint et le pont du 11 novembre.

Je dirais que c’est quand même plutôt équilibré, égalité !

Verdict

Un point partout !

Le troisième trimestre

L’hiver niveau vêtements

Les + :

  • L’hiver a cet avantage que si tu as froid, tu ajoutes un vêtement, alors que l’été… si tu as chaud, tu es mal !
  • Si tu fais de la rétention d’eau, ou que tu gonfles vite, tu seras bien mieux l’hiver et tu pourras camoufler tes bas de contention sous tes pantalons ou collants.
  • Les tenues sont très sympas : j’ai apprécié d’être au troisième trimestre en hiver et de pouvoir mettre des jeans avec des bottes, des pulls moulant le ventre, ou des robes d’hiver (Séraphiiiiiiiiine !).
  • Si tu accouches assez tard, tu pourras profiter des soldes d’hiver pour le trousseau de ton bébé (ça a été mon cas).

Les – :

  • Si tu as VRAIMENT gonflé de partout, tu pourrais avoir du mal à enfiler des chaussures fermées… L’hiver de ma grossesse était assez doux, et j’ai mis pas mal de mi-bas avec ballerines, mais s’il fait froid… arg.
  • Lors des examens ou des préparations à la naissance en piscine, tu devras enlever toutes tes couches de vêtements et c’est plus long. Mais bon, je pinaille, ce n’est pas très important.
  • Tu devras sans doute racheter un manteau…

J’avais eu l’idée merveilleuse de ne pas en racheter et d’utiliser mes manteaux ceinturés en ne les fermant avec les boutons qu’en haut, et en ceinturant au-dessus de mon ventre. SAUF QUE ma poitrine ayant doublé de volume (oui oui, doublé), ben ça ne fermait plus nulle part, et j’avais l’air de rien avec ma ceinture en plein milieu et le manteau ouvert en haut et en bas !!! J’ai donc racheté un manteau normal mais large pour l’hiver. Si tu en as déjà, ça fera sans doute l’affaire, mais si tu es adepte des manteaux cintrés comme moi, tu devras faire du shopping (oh non !).

L’été niveau vêtements

Les + :

  • Pouvoir enfiler de simples petites robes et des ballerines (Séraphine encore, oui j’ai craqué…). Personnellement, je me suis habillée presque que de robes et de shorts en jean les deux derniers mois, et j’étais très à l’aise.
  • Pareil que pour l’hiver : si tu accouches assez tard, tu auras droit aux soldes d’été (ça a été mon cas, et je me suis – ahem – un peu lâchée).

Les – :

  • Être épilée tout le temps pour pouvoir mettre une robe ! Et donc réussir à s’épiler jusqu’à la fin !
  • Si tu es sujette à la rétention d’eau ou aux « jambes poteaux » pendant la grossesse, ça ne peut qu’être pire en été. Et surtout, tu devras arborer ces so glamour bas de contention… Ça casse tout l’intérêt de la robe d’été légère.
  • Enfin, il faut avoir envie de se « montrer ». Si tu n’aimes pas les tenues légères avec tes formes de grossesse, tu n’apprécieras pas de devoir choisir entre te dévoiler ou te couvrir et mourir de chaud. Moi, j’aimais les habits montrant bien le ventre, et je suis allée en bikini à la piscine jusqu’à la fin, donc ça m’a bien convenu. J’ai apprécié qu’on remarque tout de suite mon gros bidon, alors qu’en hiver, malgré un gros ventre, avec le manteau large, on ne me calculait souvent pas (même tout à la fin).

Personnellement, j’ai aimé les deux.

En hiver, je n’avais pas gonflé, donc je n’ai pas eu de souci de chaussures, et l’hiver durant lequel j’ai accouché a été très très doux. Ayant très chaud quand je suis enceinte, j’étais souvent en tee-shirt à la maison (manches longues ou courtes) et gilet quand je sortais.

En été, j’ai adoré me balader en petites robes.

Donc ici aussi, je dirais égalité : un point partout !

L’hiver niveau (gros) maux de grossesse

Les + :

  • Pour le sommeil, tu seras mieux quand il fera frais que trop chaud.
  • Pour les douleurs articulaires, tu pourras user de la bouillotte et du bain chaud, et en plus, ça te délassera
  • Vu la météo, tu ne culpabiliseras absolument pas de ne pas sortir et de squatter le canapé : de toute façon, il fait moche.
  • Si comme moi, tu es alitée, voire hospitalisée, c’est plus « agréable » (ha ha) par un temps pas trop chaud.

Les – :

  • Si tu es de nature anxieuse, et dans une région qui s’enneige facilement, tu pourrais avoir peur que le jour J, il y ait des intempéries et que tu ne puisses pas arriver à temps à la maternité. Je pense que c’est rare, mais ça m’a traversé l’esprit plus d’une fois !
  • Le moral peut être vite atteint avec une météo maussade et l’impossibilité de faire la moindre petite promenade. Les activités peuvent aussi être limitées.
  • Si comme moi, tu fais du diabète de grossesse, ou que tu veux faire attention à ta ligne un tant soit peu, il est plus difficile (selon moi bien sûr !) de manger light sans frustration. Entre les raclettes et le choix réduit de fruits et légumes de saison, c’est difficile…

L’été niveau (gros) maux de grossesse

Les + :

  • Le moral : j’ai été arrêtée pour ma deuxième grossesse à peu près à la période à laquelle j’avais repris le boulot pour mon premier. Le temps ensoleillé était vraiment sympa pour l’humeur ! Et pour le teint !
  • Le régime alimentaire : pour mon diabète, j’ai bien moins mal vécu le régime la deuxième fois, malgré les piqûres d’insuline (que je n’avais pas eues la première fois). Entre les framboises du jardin, les fraises et les asperges de ma région, les barbecues accompagnés de salades, les melons, nectarines et autres fruits ensoleillés, je n’étais pas aussi frustrée. Et pour les gourmandises, je me faisais des sorbets ou glaces maison, ou des panna cotta accompagnées de fruits.
  • Les activités : si tu peux encore marcher à la fin, tu seras contente qu’il fasse beau !
  • Si tu as un aîné et une maison avec jardin (c’est mon cas), c’est plus simple de l’occuper à la fin : toi dans le transat, et ton enfant qui court dans le jardin.

Les – :

  • La chaleur !! C’est horrible quand on a pris minimum neuf ou dix kilos à la fin, et qu’on doit se mouvoir tant bien que mal…
  • Le sommeil  : c’est l’horreur de dormir par 28°C en mode baleine ! En comme tu bois plus, tu te lèves d’autant plus pour aller aux toilettes. Cercle vicieux ! Au final, dormir l’été au premier ou au dernier trimestre reste une plaie.
  • Tu dois résister au petit rosé pamplemousse, aïe aïe aïe !
  • Ton gynéco, ta sage-femme, ta nounou pour l’aîné, ta pote qui pourrait te le garder… au minimum l’une de ces personnes, voire toutes, sont en vacances quand tu accouches, donc tu stresses un peu ! (L’intérêt par contre, c’est qu’à la maternité, tu auras la PAIX !)
  • Les activités : oui, j’ai mis dans les avantages le fait de se promener, mais s’il fait plus de 30°C, tu ne pourras pas le faire en plein cagnard…
  • Le masque de grossesse : attention à ta peau !!

Pour ma part, j’ai eu beaucoup de chance. Un hiver très doux pour ma première grossesse, et un été très sympa, avec pas mal de beaux jours pas trop chauds alternés avec des jours plus moches pour la deuxième. Donc je n’ai pas mal vécu la chaleur à la fin, car il n’a pas fait plus de 30°C, c’était vraiment top.

À voter, je dirais que niveau moral, l’été est mieux, mais niveau « confort », l’hiver l’emporte quand même. Si l’été est caniculaire, c’est juste l’horreur. Et puis le rosé pamplemousse, quoi.

Donc 1 point pour l’hiver.

Verdict final

Égalité !

En résumé, cet article est humoristique bien sûr, car on ne choisit pas quand on va concevoir le bébé au mois près !

De plus, comme l’été de ma deuxième grossesse a été agréable et pas trop chaud, et qu’en plus, je n’ai eu que le diabète, et pas les hospitalisations, la MAP et la pré-éclampsie, j’ai mieux vécu la deuxième. Malgré la fatigue liée à un aîné. Donc tout est subjectif : je pensais ne jamais survivre à un troisième trimestre incluant juillet.

Je reviendrai te faire un article sur l’accouchement et les premières semaines de bébé en hiver et en été, si ça t’intéresse !

Et toi, qu’as-tu apprécié dans les saisons qui ont rythmé ta ou tes grossesse(s) ? Qu’est-ce que tu n’as pas aimé ? Team hiver ou team été ? Viens nous dire !

A propos de l’auteur

Trentenaire, mariée, maman, propriétaire en campagne, cadre (pas trop) dynamique, sportive (à mes heures), coquette, gourmande..... et j'en passe! Je suis mariée depuis début 2013 et maman depuis début 2014 pour la première fois. J'adore manger, cuisiner, tricoter, lire, me promener, jouer du piano .... et les chats! Je jongle entre ma vie de femme et de maman, en incluant le boulot là dedans. Pas facile tous les jours mais quel bonheur :-) Au point que nous avons récidivé: nous avons accueilli notre deuxième fils tout récemment! Et je suis évidemment totalement folle de mes deux enfants :-)